Paris Match Belgique

Pourquoi « The 13th » est le documentaire à voir en ce moment sur Netflix

série the 13th

"The 13th". | © Netflix.

Séries télé

Sorti en 2016, le documentaire débute sur une statistique simple : les États-Unis représentent 5 % de la population mondiale mais 25 % des personnes incarcérées dans le monde.

 

La mort de George Floyd et les nombreuses manifestations qui s’en sont suivies à travers le monde ont relancé les débats sur le racisme systémique et les violences policières vis-à-vis des minorités aux États-Unis et ailleurs. Pour sensibiliser ses utilisateurs, Netflix a notamment introduit une nouvelle section au sein de son catalogue. Surnommée « Black Lives Matter », il met en exergue les récits « puissants et complexes » sur l’expérience des Noirs, comme l’a expliqué son porte-parole.

Lire aussi > Netflix introduit une nouvelle section dans son catalogue

Parmi les contenus disponibles, l’excellent documentaire The 13th (Le 13e en français) – en référence au 13ème Amendement des États-Unis – est sans doute l’un des contenus à ne pas louper sur la célèbre plateforme. Présenté comme « un portrait sans concession du système carcéral des Etats-Unis et la façon dont il est un révélateur les inégalités raciales », ce film d’1h40 a reçu le BAFTA du Meilleur Film Documentaire en 2017 et a été nommée aux Oscars dans la catégorie du meilleur documentaire la même année. À travers des images d’archives et des interviews d’universitaires, militants et politiciens, le documentaire tente de revenir à l’origine des violences qui s’exercent aujourd’hui sur les minorités et plus particulièrement sur la communauté afro-américaine aux États-Unis.

Le film retrace ainsi avec brio les origines de l’incarcération de masse aux États-Unis, en partant d’un constat de base : les États-Unis représentent 5 % de la population mondiale mais 25 % des personnes incarcérées dans le monde. Cette criminalisation généralisée touche principalement les personnes de couleurs, nouvelle forme d’esclavage ? C’est en tout cas le postulat de ce documentaire riche et fourni, qui retrace l’histoire des États-Unis depuis l’abolition de l’esclavage en 1865. On comprend comment la culture populaire a contribué à forger une image de « l’homme noir dangereux », du film Naissance d’une Nation (1915) à la série Cops (1989), mais aussi par la criminalisation systématique des individus de couleurs et de leurs leaders, considérés comme « armés », « dangereux », « terroriste ».

Lire aussi > Netflix : Voici les nouveaux films et séries à découvrir absolument au mois de juin

Il est également question de la guerre à la drogue, menée par les républicains, une façon de s’attaquer de façon indirecte aux minorités pauvres. Finalement, et c’est sans doute l’une des parties les plus éclairantes de ce documentaire, on nous apprend la raison pour laquelle certains lobbies font peser de tout leur poids leur influence sur les politiques afin d’envoyer un maximum d’individus en prison. La prison est un business qui rapporte gros : les services de télécommunications pour les appels à la famille, les fournisseurs alimentaires pour nourrir toutes ces bouches ou encore les services de santé. Un passage de l’esclavage aboli vers un esclavage moderne. Et beaucoup de questions qui restent encore en suspens, même après le visionnage des 1h40 d’images jamais culpabilisantes ni victimisantes. À voir.

CIM Internet