Paris Match Belgique

Quel est ce lien inattendu entre Heath Ledger et le succès Netflix « Le Jeu de la Dame »

heath ledger

Heath Ledger en février 2006. | © Jan Woitas.

Séries télé

La série Le Jeu de la dame (The Queen’s Gambit en VO) a fait un carton plein sur Netflix. Porté par la fabuleuse Anya Taylor-Joy, la production Netflix ne cesse de faire parler d’elle depuis sa sortie en octobre 2020. L’histoire est en réalité l’adaptation du roman de Walter Tevis publié en 1983.

Pour ceux qui seraient malgré tout passés à côté. La série raconte le parcours de huit à vingt-deux ans d’une jeune orpheline prodige des échecs, Beth Harmon. Tout en luttant contre une addiction, elle va tout mettre en place pour devenir la plus grande joueuse d’échecs du monde en plein contexte de Guerre froide.

Lire aussi > Cette série Netflix bat des records en termes d’audience !

Ce qu’on ignorait, c’est qu’à l’époque, Heath Ledger devait faire ses premiers pas en tant que réalisateur en adaptant justement ce roman. L’acteur décédé il y a presque 12 ans jour pour jour était un grand fan d’échecs. Il avait même remporté le Championnat Junior d’Australie-Occidentale à l’âge de 10 ans. Le héros génial de Brokeback Mountain collaborait avec le scénariste Allan Shiach sur l’adaptation du roman The Queen’s Gambit au cinéma juste avant le décès du comédien. Ce dernier avait en tête pour incarner le rôle principal de Beth Armon, l’acteur Ellen Page. Dans une interview accordée en 2008 pour The Independant, Allan Shiach s’est confié sur sa collaboration avec l’acteur. « Il était passionné, c’était un jeune homme intense et intéressé, et il m’a tout de suite attiré. Nous avons parlé et discuté du projet au téléphone, puis nous avons fini par nous rencontrer », raconte-t-il. « Nous avons passé beaucoup de temps au cours des trois derniers mois à travailler sur sa vision », poursuit-il. « Nous nous sommes rencontrés plusieurs fois à New York et ici, où il passait beaucoup de temps. Nous étions arrivés à l’étape où nous avions envoyé le scénario à Ellen. Heath était plein d’idées pour les autres acteurs, principalement à partir de sa liste d’amis comédiens. Nous avions prévu de faire un film à la fin de l’année 2008 ».

Lire aussi > Netflix : Pourquoi « Pretend It’s a City » est la seule série que vous devriez voir en ce début d’année [VIDÉO]

« Aujourd’hui, la boîte de réception de Shiach contient des centaines de courriels de Ledger, contenant des réflexions, souvent envoyés tard dans la nuit. Les deux hommes avaient décidé d’utiliser la musique de piano obsédante de Pino Donaggio, tirée des scènes d’ouverture de « Don’t Look Now », pour marquer la séquence où Beth quitte un parc de caravanes pour aller vivre dans un orphelinat », écrit The Independant.

Suite à la mort d’Heath Ledger, le projet était resté en suspens pendant plusieurs années, jusqu’à ce que Scott Frank découvre le sujet et s’associe à Allan Shiach pour en faire une série en sept épisodes pour le résultat Netflix qu’on connaît aujourd’hui.

 

CIM Internet