Paris Match Belgique

Excellence Belge : Graefswinning, la dame aux pivoines

« Bon nombre de mes clients me contactent via mon site internet (graefswinning.be), en particulier des Allemands et des Scandinaves, qui représentent plus d’un millier d’amateurs. » | © DR

I like Belgium

Jeaninne Lemmens produit avec passion pas moins de trois cents variétés de ces fleurs, remarquables et remarquées, dans les huit hectares de terrain qui entourent sa ferme de Nieuwerkerken, près de Saint-Trond.

 

Graefswinning est un nom que connaissent tous les amateurs de pivoines, en Belgique, mais plus encore en Allemagne, en Scandinavie et dans les pays de l’Est « parce que ce sont des fleurs qui ne craignent pas les grands froids, que du contraire » précise la productrice. Ce nom est aussi celui de sa ferme située à Nieuwerkerken dont le cadastre signalait déjà l’existence en 1776. S’y épanouit actuellement une collection de cinq cents pivoines dont trois cents variétés sont mises en culture.

Il s’agit essentiellement d’herbacées, de toutes tailles et de toutes couleurs, que l’on vient contempler au moment de leur éblouissante floraison vers le milieu du mois de mai. Dans une autre vie, Jeaninne était une bourlingueuse, adepte des grands horizons. Elle a vécu en Australie et en France avant de revenir en Belgique, la trentaine accomplie, poussée par le mal du pays. Dans un premier temps, elle s’installe avec son mari en Campine, mais la terre ne se prête guère à son nouveau projet de vie : les pivoines. Dans ce but, le couple déménage pour acquérir une autre ferme, là où il s’enracine définitivement avec pour objectif de « trouver l’harmonie idéale entre la fleur et la plante », le Graal de Jeaninne.

Ses huit hectares de terrain sont pour moitié plantés de vergers et, pour l’autre de pivoines, partagées entre plantes à racines nues et fleurs à couper, une activité commencée après avoir suivi les formations de la Royal Horticultural Society à Londres et visité plusieurs spécialistes aux Etats-Unis.

« A l’époque, internet n’existait pas et le mieux était encore de se rendre sur place », explique-t-elle. Jeaninne multiplie alors les déplacements dans le Missouri et l’Oregon, participe aux conventions annuelles de l’American Peony Society et entre en contact avec les grands noms des pivoines modernes comme Roy Klehm, Donald Smith ou le célèbre obtenteur Hollingsworth Peonies. « Mon mari me donne parfois un coup de main de même que quelques saisonniers au moment de cueillir les fleurs. Mais pour l’essentiel, je travaille toute seule, en particulier pour les multiplications puisque je vends une partie de mes plantes en pot et une autre en racines nues, quand ce n’est pas la saison des fleurs coupées. »

 

Des concentrés de printemps, de parfums et d’émotions ©DR

Chaque année, Jeaninne plante de nouveaux blocs et de nouvelles variétés parmi les plus rares. Il lui reste alors à attendre quatre ans avant de récolter ses premiers plants, les diviser à la main et les replanter avant de les mettre en vente. « Bon nombre de mes clients me contactent via mon site internet (Graefswinning.be), en particulier des Allemands et des Scandinaves qui représentent plus d’un millier d’amateurs. »

Leur profil ? « Souvent de jeunes quadragénaires qui viennent d’acheter une maison avec un petit jardin et ont compris que les pivoines n’appartiennent pas qu’aux jardins de grand-mère. Ils sont éblouis par les possibilités qu’offre ce végétal dont il existe quantité de variétés très mellifères. » Quant aux goûts, c’est, à l’en croire, toujours la pivoine rose à fleurs doubles qui a la cote. « Mais lorsque les gens viennent à la ferme et découvrent mes champs fleuris à perte de vue, ils reviennent avec bien d’autres variétés que celle qu’ils souhaitaient en arrivant. »

Durant la période de l’année dédiée aux pivoines, de la mi-mai au début du mois de juin, les visiteurs affluent dans la ferme Graefswinning pour des fleurs coupées, « Mais », s’empresse d’ajouter Jeaninne, « comme les foires aux plantes sont fermées à cause de la pandémie, je tiens boutique dès à présent pour vendre mes plantes en pot. »

En vedette ce printemps, quelques pépites très convoitées – dont la pivoine « Lois’choice » qui offre trois tons différents dans les dégradés de rose et d’abricot, la « Red Grace » d’un rouge étincelant et la toute nouvelle « Lumière » en provenance du Midwest – enchanteront le regard dans un grand vent de fleurs. « A notre époque, tout le monde veut avoir tout et tout de suite. Moi, je produis et je vends au bon moment et uniquement à ce moment-là car il faut respecter les saisons » précise encore la productrice alors qu’approche le moment de rencontrer ses milliers de pivoines en fleurs, quand les boutons éclos sont un concentré de printemps, de parfums et d’émotion.

Souvent, de jeunes quadragénaires qui viennent d’acheter une maison avec un petit jardin sont éblouis par les possibilités qu’offre ce végétal, dont il existe quantité de variétés. »

 

©DR

CIM Internet