Paris Match Belgique

Kev Adams : « Donnons du pouvoir aux jeunes pour qu’ils changent le monde »

« Angèle m’a fait découvrir le mot “brol”… » nous a expliqué l'humoriste français ! | © ©PHOTOPQR/VOIX DU NORD

I like Belgium

Kev Adams poursuit à Forest National, le 16 novembre, sa tournée de 140 dates avec son spectacle « Sois 10 ans ».

 

Par Christian Marchand

Paris Match. Vous aimez les Belges. Qu’allez-vous leur proposer sur la scène de Forest National ?
Kev Adams. Un spectacle original basé sur de nouveaux sketches, les uns qui feront rire les enfants, les autres les adultes, avec beaucoup d’animations : du chant, de la danse et de l’humour. J’aborde également divers sujets comme la nouvelle consommation des jeunes ou l’actualité. J’ai toujours été très impressionné par l’accueil que me réservent les Belges. Après dix ans de carrière, cela me surprend toujours.

Souvent, les artistes disent que les politiques sont de grands humoristes. Vous aussi ?
Mon sentiment, c’est qu’ils sont un peu dépassés. Il serait bon de donner la parole aux gens qui ne l’ont jamais. Remettre des problèmes importants au centre des débats, comme l’environnement. En France, on dirait que c’est devenu un sujet étrange. Alors qu’on sait tous que la planète se meurt. Pendant ce temps, les gouvernements parlent plus de problèmes économiques et de gestion.

Vous ne faites plus confiance au pouvoir politique ?
Je ne sais pas. Je me demande si certains cherchent des solutions. Ce sont avant tout des humains qui pensent à nourrir leur famille. Qui veut réellement faire changer les choses, au risque de ne pas être réélu ? J’ai été contacté par le président de la République pour évoquer les nouveaux enjeux qui touchent les jeunes. Nous nous verrons prochainement. Il serait bien de donner un peu plus la parole aux jeunes, mais aussi un certain pouvoir. Rien qu’en matière d’écologie, on ne peut pas toute notre vie laisser des adultes décider alors qu’ils ne seront plus présents quand les catastrophes arriveront. On est obligé de laisser la parole à des jeunes qui, eux, seront là et qui vont pouvoir aussi transmettre dans vingt, trente, quarante ans, à la prochaine génération, les bêtises qu’on a faites ! J’évoque l’écologie, mais il y a aussi le social, l’économie, le vivre-ensemble. Les réseaux sociaux sont un grand exutoire. Tout le monde peut écrire ce qu’il veut et tout le monde a l’impression d’être entendu, mais rien ne bouge. Un jour, il sera trop tard pour laisser les jeunes s’exprimer.

Avez-vous une conscience politique ?

Je ne pense pas pouvoir être très bon dans cet univers. Je ne réclame pas ce genre de responsabilité. Par contre, j’ai la chance d’être au contact des jeunes. Il n’y a pas que les démunis qui ne se sentent pas entendus. Voilà, c’est ça qu’il faudrait créer aujourd’hui : une écoute et un pouvoir décisionnaire. Créer la Chambre des jeunes entre 18 ans et 30 ans, pour influencer l’avenir du pays dans lequel ils vivent.

Lire aussi >Kev Adams et Jamel Debbouze : « Les Belges sont les plus intelligents »

Et vous, vous aimez votre vie actuelle ?
Je suis un privilégié. On prétend que je n’ai plus de vie privée. Je suis très fataliste par rapport à ça. Quand vous avez toujours voulu être célèbre, il faut accepter les désagréments de la célébrité. Bien sûr, ce n’est pas toujours agréable. Il y a des moments où vous avez envie de tranquillité avec votre famille ou votre compagne. En même temps, vous ne pouvez pas vouloir être dentiste et après vous plaindre que des gens sentent mauvais de la bouche ! Ici, c’est la même chose : vous ne pouvez pas vous plaindre de vouloir être une célébrité et qu’on s’immisce dans votre vie privée.

 

Kev Adams avec le maillot des Diables rouges
©Paris Match Belgique

Que pensez-vous des artistes belges ?
Le plus grand bien. Et pour cause, aujourd’hui, les plus grandes stars de la chanson en France sont belges : Angèle, Damso, Hamza, Stromae. Cette prise de pouvoir artistique que l’on vit dans la chanson va se poursuivre à la télé et au cinéma. Des centaines de créateurs belges ont des idées fantastiques avec une vision de dingue. J’adorerais travailler avec eux.

Qu’avez-vous découvert récemment en Belgique ?
Je ne connaissais pas le mot « brol ». Je l’ai entendu dans une chanson d’Angèle. Maintenant, je sais. Comme je sais que la gaufre de Liège est la plus exquise au monde !

Qu’est-ce que la France devrait emprunter à la Belgique ?
Le sens artistique, l’humour, mais aussi l’ouverture aux autres. La Belgique est très forte dans ce domaine. Par exemple, les Belges parlent mieux anglais que les Français. Ils s’intéressent au monde culturel dans sa plus large palette internationale. C’est une force et une chance.

Qu’est-ce que vous ne comprenez pas en Belgique ?
Certains accents qui viennent de Knokke-Le-Zoute ! (Il rit)

 

CIM Internet