Paris Match Belgique

Chef’s Table : La série Netflix en immersion dans les cuisines des plus grands chefs

Vidéo Séries télé

La série la plus gastronomique de Netflix reprend du service pour une nouvelle saison à l’esthétique toujours aussi fabuleuse. Une Histoire de la table, comme on n’en avait jamais racontée auparavant.

Ils sont six. Six chefs visionnaires, provocants, reconnus et dévoués à un métier qui dépasse le fait de porte à sa bouche une fourchette, des baguettes ou ses simples doigts. Ce sont des artistes de la gastronomie internationale, et la série documentaire Chef’s Table leur rend un hommage à la hauteur de leur talent. Ultra-esthétique, chaque épisode propose de voir leur métier, leur passion, leur vie comme on ne les avait encore jamais montré sur le petit écran – ni sur le grand, d’ailleurs.

©Netflix – Le chef Virgilio Martinez dans la troisième saison de « Chef’s Table ».

Acclamée par la critique et par les spectateurs, nommée plusieurs fois aux Emmy Award, la série Netflix est un succès qui dépasse les frontières du club des amateurs de bonne cuisine, avec ses chefs triés sur le volet, tantôt sereins, tantôt volcaniques, mais toujours sublimement créatifs.

Lire aussi > W Food Festival : « La prochaine vague culinaire sera humaine et viendra de Belgique »

C’est que, dans chaque cuisine, force est de constater qu’il y a quelque chose d’étonnament émouvant, passionnant et puissant à voir ces hommes et femmes se mouvoir dans ces espaces d’inox, tantôt fourmillant d’idées, tantôt revenant sur leurs épisodes d' »assiette blanche ».

©Netflix

6 épisodes, 6 chefs

« Chef’s Table » est revenu tout récemment sur Netflix pour une troisième saison, avec, comme toujours, un épisode pour un chef. Au menu, Virgilio Martinez (Pérou), Tim Raue (Allemagne), Ivan Orkin (États-Unis), Vladimir Mukhin (Russie), Nancy Silverton (États-Unis) et Jeong Kwan (Corée du Sud) font voyager ce « must-watch » aux quatre coins du monde, à la découverte de leur cuisine.

L’un fait de ses plats un véritable « écosystème », l’autre est une « nonne » officiant dans un monastère et celui-là encore un cuisinier au franc-parler rafraichissant dans le monde parfois coincé de la patisserie. Une série à dévorer. Littéralement.

Et quand il n’y en a plus, il y en a encore, puisqu’un spin-off se décline également en quatre épisodes, entièrement dévoué à la cuisine française.

Voir aussi > L’interview « Street Frite » de Maximilien Dienst, candidat à Top Chef saison 8

CIM Internet