Paris Match Belgique

Les Bodin’s : « Maria a eu une aventure avec une grande personnalité belge ! »

Les Bodin's mère et fils, Maria et Christian, seront très bientôt en spectacle à Liège ! | © DR

Art et Scène

Dans quelques jours, le très populaire duo comique français Les Bodin’s se produira dans le cadre du Festival International du Rire de Liège. Ils profiteront d’une carte blanche inédite pour faire la fête notamment avec les frères Taloche, Arnaud Tsamère, Virginie Hocq… Nous les avons rencontré lors d’un récent passage par la Belgique.

 

Par Laurent Depré

Phénomène… Voilà un mot qui caractérise ce duo d’artistes si on se penche sur le public qui répond présent au cinéma, sur scène ou encore devant l’écran de télévision. Car ils sont partout les Bodin’s !

Depuis 7 années, Vincent Dubois et Jean-Christian Fraiscinet triomphent avec leur spectacle burlesque Les Bodin’s Grandeur Nature. Et au cinéma, le troisième volet de leur aventure, Les Bodin’s en Thaïlande, sorti il y a un an a rassemblé 1,7 million de personnes pour assister aux échanges vifs entre la mère autoritaire et le fiston un peu nigaud. Rencontre.

Parismatch.be. Parlez-nous un peu de ce gala spécial, cette carte blanche aux Bodin’s dans le cadre du festival du rire de Liège que vous allez proposer le 19 octobre prochain.
Les Bodin’s. « C’est jamais très prudent de laisser une carte blanche, surtout à Maria Bodin… Elle a la canne vivace et la langue encore plus ! D’abord, on est très heureux de pouvoir collaborer avec les Taloche qu’on connait et apprécie depuis très longtemps. Ils ont su garder le cap d’une humanité certaine. Cela fait longtemps qu’on doit le faire mais faute de temps… Et puis ce n’est pas bon de le faire entre dix projets. On avait pas envie de faire les choses à moitié. L’écriture de ce spectacle va révolutionner la Belgique ! On y apprend que Maria a couché il y a longtemps avec une grande personnalité belge… On en dit pas plus. »

On peut avoir des amis dans le monde de l’humour ? N’est-ce pas un milieu chacun pour soi ?
« Bien sûr ! On a démarré il y a 30 ans avec des gens comme Laurent Gerra ou Dany Boon. On se retrouvait dans les festivals et c’était une magnifique période. Cela concerne peut-être plus la génération actuelle qui est dans le « game » comme ils disent, plus dans la compétition. »

Avec quel oeil voyez-vous justement l’explosion du nombre de jeunes humoristes, notamment via les réseaux ou dans le stand-up ?
« Bien entendu, ce n’est pas notre génération. Les Bodin’s ont travaillé sur la longueur et une certaine progressivité. L’époque est aux réseaux et à la possibilité de donner une chance à beaucoup de jeunes de se lancer. Ce n’est pas à nous de le critiquer car c’est le monde actuel. Il n’y a pas plus de gens talentueux qu’auparavant mais les vitrines sont plus nombreuses. Ce qui reste important à nos yeux, c’est de faire ce métier pour les bonnes raisons. Le succès, ce n’est pas un métier. Être comédien, s’approprier des textes, les restituer sur scène pour les gens, cela en est un. »

En cette époque atrocement anxiogène, le rire et l’humour sont-ils plus que jamais importants dans la vie des gens ?
« On se dit souvent qu’on se considère finalement plus comme des aides-soignants que comme des stars de l’humour. C’est le retour que nous avons des spectacteurs que nous rencontrons après notre show. Franchement, si on sert uniquement à cela c’est parfait ! »

Qu’est-ce qui vous fait rire dans la vie ?
« Le comique de situation ! L’autre jour en venant en train en Belgique, Vincent et moi avons observé toute la fin du voyage un type pour qui c’était une vraie journée de merde… Il soufflait, râlait au téléphone, tapait fort sur son clavier. Puis son stylo se met à couler, il en a plein les mains, il s’en met sur le front… Et au moment d’arriver en gare à Bruxelles, la lanière de son sac se prend dans l’accoudoire et il fait un vol plané. (Rires). »

Et qu’est-ce qui ne vous fais absolument pas rire ?
« Permettre à des chaînes de grandes audiences de diffuser des choses qui rendent nos enfants bêtes, du style télé-réalité. Je trouve cela honteux, on devrait l’interdire. »

Vous êtes un peu des drogués du boulot… Film, spectacle, tournée, création pour le petit écran… Vous n’arrêtez pas.
« C’est un luxe d’aimer ce que l’on fait, il ne faut pas l’oublier. La route a été longue avant d’arriver à ce succès et cette reconnaissance. Les Bodin’s se doivent de répondre à cette attente et de rester dignes du niveau actuel. Il y a beaucoup de gens qui voudraient être à notre place. Cela se mérite ! « 

Comment réagissent les Bodin’s à ces prix fous de l’énergie ? Ils se chauffent au bois dans leur ferme ?
« Maria Bodin dit toujours ‘il vaut mieux se relever les manches que baisser son froc’… Il faut donc se débrouiller avec ce que l’on a et moins dépendre des autres. Elle a surtout eu cette pensée pour sa copine nonagénaire, la reine d’Angleterre, en disant qu’ ‘Elizabeth a montré l’exemple jusqu’au bout. A l’heure d’effectuer des économies d’énergie, elle s’est éteinte’… »

En effet, avec le décès récent de cette autre reine-mère, on a pas pu s’empêcher de penser aux Bodin’s… Des points communs ?
« Les Bodin’s sont quand même loin de la royauté (rires)… Disons que Maria Bodin est assise sur son trône et qu’il n’est pas facile de lui retirer sa couronne. Et le fils, il a au moins des couronnes dentaires, c’est déjà pas mal ! »

 

©DR
Mots-clés:
festival Liège humour rire
CIM Internet