Paris Match Belgique

« Sense8 » bientôt sauvée par le porno ?

Sense8, épisode 6, saison 2. | © Murray Close/Netflix

Séries télé

Si Netflix ne veut pas financer une nouvelle saison de Sense8, qu’à cela ne tienne, le site porno xHamster est prêt à le faire !

 

En juin dernier, le géant américain du streaming se prenait les foudres des internautes en annonçant ne pas renouveller Sense8, qui revenait trop cher pour une audience trop faible. Déterminés et en colère, les fans du monde entier s’étaient alors mobilisés à coups de hashtags, de pétitions et de menaces de désabonnements pour tenter de sauver leur série préférée. Et ils ont obtenu gain de cause puisque Netflix leur a promis un épisode final de deux heures. Une victoire en demi-teinte cependant puisque la série reste toujours arrêtée.

Lire aussi > Comment les fans ont sauvé « Sense8 »

Mais il se peut qu’elle soit ressuscitée, grâce… au porno. En effet, le site de pornographie et réseau social américain xHamster a publié une lettre des plus sérieuses à l’intention de Lana Wachowski, co-créatrice de la série et à sa sœur Lilly en leur proposant de produire la troisième saison -qu’elle avait annoncé avoir commencé à écrire malgré l’annulation : « Nous avons récemment lu que vous travaillez à la troisième saison de ‘Sense8’ bien que Netflix n’a pas pour projet de renouveler la série. Nous savons que ce n’est pas conventionnel, mais nous voudrions la faite renaître sur xHamster. Nous ne parlons pas d’une parodie, ou de quelque chose de moindre, mais d’une vraie reprise de la série ». En ajoutant : « Nous aimerions que vous considériez une autre option, laissez xHamster produire la série » et en sortant l’argument que « xHamster est l’un des sites les plus visités sur le Web ». En effet, il se classerait parmi les 100 sites les plus visités au monde.

Lire aussi > « Sense8 » et & « The Get Down » : les raisons de l’annulation

Une lettre signée Alex Hawkins, vice-président du site, qui précise : « xHamster a un long historique de lutte pour défendre les droits de l’expression sexuelle et de la sexualité non-normative. En plus de permettre à des milliards d’usagers de rapprocher des articulations individuelles du genre et de la sexualité, nous continuons à utiliser notre public pour lutter contre les lois anti-LGBTQ répressives aux États-Unis et à l’étranger, pour l’éducation sexuelle dans les écoles publiques, le Planning Familial et les droits des travailleurs du sexe ». Et de conclure : « Nous savons que nous sommes une maison improbable. Mais il y a cinq ans, les gens riaient à l’idée de voir Netflix produire des séries. Nous pensons que notre heure, comme la vôtre, est venue ». Pour le moment, les créatrices de la série n’ont toujours pas répondu à l’offre.

CIM Internet