Paris Match Belgique

Pourquoi est-il impossible de satisfaire les fans à la fin d’une série ?

Après 8 saisons, la série Game of Thrones s'est terminé le 19 mai

Séries télé

Ça y est, le 73ème et dernier épisode de Game of Thrones s’est achevé dimanche 19 mai, au plus grand dam de ses fans à travers le monde. À l’instar de la saison huit, le dernier épisode de la série s’est attiré les foudres de certains téléspectateurs qui regrettent un final loin de leurs attentes. Une constante dans l’histoire des séries, qui peinent souvent à satisfaire tout le monde au moment de couper le cordon.

Lost, Dexter ou encore How I Met Your Mother ont fait couler beaucoup d’encre au moment de tirer le rideau. Leur fin avait provoqué colère et déception face au dénouement de ces séries qui allaient au-delà d’un simple divertissement. Game of Thrones n’échappe pas à la règle et une pétition créée par des fans désabusés circule en ligne pour refaire le scénario de l’ultime saison et elle a déjà recueilli plus de 1 million de signatures. L’épilogue de la série et son épisode final « Le trône de fer » ont eux aussi été accueillis avec un certain scepticisme. Est-ce une fatalité pour toute série de décevoir à la fin?

Faire le deuil d’une époque et de ses souvenirs

Game of Thrones a réussi, comme d’autres séries avant elle, à tisser un lien très fort entre le spectateur et les personnages de cette fiction. Un lien qui a notamment été entretenu pendant plus de huit ans et les premiers épisodes de la saison 1 diffusés en 2011.

Lire aussi > Game of Thrones : Ces mystères qui demeurent après le dernier épisode

« Plus une série dure, plus le lien qui se tisse avec cette série est fort, précise Vladimir Lifschutz, docteur en Art spécialisé dans les séries télé et auteur du This is The End: Finir une série TV, à nos confrères de BFM TV. Plus on passe de temps devant un programme, plus on s’investit émotionnellement. Parce qu’on voit les acteurs vieillir, parce que ça représente une longue période de nos vies respectives, et donc on y associe tout un tas de souvenir. »

Et ce même investissement émotionnel accroît l’exigence du spectateur vis-à-vis des derniers instants de la série. Il n’est pas toujours facile d’accepter de laisser partir ces personnages avec lesquels l’on a grandi au fil des saisons. Quand l’histoire s’achève, certains font donc difficilement le deuil et, alors qu’un final doit être l’apothéose de la série, beaucoup rejettent cet instant fatidique. Est-il possible de satisfaire un insatisfait ?

Une attente trop grande

Trop d’attentes, trop de théories, trop d’espoirs. Pour Vladimir Lifschutz « les séries qui entretiennent un mystère persistant génèrent une attente forte et elles se retrouvent dans une position délicate au moment de la conclusion narrative. » Lost en avait notamment fait les frais ! Le mystère de l’île et de ses rescapés avait engendré de nombreuses spéculations et le final de la série s’était avéré tragique pour ses nombreux fans…

Dans la même branche, Game of Thrones jouait souvent avec les théories que les internautes entretenaient. Un nouvel indice par épisode et toute la toile s’enflammait. Sauf que le retour de flamme peut être lui aussi important. Car, fort des théories en tous genres, beaucoup attendaient des réponses à leurs nombreuses questions. Un final avec du sens, que chaque spectateur avait déjà programmé selon ses envies. Pourtant il y avait, comme dans toute série, mille et une fins possibles et seulement un scénario final. Difficile donc pour David Benioff et Daniel Brett Weiss, les shows runners de Game of thrones, de satisfaire ce beau monde.

Lire aussi > 4 bonnes raisons de se réjouir de la fin de Game of Thrones

Mais une fin décevante n’est elle pas l’apanage de toute bonne série ? Une saga forte et fédératrice, qui jongle avec les émotions des téléspectateurs n’est-elle pas obligatoirement amenée à frustrer à la fin de façon tout aussi importante ? Comme dirait Tyrion Lannister dans le dernier épisode de Game of Thrones : « Personne n’est vraiment content, ce qui est le signe d’un bon compromis ».

Les pires réactions de fans face aux fins de séries

Pourtant, certaines séries ont su relever les défis et finir en beauté ce qu’elles avaient commencé. Parmi les bons élèves, selon une infographie postée sur IMGUR récapitulant les notes moyennes données par les téléspectateurs sur la base de données cinéma et séries IMDb, Breaking Bad est en tête du classement. S’ensuivent les fins de la version US de The Office, Friends et Six Feet Under.

Côté mauvais élève, l’épisode final de Lost, How I Met Your Mother et Les Soprano ont souvent été accompagnés par des « Tout ça pour ça ? » des téléspectateurs. Leurs réactions peuvent même être parfois violentes !

Dans le documentaire d’Olivier Joyard Fin de série, Damon Lindelof, le showrunner de Lost, explique avoir eu une “période de dépression” après avoir reçu des milliers de critiques sur les réseaux sociaux à la fin de la série. Autre exemple, l’acteur est producteur de la série Prisonnier, Patrick McGoohan, a été contraint de se réfugier quinze jours dans les montagnes, conspué de toute part par des fans en colère.

Lire aussi > Pourquoi la fin de « Stranger Things » n’est pas à la hauteur de la série

Mais parfois les fans obtiennent gain de cause. Supplié par ses lecteurs, l’écrivain Sir Arthur Conen Doyle avait notamment dû faire revivre le personnage mythique de Sherlock Holmes, qu’il avait fait mourir dans une de ses nouvelles. (Le dernier problème en 1891). De quoi donner de l’espoir aux téléspectateurs déçus par la fin de leur série préférée ?

CIM Internet