Paris Match Belgique

Excellence belge : Delbôve, il était une fois une crème solaire

Delbôve et sa crème sorcière !

« Les hommes sont fidèles à la marque mais se voient rapidement obligés de partager avec leur épouse », s’enthousiasme Gina d’Ansembourg. | © delbôve

I like Belgium

Créée en 1967, la marque est aujourd’hui entre les mains de Gina d’Ansembourg, dont les origines bahamiennes ne sont pas étrangères à son désir de plénitude et de beauté.

 

Tout a commencé par un coup de foudre. Enfant, Gina, dont le beau-père est ostendais, avait quitté les Bahamas pour entamer son cycle d’études primaires en Belgique. Elle ne parlait alors que l’anglais et le néerlandais.

Elle retourne ensuite au pays, mais est rapidement rattrapée par une histoire d’amour avec un Belge, qu’elle épousera alors qu’elle a 23 ans. Et c’est au moment de se faire belle pour le plus beau jour de sa vie qu’elle se retrouve, la veille de son mariage, dans un institut de beauté à Bruxelles. Mais pas n’importe lequel.

« C’était celui de Marion Delbôve, ancienne collaboratrice chez Helena Rubinstein en Belgique avant de devenir créatrice de produits de beauté à son propre nom. Je les ai tout de suite adoptés, et mon mari aussi. C’est ainsi que l’histoire a commencé. Depuis trente ans, lui comme moi les utilisons pour notre peau, matin et soir. Quand Marion Delbôve est décédée il y a huit ans, nous avons décidé de racheter la marque et ses formules avec l’intention de lui donner un nouveau souffle. »

Grâce à Gina d’Ansembourg, bien ancrée à Bruxelles depuis 2013 (et Anvers depuis 2016), la magie des soins Delbôve enchante les cercles les plus confidentiels aux quatre coins du monde. Il est vrai que les vingt-quatre produits de la marque ne sont pas des cosmétiques ordinaires. Certes, leur prix ne l’est pas non plus, mais il faut savoir qu’ils sont le fruit de formules magistrales d’inspiration officinale basées sur des plantes sous forme de teintures-mères, celles-là mêmes utilisées en homéopathie et en phytothérapie. « C’est très rare en cosmétique et, de plus, nos formules sont hyperconcentrées, avec un minimum de 55 % d’ingrédients actifs et moins de 45 % d’eau, alors que la plupart des marques en utilisent 70 %. »

 

La magie des soins Delbôve enchante les cercles les plus confidentiels aux quatre coins du monde. Il est vrai que les vingt-quatre produits de la marque ne sont pas des cosmétiques ordinaires ©Delbôve

Et de rappeler que la peau est un organe vivant qui possède la capacité de retrouver et de maintenir son état d’équilibre dynamique malgré les agressions subies. Les soins cosmétiques doivent avant tout soutenir et renforcer cet équilibre et, par là, les fonctions vitales de la peau (hydratation, réparation de la barrière cutanée, métabolisation, élimination, thermorégulation, protection, perception…). « Traiter les symptômes en surface avec des produits chimiques est au mieux inutile. Au pire, cela rend la peau fainéante », insiste-t-elle, tout en précisant que tous ses ingrédients sont issus de l’agriculture biologique. Pas de paraben, pas de phénoxyéthanol, pas d’huiles minérales, pas de SLA/SLES. Les formules sont vegan, et les produits ne sont testés que sur les amis et la famille.

Si la gamme Delbôve comprend notamment des crèmes pour les yeux (Merveille des Yeux et Beauté des Yeux) et des huiles à concentration élevée et riches en vitamines, comme celle expressément conçue pour soigner le cou et le décolleté – donc a priori pour le public féminin –, le produit phare de la marque convient aussi bien aux deux sexes.

« Nous l’appelons le Duo Sorcière. Il est constitué de deux produits complémentaires : l’Eau Sorcière, un distillat élaboré exclusivement à partir de plantes médicinales, et la Crème Sorcière, riche en huiles d’avocat, de germe de blé et d’amande, ainsi qu’en vitamines B6 et PP. » Les deux sont à utiliser en synergie deux fois par jour pour rééquilibrer la peau, l’hydrater et renforcer la flore cutanée. « Le résultat est bluffant, même pour les hommes », assure-t-elle. « Ils ne savent plus s’en passer. Ces deux produits qui font appel à dix-neuf ingrédients actifs s’appliquent par massage, via une gymnastique facile permettant de soigner la peau de l’intérieur. »

Un produit miracle, selon elle, qui ne doit pourtant pas son nom à la série « Ma sorcière bien-aimée »… même si les effets sont ensorcelants. En réalité, un journaliste testant ces produits se serait spontanément exclamé que le résultat de cette alchimie était « de la sorcellerie pure ». D’où son nom ! « Il y a énormément d’hommes chauves qui font appel à ses vertus, car ce duo leur permet de protéger naturellement le crâne du soleil en nourrissant la peau sans la graisser. »

Gina nous le garantit : les hommes sont finalement ses meilleurs ambassadeurs. « Ils sont fidèles à la marque, mais se voient rapidement obligés de partager avec leur épouse ! » On a toutes les raisons de la croire. C’est une fille des îles qui le dit, et son teint comme son visage plaident assurément dans ce sens.

 

 

CIM Internet