Jean-Luc Reichmann : « J’ai fait visiter le plat pays à mes enfants »

Jean-Luc Reichmann : « J’ai fait visiter le plat pays à mes enfants »

Jean-Luc Recihmann "likes" Belgium. | © Paris Match

I like Belgium

Animateur, acteur, producteur, Jean-Luc Reichmann est plus en forme que jamais. Il enchaîne les succès avec son émission « Les 12 Coups de midi » sur TF1, mais aussi avec la série Leo Mattei, dont il vient de terminer six nouveaux épisodes.

 

Paris Match. Les réseaux sociaux se sont déchaînés contre vous à la suite d’une blague sur les Diables rouges. Votre sentiment ?

Jean-Luc Reichmann. Ma blagounette (*) m’a valu un retour un peu blessant. J’avoue ne pas comprendre, car le sport doit rester le sport. Quelques petites taquineries entre la France et la Belgique sont toujours de bon aloi. Là, cela a dérapé car on nous a dit qu’on avait volé la victoire face à la Belgique. Mais les blagues étaient gentilles. Bref, ce tremblement de terre sur les réseaux sociaux m’a touché.

C’est oublié, aujourd’hui ?
Pour moi, oui, car je suis avant tout quelqu’un de positif. Le sport doit prôner de belles valeurs de spontanéité et de vivre-ensemble. Même s’il y a toujours un gagnant ou un perdant. Ce déferlement de critiques m’a d’autant plus chamboulé que je dis souvent, à l’antenne, mon amour pour la Belgique. Pour en terminer avec cette histoire, je peux vous dire sincèrement que les Diables rouges étaient l’une des meilleures équipes de la Coupe du monde. Une formation très complète, dotée d’un très bel esprit, sincère dans son rapport au sport. Bref, la Belgique aurait pu être championne du monde !

Que pensez-vous des Belges en général ?
Ils font preuve d’une ferveur incroyable, d’un engouement spontané, d’un humour que j’apprécie particulièrement. Et je pense sincèrement que nous partageons les mêmes valeurs dans nos cœurs. De l’humanité avant tout. D’ailleurs, j’ai fait découvrir la Belgique à mes enfants. Je suis d’autant plus heureux d’y venir que des copains me disent que plus de 50 % des téléspectateurs regardent l’émission que j’anime sur TF1. Cela me va vraiment droit au cœur.

Vous ne le mentionnez pas, mais vous avez été aussi l’un des parrains de l’opération CAP48.
Oui, j’y suis venu totalement bénévolement, deux années de suite. Mon âme et mon esprit sont très proches des Belges. Et ceux-ci m’ont toujours soutenu… même si c’était plus chaud cette fois ! (Il rit)

Lire aussi > Jean Dujardin : « Les Belges savent donner de l’amour »

Animateur, producteur et acteur : vous avez besoin de cette polyvalence pour vous sentir vivre ?

Déjà, j’étais comédien avant d’être animateur. Je suis revenu à mes premières amours car cela me permet de garder le contact avec les gens. Je serais incapable de ne faire que de la télé ou que du théâtre. Le mélange constitue mon bonheur. Mon travail est basé sur l’autre. Et, pour moi, rien n’est plus fort que l’autre. Le jour où vous comprenez que vous êtes utile et que vous faites du bien, ça vous nourrit complètement.

Reichmann se produira en janvier 2019 en Belgique avec la pièce « Nuit d’ivresse » (les 25 et 26 janvier au Centre culturel d’Uccle et le 27 au Forum de Liège). Rires et émotions garantis.

Revenons à la Belgique : quel est votre plat préféré belge ?
J’adore les moules de Zélande. Un régal.

Votre péché mignon préféré ?
Entamer la conversation sur une terrasse avec un bon paquet de frites et une bonne bière belge !

Lire aussi > Charles Aznavour : « Annie Cordy est ma soeur »

Votre expression ou mot belge préféré ?
« Non peut-être. »

Qu’aimeriez-vous que votre pays emprunte à la Belgique ?
La joie de vivre. L’insouciance. Je n’aurais surtout pas compris de ne pas y passer avec la pièce Nuit d’ivresse. C’est important de venir au Plat Pays.

 

(*) Au lendemain du match France/Belgique (1-0), Jean-Luc Reichmann a raconté cette blague sur Twitter. « C’est l’histoire d’un Belge qui entre dans un bar et demande un Coca Light. Le barman lui répond : ‘On n’a plus de Coca Light, je vous mets un Zéro ?’ »

CIM Internet