Paris Match Belgique

Excellence Belge : Grimbergen Coup triple

Le père Karel et le maître-brasseur Marc-Antoine Sochon. « Grâce à notre microbrasserie, notre métier de brasseur de bière réintègre son lieu d’origine. » | © Grimbergen

I like Belgium

Avec trois nouvelles bières, la marque inaugure une nouvelle microbrasserie sous la direction du Père Karel Stoutemas, figure emblématique de la vénérable abbaye dont l’existence est attestée depuis neuf cents ans.

 

C’est en 1128 que les moines prémontrés érigent leur abbaye au creux de ce petit village des Flandres, en même temps qu’ils commencent à brasser une bière locale à haute fermentation. A l’époque, ce breuvage était plus sûr à boire que l’eau, mais aussi utilisé comme moyen de paiement. Hélas, ces lieux consacrés sont plusieurs fois la proie des flammes, ce qui ne découragera pas pour autant les hommes de Dieu, puisqu’ils reconstruiront à chaque fois l’édifice en préservant soigneusement leur tradition brassicole.

C’est d’ailleurs non sans une pinte d’humour sans doute doublé d’un pied de nez à l’histoire qu’ils finiront par adopter le phénix comme emblème et arborer la devise « Ardet nec Consumitur », (a flamme ne s’éteint jamais). Mais on n’est jamais assez prudent avec les allumettes et malgré la détermination des moines, le coup de grâce est donné lors de la Révolution française qui ravage le site une fois pour toutes et interrompt définitivement le brassage de la bière sur place.

 

Les trois nouvelles bières : la Grimbergen Magnum Opus Brut Beer, l’Ignis Quadruple et l’Astrum Pale Ale. ©Grimbergen

Aujourd’hui, quelque 200 ans plus tard, un vent de nostalgie souffle sur la marque qui vient de construire une microbrasserie sur les lieux historiques de l’ancienne abbaye ; Elle profite de son inauguration pour lancer trois nouvelles bières, la Grimbergen Magnum Opus Brut Beer, l’Ignis Quadruple et l’Astrum Pale Ale. Yeux rieurs et figure ronde cerclée de lunettes, le Père Karel, 57 ans, est le maître d’œuvre de cette réjouissante renaissance. Ordonné prêtre en 1993, il a à son actif vingt-cinq ans d’aumônerie paroissiale et a été nommé prévôt de l’abbaye depuis 2010, mais il avoue avoir les mains dans le houblon depuis bien plus longtemps. Ainsi a-t-il suivi des cours à la brasserie Jacobsen à Copenhague et à la Scandinavian School of Brewing, acquérant à la fois des connaissances théoriques et une expérience pratique.

Avec son équipe et en collaboration étroite avec le maître brasseur Marc-Antoine Sochon, le Père Karel a porté sur les fonds baptismaux ces trois nouveaux bouquets d’orge et de houblon. « Grâce à notre microbrasserie, fruit d’une collaboration entre l’Abbaye de Grimbergen, Alken-Maes et le groupe Carlsberg, notre métier de brasseur de bière réintègre son lieu d’origine », se réjouit-il, en ajoutant que celle-ci est appelé à devenir un laboratoire pour expérimenter et tester de nouvelles formules « car nous allons dans les mois et les années à venir développer d’autres bières inédites, expérimenter différentes styles, explorer de nouveaux ingrédients et développer de nouvelles saveurs qui surprendront les amateurs de bière. »

C’est déjà bien parti avec ces trois premiers crus qui donnent une furieuse envie de faire connaissance : la Grimbergen Magnum Opus Brut affiche des notes de poire, de zeste d’orange et des arômes de vanille subtilement mêlés aux malts dorés et au houblon Nelson Sauvin. La Grimbergen Ignis Quadruple doit son nom aux embrasements du passé, à ses malts fumés sur du bois de hêtre et ses arôme hauts en couleurs. Quant à la Grimbergen Astrum Pale Ale, elle joue la carte de l’exotisme en faisant appel au fabuleux et lointain houblon Galaxy, une variété importée de Tasmanie qui confère au breuvage une savoureuse et rafraîchissante touche d’agrumes.

Toutes trois sont exclusivement brassées en ces murs alors que les traditionnelles Grimbergen Blonde, Double et Triple sont produites dans la brasserie Cristal à Alken. Sans qu’il soit possible de connaître le nombre d’hectolitres produits par an, une révélation qui s’apparente à un secret d’état !

 

« Nous allons développer d’autres bières inédites, qui surprendront les amateurs » ©Grimbergen

Par contre, nul besoin de confesser le Père Karel pour savoir comment sa congrégation concile économie et religion : « L’abbaye reçoit des redevances pour toutes les Grimbergen produites », explique-t-il. Elles sont très importantes, elles permettent à la communauté abbatiale d’entretenir ses bâtiments et de subvenir à ses besoins quotidiens, mais aussi d’assumer son rôle social en soutenant les organisations caritatives locales.»

Autre bonne nouvelle, les nouvelles bières sont déjà disponibles au fût au Fenikshof, le restaurant situé juste à côté de l’abbaye dont la microbrasserie fait partie. Elles seront également bientôt disponibles à l’étranger et en Belgique à partir de la mi-juin chez Prik&Tik et chez Belgian Beer Factory. Les supermarchés et les débits de boissons suivront en septembre jusqu’à plus soif…avec modération.

 

CIM Internet