Paris Match Belgique

Excellence Belge : Le Chant d’Eole a le vent en poupe

La success story a commencé en 2010 quand des Champenois se mettent en tête de racheter les terres familiales situées au pied des éoliennes de la commune de Quévy... | © chant d'eole

I like Belgium

Alors que ses bulles dignes d’un grand champagne collectionnent les médailles d’or, le domaine ouvre dès à présent un restaurant éphémère au beau milieu de ses vignes et lance le premier spritz belge.

 

Hubert Ewbank a décidément le dieu des vents dans la poche ! Après une carrière dans le recyclage et la biométhanisation, l’entrepreneur vole de succès en succès. Si ses activités touchent à la fois le secteur de l’éolien, de l’agriculture et de l’immobilier, c’est dans les bulles qu’il se distingue avec brio.

En moins de dix ans, sa méthode traditionnelle en a mis plein les papilles et raflé l’or à la London Wine Competition, au concours du Meilleur Chardonnay du Monde, au Frankfurt International Trophy en Allemagne ainsi qu’au Concours mondial de Bruxelles. Il est rare de voir un vin réaliser ce grand chelem, plus rare encore de coiffer au poteau 226 champagnes concurrents et 700 mousseux de type cava ou prosecco.

« Oui, confirme-t-il, le Chant d’Eole a été considéré il y a deux ans comme la meilleure bulle du monde dans ce concours prestigieux. C’est d’ailleurs la première fois qu’un vin belge se retrouve à une telle place sur la carte du monde. Les vins belges commencent à bénéficier d’une renommée internationale et une dizaine de vignobles en Wallonie bénéficient aujourd’hui d’une belle visibilité qui permet d’affirmer haut et fort que la Belgique fait désormais de grands vins. »

Sa success story a commencé en 2010 quand des Champenois se mettent en tête de racheter les terres familiales situées au pied des éoliennes de la commune de Quévy pour y cultiver la vigne. Il est vrai que la nature du sol y est idéale et rappelle la typicité du terroir champenois !

Toutefois, plutôt que vendre ses terrains, Louis et Hubert Ewbank proposent une association. Dix hectares de vignes sont plantés prestement et trois millions d’euros investis pour le chai, le pressoir et la cuverie en inox thermorégulée, le top en la matière, de quoi respecter à la lettre le cahier des charges de la méthode champenoise. « On a mis toutes les chances de notre côté en nous entourant de la fine fleur des oenotechniciens. En moins de dix ans, le vignoble a doublé sa superficie. Il comptera 42 hectares en 2022, ce qui en fait le plus grand domaine. »

Mais la production moyenne de 150.000 bouteilles s’écoule en un clin d’œil alors qu’il en faudrait 500.000 pour satisfaire la demande. Les restaurants étoilés se disputent les bulles éoliennes de même qu’un réseau d’une quarantaine de cavistes qui peut compter chaque année sur une allocation, un quota réservé aux amateurs qui prennent soin d’en faire la demande à l’avance. « Les vignes que nous planterons aujourd’hui donneront leurs premières bouteilles en 2027, année à laquelle nous aurons enfin la capacité de produire un nombre de bouteilles correspondant à la demande actuelle. »

 

Hubert Ewbank : « Nous recevons chaque année entre 10 000 et 15 000 visiteurs qui viennent admirer nos installations et nos vignes. » ©Chant d’Eole

Et de préciser qu’une enveloppe supplémentaire de dix millions d’euros est prévue pour 2021 et 2022 afin procéder à des agrandissements, installer de nouvelles caves de vieillissement et de nouvelles cuves. Il paraît que c’est la première fois qu’un vignoble belge investit autant !

Mais Hubert Ewbank ne s’arrête pas en si bon chemin. Non content d’étirer son domaine en long et en large, il mise également sur l’oenotourisme. « Nous recevons chaque année entre 10 000 et 15 000 visiteurs qui viennent admirer nos installations et nos vignes. Notre objectif en 2022 est d’en accueillir 5 000 par mois. »

En attendant, le bonheur est déjà dans les vignes avec le lancement d’un restaurant éphémère au beau milieu du vignoble. Le panorama est magnifique et la table axée sur les produits locaux, la bistronomie et, cela va de soi, le Chant d’Eole dans toute son effervescence, avec la possibilité de s’oxygéner en profitant d’une visite à travers le domaine.

 

« Les vins belges commencent à bénéficier d’une renommée internationale et une dizaine de vignobles en Wallonie bénéficient d’une belle visibilité. La Belgique produit désormais de grands vins ! » ©Chant d’Eole

« Nous avons une capacité d’une centaine de couverts pour le midi et pour le soir, ce qui nous permet de tabler sur environ 10 000 personnes séduites à l’idée de passer une journée dans le vignoble. »

Mais ce restaurant éphémère n’est pas la seule nouveauté. En association avec le producteur de gin Cala, la distillerie de Biercée et le Chant d’Eole, le premier Spritz belge vient d’être lancé et est sans aucun doute appelé à devenir l’apéro fétiche de l’été. A déguster (avec modération) au milieu des vignes et partout où la vie est belle !

 

CIM Internet