Paris Match Belgique

« Outer Banks » : Trois raisons de regarder la série pour ados de Netflix

outer banks

Image d'illustration. | © Netflix.

Séries télé

Outer Banks ne bouge pas du Top 10 des contenus les plus visionnés en Belgique quotidiennement depuis sa sortie du Netflix. Entre chasse au trésor, mystères et affres de l’adolescence, cette série est un divertissement efficace et propice à l’évasion en plein confinement.

D’après un article Paris Match France de A.B.

Des ados qui nous embarquent. Dans les Outer Banks – des îles en Caroline du Nord – deux clans cohabitent difficilement : les riches Kooks et les Pogues, des exclus qui ont pour seul privilège celui de faire ce que bon leur semble parce que personne ne se soucie d’eux. C’est à cette catégorie qu’appartient la bande d’amis menée par John B. (Chase Stokes) : le bon élève « bizarre » Pope (Jonathan Daviss) et le champion des mauvais coups J.J. (Rudy Pankow). Kiara (Madison Bailey) elle, est l’infiltrée du groupe. La seule gosse de riches marginalisée par les « siens » qui traîne avec ces « mauvais garçons » qui ne plaisent pas à ses parents. L’unité du groupe va être mise à mal par une autre fille, Sarah (Madelyn Cline), princesse Kook moins superficielle que prévu.

Lire aussi > « Hollywood » : Pourquoi la nouvelle série Netflix sur l’âge d’or du cinéma s’annonce grandiose

outer banks
Madelyn Cline (Sarah) et Chase Stokes (John B). © Jackson Davis / Netflix.

«Outer Banks» est la promesse d’une série pour ados sans scène devant des casiers de lycée parce que ces jeunes – joués par des acteurs tous plus beaux les uns que les autres qui ont dépassé depuis longtemps l’âge de l’adolescence – passent leur temps en maillot de bain sur un bateau à boire, se baigner, pêcher, ou à fuir la police. Les profils des personnages ont beau avoir été vus et revus, leurs sentiments peu subtils et leurs trajectoires assez prévisibles, la dynamique du quatuor fonctionne, et il s’en dégage un parfum d’insouciance et un esprit de colonie de vacances qui séduit.

Un chasse au trésor palpitante. Tel le club des cinq mais à quatre, John B et ses amis veulent faire fortune en retrouvant l’épave d’un vieux bateau anglais qui a coulé avec une cargaison d’or. Le père du héros a passé sa vie à chercher cet or avant de disparaître mystérieusement. Cette chasse au trésor se transforme en une dangereuse course effrénée qui les entraîne dans les bas-fonds de leur île, avec son lot de suspense, drames, mauvaises rencontres, frissons et rebondissements pas toujours croyables mais assez accrocheurs pour ne pas piquer du nez avant le final.

outer banks
Madison Bailey (« Kie »), Jonathan Daviss (Pope), Chase Stokes (John B.) et Rudy Pankow (J.J.). © Netflix.

Lire aussi > Ce lien surprenant entre Britney Spears et le docu Netflix « Tiger King » choque la Toile

Des images magnifiques. Un soin particulier a été apporté aux images d’Outer Banks. L’île qui sert de terrain de jeu des héros est magnifiquement bien filmée. La misère sociale qui transparaît et la violence des rapports entre groupes qui y vivent tranchent avec la beauté de ses paysages, la quiétude de ses marais ensoleillés, sa nature luxuriante. L’expérience visuelle devient sensitive par moments, tant l’atmosphère moite et suffocante de l’île est palpable. Un filtre jaune qui habille certains plans conforte l’illusion que l’été est déjà là. Parfait pour s’évader en plein confinement.

«Outer Banks», saison 1 de dix épisodes disponible sur Netflix

CIM Internet