Paris Match Belgique

« Glass Onion » : Le nouveau polar Netflix qui se moque ouvertement d’Elon Musk

glass onion

Extrait de "Glass Onion" avec Edward Norton | © Netflix

Séries

Déjà homme le plus riche du monde, entrepreneur de la tech et dirigeant de l’un des plus influents réseaux sociaux, Elon Musk pourrait, en plus, avoir inspiré le dernier film policier de Netflix, Glass Onion: Une histoire à couteaux tirés.

 

Le film, qui prend la suite de À couteaux tirés (2019), sortira en salle le 23 novembre et sera disponible en streaming un mois plus tard. L’acteur Daniel Craig y enfile le costume du détective Benoit Blanc pour enquêter sur un meurtre commis sur une île grecque privée dont le propriétaire est Miles Bron : un milliardaire, entrepreneur audacieux et génie autoproclamé qui a fait fortune grâce à différentes sociétés.

Un « messie insensé » joué par Edward Norton

Le personnage joué par Edward Norton prend plaisir à déconcerter ceux qui l’entourent avec ses dernières lubies et énigmes. Depuis la première de ce film au festival du film de Toronto en septembre, les spécialistes ont relevé des similitudes entre le personnage et Elon Musk, qui a fondé SpaceX, dirige Tesla et a récemment acheté Twitter.

Le magazine américain Vanity Fair a affirmé que le film s’attaquait aux figures de « messie insensés, et parfois dangereux, de l’industrie technologique », en référence au personnage de Miles Bron, un « mélange » entre Elon Musk et Steve Jobs. « Si vous voyez des ressemblances, c’est que ce n’est sûrement pas un hasard » s’est amusé à dire Edward Norton mardi lors d’une conférence de presse à Los Angeles.

Beaucoup de milliardaires de la tech vont penser que c’est à propos d’eux

« Mais je pense aussi que le personnage de Miles est comme cette chanson de Carly Simon qui dit ‘tu es si prétentieux, tu penses sûrement que cette chanson parle de toi’, et je pense que beaucoup (de milliardaires de la tech) vont penser que c’est à propos d’eux. Et c’est très bien », a-t-il ajouté. Le scénariste et réalisateur Rian Johnson, qui a écrit et dirigé Star Wars : les derniers Jedi, a révélé que le personnage n’était pas inspiré par une seule figure de la vie réelle, car « se moquer d’une personne en particulier n’est pas si pertinent ».

Mais il a ajouté que le film traitait de « notre relation, en tant que société », à ces milliardaires à qui on souhaite du mal tout en espérant qu’ils inventent quelque chose susceptible de résoudre tous nos problèmes. Glass Onion sera le premier film Netflix à être diffusé dans un grand nombre de salles aux États-Unis, mais seulement pour une semaine, une expérimentation de la plateforme qui cherche à diversifier ses sources de revenus.

Avec Belga

Mots-clés:
netflix elon musk
CIM Internet