Paris Match Belgique

Excellence belge : Hind Rabii et la lumière fut

Hind Rabii produit ses premiers luminaires pour l’extérieur et sera présente au Big Five Show de Dubaï en septembre prochain. « Un beau luminaire transcende la seule dimension de l’éclairage. Il s’intègre à une personnalité, à un style, et dépasse sa fonctionnalité pour sublimer son environnement. » | © DR

I like Belgium

Les créations de la Verviétoise scintillent dans plus d’une centaine de boutiques de par le monde.

 

Par Philippe Fiévet

Issue d’une famille aisée de Rabat connue dans l’industrie textile, Hind Rabii est arrivée en Belgique au début des années 1990 à la demande de son père, dans le but de suivre les cours de l’Institut supérieur industriel de Verviers, l’une des écoles les plus réputées en matière de tissage. « Ma famille possédait des machines de filature fabriquées à Verviers et plusieurs travailleurs de son usine de bonneterie y avaient été formés. »

Le destin de la jeune femme semblait alors tout tracé. Son diplôme d’ingénieure industrielle dans le secteur des machines textiles en poche, elle retourne au Maroc avec celui qu’elle a rencontré sur les bancs de l’école, Michel Orban, devenu entre-temps son époux et, par la suite, cogérant de sa société pour la partie technique. Il semblerait toutefois que la vie n’y ait pas été un long fleuve tranquille, raison pour laquelle le couple revient en Belgique pour s’installer dans la ville de leur rencontre.

« Comme j’avais toujours été passionnée par le design, je me suis lancée dans la création de luminaires à très petite échelle. C’était à l’époque une structure modeste et nous avons commencé, Michel et moi, dans le garage de notre appartement de location. »

Sa collection de luminaires jongle avec les matériaux nobles comme le cuir, la céramique, l’acier, la fibre de verre… L’essentiel est fabriqué en Belgique ©DR

Avec opiniâtreté, la créatrice s’accroche et finit par présenter pour la première fois ses luminaires au très prisé salon Maison&Objet à Paris, où les Français découvrent le style épuré de ses collections tissant une lumière chaude et délicate dans des matériaux haut de gamme. « Notre réseau s’est alors considérablement étoffé et nous nous sommes ouverts à l’international en participant aux salons les plus en vue – Cologne, Francfort, Milan – ainsi qu’à des foires spécifiques destinées aux professionnels et aux prescripteurs, comme Architect@work. »

Aujourd’hui, ses luminaires se retrouvent dans plus d’une centaine de points de vente dans le monde entier, avec une prédilection pour les Etats-Unis, la Russie et la Pologne mais aussi tous les pays européens, Allemagne et Pays-Bas en tête. Sans oublier bien sûr la Belgique, où une vingtaine de magasins présentent ses collections, de la chaîne Illudesign à la boutique Deco Bianchini à Wavre en passant par l’Appart à Uccle, The Light House à Knokke ou Isabel Gilles à Waterloo.

Le chiffre d’affaires de la société Hind Rabii dépasse maintenant les deux millions d’euros et sa collection de luminaires jongle avec les matériaux nobles comme le cuir, la céramique, l’acier, la fibre de verre… « L’essentiel est fabriqué ici, en Belgique. Sauf le verre soufflé, qui est travaillé à Murano, et certaines dorures et étapes de galvanisation qui se font dans la région de Venise, où de petits artisans locaux travaillent pour nous. En vingt ans, le bouche à oreille a fait son œuvre. Bon nombre d’architectes prescrivent nos produits pour des projets hôteliers ou particuliers et les achètent via un distributeur. »

Mais pour la Verviétoise, les luminaires n’ont pas pour seule fonction d’éclairer les lieux de vie. Elle y voit toute une philosophie impliquant exclusivement des matériaux naturels, des circuits de production courts et, d’une manière plus globale, « la qualité, la provenance et le respect de l’humain ». Au gré des cinquante modèles que compte actuellement sa collection de suspensions, d’appliques, de lampes à poser et, tout récemment, d’éclairages d’extérieur, on retrouve la même signature de lignes épurées et de créations sur mesure qui peuvent merveilleusement s’adapter à la personnalité d’un lieu. « Un beau luminaire », considère Hind, « transcende la seule dimension de l’éclairage. Il s’intègre à une personnalité, à un style, et dépasse sa fonctionnalité pour sublimer son environnement. »
En tout cas, ses projets se suivent à un rythme soutenu : investir de nouveaux marchés, aborder d’autres horizons et -préparer activement la participation de la société au prochain salon Big Five Show de Dubaï, avec l’Awex, en -septembre prochain. Avant cela, on évoque une exposition au Grand-Hornu au cours de l’été. Mais une chose est claire : Hind Rabii n’a pas fini de nous envoûter avec ses lumières et ses ombres divinement -entrelacées.

 

 

CIM Internet