Paris Match Belgique

Salon Twenty : un nouveau salon dédié à l’art du 20e siècle débarque à Bruxelles

Amoureux de l’art nouveau, l’art Déco, la Belle Epoque, les années 50 et les sixties...? C'est votre salon ! | © DR

Art et Scène

Le joli mois de mai sera à la fête avec la tenue du salon Twenty qui se tiendra du 11 au 15 mai 2022 au Palais 3, sur le site de Brussels Expo, auquel participera la fine fleur des exposants européens spécialisés dans l’art de ce siècle à la fois si proche de nous et déjà si éloigné.

 

Concentré sur cinq journées, ce salon ne manquera pas d’attirer de nouveaux profils d’amateurs et de collectionneurs, mais est destiné aussi à tous ceux qui voudront profiter de la liberté et de l’insouciance retrouvées, l’état d’esprit idéal pour se laisser aller à un coup de cœur.

Paris Match. Fairtime est connu pour organiser chaque année Antica Namur, le plus important salon d’antiquaires de Wallonie. Voilà à présent qu’il lance au cœur de la capitale de l’Europe un nouveau salon orienté exclusivement sur le vingtième siècle.

Luc Darte. C’est en effet son originalité puisqu’il couvrira cette époque dans tous les domaines de l’art : l’art nouveau, l’art Déco, la Belle Epoque, les années 50 et les sixties qui suscitent aujourd’hui un intérêt tout particulier. Quelques galéristes feront même quelques incursions dans le vingt et unième siècle. Il y a donc matière à émerveillement.

Qu’est-ce qui vous a motivé à vous lancer dans cette nouvelle aventure ?
Les salons et les foires d’art sont souvent éclectiques. Nous avons voulu bousculer les codes du marché de l’art avec une thématique qui n’avait pas encore été exploitée jusqu’ici. Il faut reconnaître que le vingtième siècle est une période traversée par de nombreux soubresauts et donc fertile en rebondissements : les deux guerres mondiales l’ont cruellement marqué, ce qui n’a pas empêché des courants artistiques de se succéder avec une richesse inouïe. Imaginez : en moins d’une centaine d’années, on a assisté à l’émergence de l’art nouveau, du symbolisme, de l’expressionisme allemand, du fauvisme, du cubisme, du futurisme, de l’art déco, du dadaisme, du surréalisme, de l’art brut, de l’expressionisme abstrait, de l’art contemporain, du pop art, du postmodernisme, de l’art urbain, pour ne citer que l’essentiel. Toute l’Europe n’a cessé d’être en ébullition. L’occasion était trop belle !

 

Le Fair Director, Luc Darte. ©Edu Van Gelder

Comment cette idée vous est-elle venue à Jean-Thomas Leplat, le CEO de Fairtime, à Diane Kervyn et à vous-même?
La période du Covid a été longue mais propice à la réflexion. Nous avons voulu adopter un concept innovant complémentaire à notre salon namurois qui, depuis sa création, a été visité par plus de deux millions de visiteurs. Notre objectif était évidemment aussi de redynamiser le secteur en attirant une nouvelle clientèle qui ne fréquente pas habituellement les salons. Ici, il s’agit d’un angle plus moderne qui devrait séduire. Pour cette première édition, nous ne serions pas surpris d’accueillir seize à dix-sept mille visiteurs.

Le choix du mois de mai n’est évidemment pas innocent non plus !
Bien sûr, mais nous avions fixé cette date il y a déjà de nombreux mois alors que la situation épidémique était encore remplie d’incertitudes. Nous nous étions dit alors que le printemps serait une période moins exposée aux contaminations et que les gens se sentiraient plus en sécurité. Nous étions conscients aussi qu’ils auraient envie de bouger, de sortir et de vivre comme avant. C’est un pari en passe d’être gagné car les premières réactions sont très enthousiastes. On sent la volonté de retrouver les bonne vieilles habitudes, de retrouver cette liberté et cette insouciance à laquelle nous sommes tous attachés.

Au cours de ce vingtième siècle, y a-t-il eu des périodes de prédilection pour l’art belge ?
La Belgique s’est évidemment particulièrement distinguée durant la période d’art nouveau et ce n’est donc pas un hasard si le musée Horta sera présent au salon avec une sélection de pièces majeures tout comme d’ailleurs le Brussels Design Museum, même si l’âge d’or du design reste essentiellement lié à l’Italie et à la Scandinavie. On remarque aussi un intérêt tout particulier de la part du public pour les années sixties et ce qu’on appelle ordinairement le vintage. Là aussi, de belles surprises nous attendent dans les stands.

 

Bureau de Arn Whal Iversen édité par Vinde Mbelfabrik Denmark 1970.@Galerie Polyedre Antwerpo

Twenty rassemblera 54 exposants, avec certes une prééminence belge, mais aussi des marchands allemands, hollandais, français ou luxembourgeois. Vous pouvez citer quelques noms connus ?
Nous sommes heureux de compter parmi nous la galerie Maurice Verbaet et ses tableaux d’art belge d’après-guerre ainsi que la galerie Claeys spécialisé dans la même période. Je me dois de citer également la galerie anversoise Polyèdre venue avec une importante sélection de meubles vintage ainsi que la galerie Baewards de Luc de Ruysscher et son mobilier art déco, art nouveau et design. Alain Hens sera également présent avec ses tableaux modernes et son mobilier design. Quant aux exposants étrangers, signalons la présence remarquée de la Galerie luxembourgeoise BD Original Drawings et ses planches de BD originales, la galerie française Capazza avec ses argenteries Goudji et ses bronzes, la galerie hollandaise Dille Art connue pour ses pâtes de verre et ses objets art nouveau. Je citerais, sans être exhaustif, les argenteries scandinaves et les bijoux de The Old Tresory de même que les arts décoratifs et les objets art Déco de l’allemand Uta König ainsi qu’une sélection importante de bijoux début vingtième chez Alain Pautot.

Vous pouvez également compter sur la participation exceptionnelle des deux architectes belges à la renommée internationale, Michel Penneman et Danny Venlet. De quel ordre sera leur intervention ?
Oui, c’est pour nous un honneur et un privilège. L’un et l’autre sont invités à donner leur vision et leurs impressions sur cette vaste période de création que fut le XXème siècle. Ils inaugureront la Foire le mercredi 11 mai et nous feront le plaisir d’épingler leurs coups de cœur. Pour Michel Penneman, parmi les mouvements artistiques du XXème siècle qui l’ont le plus marqué, il s’agit sans conteste du mouvement viennois du groupe de la Sécession, héritière des Arts & Crafts anglais, et qui va déboucher ensuite sur l’Art déco. Plus concrètement, s’il devait choisir un objet, il opterait pour ceux créés par Marcel Breuer, à l’origine du mobilier tubulaire et de la création en série. Son collègue Danny Venlet voit dans ce siècle celui des grands changements industriels, notamment dans l’approche et la fabrication des objets de design. Des créateurs comme Ron Aradou et Mark Newson l’ont fortement marqué, même si l’Art nouveau a été pour lui une source d’influence importante. Il considère d’ailleurs que tous les grands artistes qui ont révolutionné le XXème siècle sont d’abord des architectes.

Outre ces deux personnalités, vous vous êtes entourés, comme à Antica Namur, d’une brochette d’experts pour contrôler et garantir l’authenticité des pièces exposées.
En effet, avant l’ouverture du salon, leur rôle sera de passer au crible tout ce qui se trouvera dans les stands des exposants, se réservant le droit d’écarter les objets qui ne seraient pas conformes. Quant à notre experte Laure Dorchy, elle sera sur le salon en permanence pour seconder les acheteurs. Ce marché de l’art du XXème siècle présente l’intérêt d’offrir des pièces accessibles, même si les prix peuvent s’envoler en fonction de la rareté, de l’originalité ou du pedigree.

 

Vase Meduse 1921 René Lalique ©Galerie Dille Art (Pays-Bas)

L’ambiance à Twenty sera-t-elle différente de celle qui a cours dans les allées d’Antica Namur ?
L’ambiance sera celle d’un salon moderne et décontracté profitant du printemps, avec un environnement lumineux, une zone d’accueil et une brasserie-restaurant située dans la foire même. Ce sera l’occasion de passer un bon moment, en toute convivialité, en gardant à l’esprit que la fête dure cinq jours, ni plus ni moins. Mais quelle fête !

Twenty – 20th century Art Fair
Brussels Expo – Palais 3 | Place de Belgique 1 | 1000 Bruxelles | du 11 au 15 mai 2022
Vendredi 13 mai de 11h à 19h, Samedi 14 mai de 11h à 19h, Dimanche 15 mai de 11h à 19h, Vip mercredi 11 mai de 14h à 23h (sur invitation) , Vernissage jeudi 12 mai de 14h à 23h

Mots-clés:
art Bruxelles collection
CIM Internet