Paris Match Belgique

Choqués par certaines scènes de Game of Thrones ? La réalité est bien pire [SPOILERS]

Game of thrones

la violence est omniprésente dans la série. | © HBO

Séries télé

Des meurtres, des viols, des mariages forcés, du sang, des armes et des morts, la série Game of Thrones en a son lot. Et malgré cela, Westeros est encore loin de la violence connue dans différents pays du monde, d’après Amnesty International.

Il y a de ces scènes cultes dans Game of Thrones dont on parle encore plusieurs saisons (et années) plus tard. Il y en a même dont on parle déjà alors qu’elles ne sont pas encore sorties, comme la fameuse bataille annoncée pour le troisième épisode de la dernière saison. Et on en parle rarement pour la beauté d’une scène d’amour ou pour l’intelligence d’une décision de paix. Elles tournent souvent autour d’une exécution (on se souvient de Ned Stark), de sang (et les fameuses noces pourpres), de sexe (et certaines dérives de King Joffrey), de torture (dont la palme revient largement à Ramsey Bolton), de mariage forcé (on cherche encore qui s’est marié par amour), de lynchage (et un certain « shame, shame, shame »), de surveillance (avec Littlefinger, Varys et leurs « little birds ») et sans oublier les crimes de guerre (la première place est toujours occupée par Ramsey) qui avaient déjà été recensés par les experts de la Croix-Rouge. Cette fois, c’est Amnesty International qui surfe sur la popularité massive de la série à succès de HBO pour attirerl’attention des spectateurs sur le fait que « par de nombreux aspects la situation de notre monde actuel est pire qu’à Westeros ».

Lire aussi > Game of Thrones : Maisie Williams donne son avis sur la scène dont tout le monde parle

game of thrones
L’exécution de Ned Stark. ©HBO

Moins d’exécutions

Les exécutions sont relativement courantes dans la série. Notre premier choc a été sans conteste la condamnation de Ned Stark, l’un des personnages principaux qui nous a quittés dès la première saison de la série. C’est une habitude pour les personnages qui ont un peu de pouvoir à Westeros : dès que quelqu’un ne plaît pas, contredit les ordres ou est un peu trop embêtant, on l’exécute. Heureusement, dans la vraie vie, les condamnés à mort subissent un vrai procès. EN 2018, Amnesty International a recensé 690 exécutions dans 20 pays à travers le monde, principalement en Chine, en Iran, en Arabie saoudite, au Vietnam et en Irak. Cela représente une baisse par rapport à 2017 (qui comptait 993 exécutions) et représente le chiffre le plus bas recensé par l’association au cours des dix dernières années. Les décapitations qui sont monnaie courante à Westeros, continuent à avoir lieu en Arabie saoudite tandis qu’ailleurs, les méthodes employées sont plutôt l’injection létale ou la pendaison.

Mais toujours des tortures

On vous en parlait récemment : le Brunei a instauré la mort par lapidation pour les personnes homosexuelles et l’amputation pour vol, au début du mois d’avril. Bienvenue dans la mentalité qui règne dans Game of Thrones où il en faut peu pour se faire torturer. En fait, il ne faut rien pour se faire torturer, Theon Greyjoy vous en parlera mieux que nous. Et dans la vraie vie, les fautes sont, elles aussi, parfois assez subjectives. En Libye, les conditions de détention des personnes migrantes étaient épouvantables : violences sexuelles, passages à tabac et extorsion. Au Vénézuela, des violences sexuelles ont aussi été répertoriées sur des manifestants. Amnesty International a aussi relevé dans ce pays des tortures en forçant les victimes à chanter et souligne les tortures sur les enfants en Égypte qui consistaient à administrer des décharges électriques sur leurs parties génitales. Le viol est lui aussi régulièrement utilisé à Westeros. Un triste parallèle avec notre réalité. « La violence contre les femmes est souvent utilisée comme une arme de guerre, visant à les punir et à les déshumaniser, et à persécuter le groupe auquel elles appartiennent », explique Amnesty International. En 1994, au Rwanda, les Nations unies estiment qu’entre 250 000 et 500 000 viols ont été commis.

Lire aussi > Game of Thrones : rencontre avec les stars de la série culte

Game of thrones
Les mariages sont souvent arrangés dans la série. ©HBO

Et les femmes dans tout ça ?

Dans la série, on remercie Arya d’exister, Sansa de se réveiller un peu au cours des saisons, Brienne of Tarth de vaincre tout ce qui bouge, Yara Greyjoy de mener à la baguette n’importe qui, Yanna Mormont qui fait une meilleure leadeuse que beaucoup d’hommes et on souligne la présence de femmes comme Cersei, Daenerys et Olenna Tyrell à la tête de plans tactiques. Toutes ces femmes jouent des rôles décisifs pour l’intrigue de Game of Thrones et on applaudit. N’empêche, de manière générale, les femmes de Westeros sont souvent violées, mariées de force, considérées comme des objets, victimes de violences sexuelles, etc. Et dans notre monde à nous, ce n’est pas franchement mieux. Tous les jours, il faut rappeler que le 8 mars, cela ne devrait pas rester juste une date et que le combat pour l’égalite et les droits des femmes est permanent.

Une femme sur cinq dans le monde mariée avant ses 18 ans.

« La police dominicaine emploie régulièrement le viol et d’autres formes de torture pour punir les travailleuses du sexe », explique Amnesty. En Iran, « des miliciens pro-gouvernementaux ont attaqué des femmes qui s’opposent aux lois sur le port obligatoire du hijab« . En ce qui concerne le mariage forcé, l’association Filles pas épouses estime qu’une femme sur cinq dans le monde est mariée avant ses 18 ans, ce qui porte à 650 millions les filles en vie aujourd’hui qui ont été mariées avant 18 ans. L’Unicef estime, elle, que plus de 200 000 millions de femmes vivantes à l’heure actuelle ont été victimes de mutilations sexuelles dans les pays où cela est pratiqué. Et si, dans Game of Thrones, tout cela s’arrêtera dans quelques semaines, chez nous, la violence est loin de cesser de faire parler d’elle.

CIM Internet