Paris Match Belgique

Utopia : Déclinaisons du rêve à Lille

Utopia : Déclinaisons du rêve à Lille

La Forêt magique, Palais des Beaux-Arts de Lille, jusqu’au 19 septembre. | © Maxime Dufour

Art et Scène

2004, Lille est Capitale Européenne de la Culture et la ville s’en trouve transformée. Depuis, une nouvelle édition porte, tous les trois ans, l’art et la culture dans les moindres recoins de la métropole sous la bannière Lille 3000. Place, en 2022, à Utopia. Ou comment conscientiser les visiteurs à la nature en laissant la priorité à l’émerveillement. Première salve de coups de cœur et de bonnes adresses.

 

Jusqu’au 2 octobre, Lille invite à un véritable feu d’artifice d’art contemporain, dans des lieux dévolus ou au détour d’une rue, dans le hall d’une gare, des espaces réaménagés ou des musées plus classiques. Utopia, mariage éblouissant de grâce, d’exubérance et de réflexion, habite la ville et ses environs de par ses expositions, uniques et mêlées à la fois. Sans compter la multitude d’animations, événements et autres spectacles. Focus sur quelques pépites à ne pas rater.

Et toujours les forêts

Utopia : Déclinaisons du rêve à Lille
La forêt magique. © Maxime Dufour

Le titre du formidable roman coup de poing de Sandrine Collette sied à merveille à cette exposition du Palais des Beaux-Arts, entièrement bio-conçue en limitant le nombre d’œuvres (une cinquantaine tout de même) et les lieux d’origine. Comment l’artiste représente-t-il l’arbre et la forêt, tour à tour mystérieuse, oppressante, mais aussi propice à la langueur ou l’interrogation. Des œuvres des collections du superbe Palais côtoient des installations visuelles et sonores, des extraits de films ou même de jeux vidéo. « Pleasant Places », de l’artiste italien David Quayola, immense installation vidéo à 360°, oscille entre image filmée et peinture, offrant à nos yeux ébahis des arbres battus par le mistral, inspiration Van Gogh. Avant, une fresque de textes et photos du célèbre botaniste Francis Hallé. Le cœur battant, on avance, les elfes de la forêt ne sont pas loin. Magique on vous dit.

La Forêt magique, Palais des Beaux-Arts de Lille, jusqu’au 19 septembre.

Reconsidérer le vivant

Utopia : Déclinaisons du rêve à Lille
Oeuvre à la poudre à canon, de l’artiste chinois Cai Guo Qiang. © DR

La Fondation Cartier pour l’Art Contemporain a fait de l’écologie l’une de ses priorités, très présente dans ses collections. L’exposition « Les Vivants », montée au Tripostal, interroge sur le lien entre humain et non-humain. Bien des cultures ont pleinement intégré ce rapport. On découvre donc un grand nombre d’artistes amérindiens, et notamment d’Amazonie brésilienne. Nous faisons connaissance avec le peuple Yanomami, assistons à une séance filmée de chamanisme et surtout frémissons de salle en salle devant l’extrême diversité de styles et de sensibilités. Les dessins en N/B de Nivaklé et Guarani, les peintures superbes (énorme coup de cœur) de Jaider Esbell, disparu juste avant le vernissage, l’œuvre explosive, à la poudre à canon, de l’artiste chinois Cai Guo Qiang…. L’art entre aventure spirituelle, physique, sociologique, ethnographique. Prise de conscience et apothéose avec l’installation vidéo du musicien et bioacousticien américain Bernie Krause, vision des forêts avant/après. Une expo majeure ! Et à deux pas des gares Lille-Europe et Lille Flandres.

Les Vivants, Fondation Cartier pour l’art contemporain, Tripostal à Lille, jusqu’au 2 octobre.

Plus une minute à perdre

Utopia : Déclinaisons du rêve à Lille
« Faire des cartes de France » d’Annette Messager. © DR

Annette Messager, Comme si : Vite, l’exposition-événement de l’artiste originaire de la région mais à la réputation internationale, grande figure d’un féminisme aussi ludique qu’interpellant, se termine bientôt. Entre dessins et installations, dont « Dessus-Dessous », œuvre revisitée après avoir fait sensation il y a 17 ans à la Biennale de Venise. Déjouer les stéréotypes, s’amuser des codes de genre, titiller le désir…. Même si certaines œuvres se découvrent sous quelques voiles, histoire de préserver le regard des enfants non encadrés. Justement, le jour de notre visite, une flopée de joyeux marmots, accueillis par un clown, se sont appropriés les lieux avec curiosité et entrain. Il faut dire que le LaM, Lille Métropole Musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut de Villeneuve-d’Ascq, cerclé d’un parc de toute beauté parsemé de sculpture de Calder, Picasso ou Deacon, est un must absolu.

Annette Messager, Comme si, LaM de Villeneuve-d’Ascq, jusqu’au 21 août.

Pour se promener

Utopia : Déclinaisons du rêve à Lille
« Moss People » de Kim Simonsson. © DR

Les « Moss People » de Kim Simonsson, le long de la rue Faidherbe : dix personnages vert mousseux, imposants, semblent tout droit sortis des forêts scandinaves ou du « Seigneur des anneaux ». Promenade incontournable pour aller des gares vers le centre-ville. Le nez en l’air, les petits et grands enfants adorent. Sans conteste, les plus jeunes sont un public de choix pour toutes les expositions de Lille 3000, l’inventivité et l’humour des artistes parlant sans accroc à l’imaginaire de chaque génération. Des visites idéale en famille, mais pas que !

Pour manger

Aux Éphérites : à deux pas du Palais des Beaux-Arts, une adresse de cuisine bistronomique toujours plus prisée. Produits principalement locaux et carte qui change chaque semaine, menu Découverte le soir et formule lunch délicate et abordable. 17, rue Nicolas Leblanc à Lille.

La Cantine du Tripostal : Histoire de gagner du temps si vous faites un passage éclair à Lille. Des limonades locales, des verrines chaudes ou froides de la salade au dessert et des saveurs qui se marient parfaitement aux préoccupations écologiques de l’expo du moment. Tripostal, avenue Willy Brandt à Lille.

Mots-clés:
Lille art contemporain
CIM Internet