Paris Match Belgique

Pourquoi nous sommes tous obsédés par les « true crimes », ces séries documentaires sur des faits-divers

affaire gregory true crimes netflix

Grégory Villemin | © BELGA.

Séries télé

Une ambiance thriller pour ravir un public fasciné par les affaires criminelles : plongée dans les coulisses des « true crimes », qui se multiplient sur les plateformes de streaming. 

GrégoryMaking a MurdererTed Bundy, La disparition de Maddie McCann : les plateformes de vidéo à la demande dépoussièrent les « true crimes », séries documentaires inspirées de faits divers réels, exploitant la fascination du public pour les affaires criminelles. Pour ces documentaires, « les plateformes font appel à des scénaristes de cinéma qui travaillent habituellement dans la fiction, et redonnent un nouveau souffle au fait divers », explique Éric Pierrot, ancien producteur de l’émission « Faits divers le mag » sur France 2.

Lire aussi > Making a murderer : l’ultime rebondissement de l’affaire après la série Netflix

Rien qu’en décembre 2019, le géant de la vidéo à la demande (SVOD) Netflix a dévoilé deux nouveaux « true crimes » : Parole de Tueur et Dont f**k with Cats, qui relate la traque du « dépeceur de Montréal » Luka Magnotta.

Cartons d’audiences

Bien que la plateforme ne dévoile pas ses chiffres d’audience, elle a annoncé que son premier « true crime à la française », Grégory sur l’affaire Villemin, sorti le 20 novembre, était le deuxième documentaire original le plus visionné en France en 2019. Mis en ligne le 18 décembre, Don’t f**k with Cats a aussi attisé la curiosité des amateurs de crimes sordides : la série s’est classée sixième du Top Documentaires 2019 de Netflix France en l’espace de quelques jours.

Outre Netflix et son large catalogue, la chaîne HBO avec la série The Jinx mais aussi des podcasts (Serial, téléchargé plus de 340 millions de fois sur iTunes) ont contribué à renouveler la manière de raconter ces affaires criminelles.

Du papier aux écrans

« Les faits divers ont toujours fait recette car l’encre et le sang se marient bien », analyse Lucie Jouvet-Legrand, sociologue et spécialiste de la criminologie. Avant l’audiovisuel, la presse et la littérature ont déjà largement puisé dans les affaires sanglantes, faisant le succès de livres s’inspirant de faits divers réels, comme le célèbre De sang-froid (1966) de Truman Capote.

« Il y a un effet cathartique à travers les émotions que l’on ressent (…) le fait divers est un exutoire, qui nous permet de vivre le drame par procuration », détaille Lucie Jouvet-Legrand.

« Le fait divers est très propice à une présentation sur le mode de la fiction, avec des rebondissements et une dimension feuilleton », ajoute Jamil Dakhlia, sociologue des médias à l’Université Sorbonne Nouvelle.

L’influence de « Faites entrer l’accusé »

Avant Netflix et ses super-productions, des magazines comme « Faites entrer l’accusé », diffusé sur France 2 et bientôt sur RMC Story, ont popularisé le genre auprès du public français, avec une mise en scène sombre inspirée du cinéma. Contrairement à ces émissions, les plateformes SVOD misent désormais sur le « long-seller », explique Eric Pierrot, des programmes susceptibles de fonctionner pendant plusieurs années et qui s’affranchissent des contraintes de diffusion traditionnelles du petit écran.

« Des codes qui se rapprochent du thriller »

Sur le modèle des magazines mais avec « des moyens supérieurs et un bien meilleur résultat », les « true crimes » produits par Netflix « utilisent des codes qui se rapprochent du thriller », décrypte Éric Pierrot, qui dirige la société de production Pallas TV. Dans le cas de Grégory, c’est donc un scénariste et réalisateur de thrillers venu du grand écran, Gilles Marchand (Qui a tué Bambi ?Dans la fôret), qui a été choisi pour adapter le drame vosgien en cinq épisodes sur la plateforme américaine.

Regain d’intérêt

Avec des archives inédites et une atmosphère de film noir, Grégory contient tous les ingrédients d’une recette qui a fait ses preuves auprès d’un public plutôt jeune et international. Au risque que ces productions « se ressemblent un peu toutes », nuance le producteur Éric Pierrot. La formule, pour le moment, continue de séduire les abonnés, relançant même l’emballement autour d’anciennes histoires comme l’affaire Grégory, déjà largement médiatisée et remontant à plus de trente-cinq ans.

Lire aussi > Ted Bundy sur Netflix : les serial killers sont tout sauf… glamour !

Depuis la diffusion de la série fin novembre, les groupes Facebook dédiés à cette affaire non-élucidée ont enregistré des dizaines de nouvelles adhésions, comme une volonté des internautes de faire partie de l’enquête à leur tour.

Avec Belga

CIM Internet