Paris Match Belgique

Excellence belge : Maison Éole, révolution cosmétique

Le packaging réutilisable a été confié au designer Charles Kaisin, directeur artistique de cette nouvelle marque 100 % belge promise à un bel avenir. | © Maison Eole

I like Belgium

Après un long processus de recherche et développement, la marque lance aujourd’hui une collection de seize produits issus des principes actifs de la vigne.

 

Paris Match. Les amateurs de bons crus connaissent le Chant d’Éole, mais voilà que vous ajoutez à ce palmarès celui d’une toute nouvelle marque de cosmétiques dont vous êtes l’initiatrice, et qui puise ses principes actifs dans la vigne. Qu’est-ce qui vous prédisposait à un tel tournant dans votre carrière professionnelle ?
Anne-Sophie Charle. J’ai grandi dans un environnement médical et pharmacologique alors que mon mari, Hubert Ewbank, est le CEO du domaine du Chant d’Éole. Voilà l’équation de base ! Durant vingt ans, j’ai travaillé dans la haute fonction publique : cheffe de cabinet du bourgmestre de Mons, secrétaire générale de la Fondation Mons 2015, puis directrice générale adjointe de la ville, une fonction que je pensais être la dernière de ma carrière. Et puis, il y a eu le confinement, et ce vieux rêve enfoui au fond de moi s’est réveillé. Un matin du mois de mai 2019, je me suis levée en décidant de lancer une gamme de cosmétiques inédite dont le principe actif serait la vigne. 44 ans est l’âge idéal pour changer de cap, ce que j’ai fait en repartant à zéro. J’éprouvais le besoin de me lancer dans l’aventure et, avec le soutien indéfectible de mon mari, de créer de toutes pièces une économie nouvelle.

Quelles étaient les conditions que vous vous étiez fixées pour relever un tel défi ?
En premier lieu, créer une gamme « made in Belgium », en m’entourant des meilleurs talents dans tous les secteurs du processus : recherche et développement, formulation, analyses toxicologiques, design, création, etc. Ensuite, explorer les principes actifs de la vigne qui n’auraient pas encore été exploités par les concurrents. Cela a été fait grâce à l’identification d’une molécule au pouvoir antioxydant excessivement élevé, présente dans les sarments. Il s’agit d’un polyphénol à trois cycles, bien plus efficace que les polyphénols à deux cycles ordinairement utilisés. Enfin, ma troisième condition était de m’engager dans une démarche écoresponsable en travaillant sur un packaging réutilisable. Tout cela a été réalisé en quatorze mois avec des experts de référence qui m’ont accompagnée tout au long du projet. Grâce à eux, je n’ai jamais ressenti la solitude de l’entrepreneur face aux décisions à prendre. Je pense en particulier au Celabor de Herve et au Ceres à Mons, deux laboratoires spécialisés dans l’extraction et l’analyse de molécules à partir de tanins végétaux à des fins cosmétiques, mais aussi à Charles Kaisin, qui a accepté de devenir notre directeur artistique.

Anne-Sophie Charle : « 44 ans est l’âge idéal pour changer de cap ». ©Maison Éole

Quelle gamme de produits propose Maison Éole ?
La collection est composée de seize produits dont quatorze cosmétiques, un parfum et une bougie. On y trouve des soins visage et corps, une huile de douche, des sérums pour les yeux… Il y a une gamme pour elle et une pour lui, ainsi qu’une autre, unisexe. Tous les produits bénéficient de la même fragrance mixte et ont reçu le label « Natural Certified ».

Où peut-on les trouver ?
Je débute le placement en pharmacie, avec l’intention de l’étendre à toutes les officines du pays, mais on les trouvera également chez les cavistes, dans certaines boutiques et, bien sûr, au domaine du Chant d’Éole, sur le site et dans l’e-shop. Mais le processus de recherche et développement continue, car il n’en est qu’à ses débuts.

 

 

CIM Internet