Paris Match Belgique

Avec son film sur l’anorexie, Netflix donne un os à ronger aux critiques

Une maigreur qui inquiète les critiques | © Netflix

Séries télé

Avec Jusqu’à l’os, Netflix met en scène le combat d’une jeune anorexique contre la maladie. Dans le rôle principal, Lily Collins, qui a elle-même souffert d’anorexie. Et dont les critiques craignent qu’elle ne glorifient la maladie auprès d’un jeune public influençable. 

Pour incarner Ellen, l’héroïne du dernier film Netflix, Lily Collins a dû lutter contre ses démons. Ou plutôt, les accueillir à nouveau : ex-anorexique, la fille de Phil Collins a été contrainte de s’affamer pour rentrer dans la peau de son personnage. Une jeune fille à la dérive, prise dans les griffes de l’anorexie, et dont les os sont douloureusement visibles. Un rôle difficile, que Lily Collins a vu comme un cadeau : « même si j’étais guérie depuis plusieurs années avant de faire ce film, le préparer m’a permis de faire le point sur les troubles alimentaires grâce aux professionnels. C’était une nouvelle forme de guérison pour moi. C’était un cadeau d’avoir pu prendre du recul dans la peau d’une autre, une personne que j’avais été mais en étant plus mature » a confié l’actrice de 27 ans au magazine The Edit.

Lire aussi > Lily Collins se confie sur sa lutte contre l’anorexie 

Mauvais exemple

Une perspective que ne partagent pas les critiques, qui craignent que le film ne glorifie la maladie. D’autant que les comportements d’Ellen pourraient donner de mauvaises idées. Ainsi que l’a confié Mélanie Mallet, une ex-anorexique, à Radio Canada, « je faisais exactement tout ce qu’Ellen fait, comme compter les calories et me dire que tout est sous contrôle« . Pire : « quand j’étais très malade, je regardais des émissions sur les troubles alimentaires et j’essayais d’apprendre les techniques des autres ». Jusqu’à l’os, le parfait manuel de l’anorexique ? Pour Lily Collins, le film s’applique justement à faire tout le contraire.

 

Provoquer le débat

Dans une interview accordée à Vanity Fair en janvier dernier, l’actrice expliquait en effet que « quand on m’a proposé le film, j’ai vraiment eu l’impression que l’univers m’envoyait un message. C’était le moment pour moi d’éduquer les jeunes sur le sujet, aussi bien garçons que filles, car la maladie touche autant les deux maintenant ». « Mon but n’était pas du tout de glorifier les troubles alimentaires, mais d’initier des discussions sur un sujet trop souvent occulté par de fausses idées et le secret » a quant à elle déclaré Marti Noxon, la réalisatrice du film.

Lire également > 13 Reasons Why suscite un vaste débat autour du suicide

Polémiques en série

Netflix n’en est pas à sa première polémique, la sortie de 13 Reasons Why ayant déjà déchainé la critique au printemps dernier. Racontant le suicide d’une adolescente, la série avait été accusée de glamouriser le suicide auprès des jeunes et de potentiellement leur donner des idées dangereuses. Lily Collins affirme elle que Jusqu’à l’os lui a permis de se débarrasser définitivement de ses vieux démons. Et espère aider d’autres à faire de même.

CIM Internet