Paris Match Belgique

Quand Anna Sorokin visionne, depuis sa prison, la série Netflix sur sa vie

inventing Anna

Extrait de "Inventing Anna" sur Netflix. | © David Giesbrecht/Netflix

Séries

Anna Sorokin a visionné la série Netflix «Inventing Anna» depuis la prison dans laquelle elle est incarcérée.

D’après un article Paris Match France de Léa Bitton

Une journaliste américaine de Cosmopolitan a pu visionner, par caméras interposées, la nouvelle série Netflix Inventing Anna avec la principale concernée, Anna Sorokin. La jeune femme de 31 ans, qui a volé plusieurs milliers de dollars à la haute sphère new-yorkaise, est actuellement incarcérée à Goshen dans l’Etat de New York. L’escroc est restée de marbre pendant les deux premières minutes du premier épisode puis a fini par rire en entendant Julia Garner, qui joue son rôle, lâcher : «Anna Delvey est un chef-d’oeuvre, qu’ils aillent tous se faire voir».

«La série va réécrire la réalité. C’est étrange d’observer sa propre vie racontée par quelqu’un d’autre. C’est un bon exercice de lâcher-prise», a déclaré la trentenaire. «C’est comme si toutes les personnes de votre vie vous disent ce qu’ils pensent de vous, tous en même temps. Je ne pense pas que j’aurais pu être amie avec moi-même», a-t-elle dit, tout en expliquant que ni ses amis ni ses avocats n’avaient été consultés pour la réalisation de la série.

« Qu’est-ce que c’est gnangnan ! »

Il faut dire que la créatrice du feuilleton Shonda Rhimes assume totalement avoir pris des libertés dans le script. Avant chaque épisode, la phrase «Cette histoire est complètement vraie, sauf les parties qui sont totalement inventées» est écrite. Des mots repris par Netflix pour annoncer sur les réseaux sociaux la sortie d’«Inventing Anna». «Qu’est-ce que c’est gnangnan», a-t-elle ensuite lâché lors d’un échange entre son personnage et son avocat, quelques minutes avant d’être rappelée par un gardien pour regagner sa cellule.

Grâce à d’habiles mensonges et un aplomb étonnant, Anna Sorokin, qui se présentait comme une héritière allemande avec une fortune de plus de 60 millions de dollars, avait obtenu des dizaines de milliers de dollars de prêts de plusieurs banques. À la manière de Christophe Rocancourt, elle a réussi à donner suffisamment le change pour voyager gratuitement en avions privés, vivre des mois dans des hôtels de luxe de Manhattan, sans jamais payer la note.

CIM Internet