Paris Match Belgique

Excellence belge : Paix Dieu et Bon Secours, des bières en or

Vincent Caulier : « Toutes nos bières sont 100 % artisanales, brassées avec des ingrédients locaux, non pasteurisées et refermentées en bouteilles à bouchon mécanique. » | © ©DR

I like Belgium

La brasserie Caulier, qui vient d’investir 15 millions d’euros dans de nouvelles installations à Péruwelz, a remporté cette année pas moins de dix médailles dans des concours internationaux.


Ils sont trois frères, Laurent, Bertrand et Vincent, à avoir rejoint la brasserie familiale en 2012 afin de lui donner l’expansion qu’elle méritait. Il faut préciser que dans la région, la brasserie Caulier a toujours fait partie des murs, et que sa Bon Secours coule à flots depuis plus de vingt-cinq ans. Sans doute est-ce une affaire de gènes car, en 1933 déjà, le grand-père était revendeur de bières, profession qui, comme celle de laitier, consistait à faire du porte-à-porte chez les particuliers.

Les parents, Roger et Linda, ont pris ensuite le relais en lançant une brasserie à leur nom en 1996, une année faste qui restera dans la mémoire de bien des gosiers puisque c’est à cette époque qu’est née la célèbre Bon Secours, du nom du village de la famille, entre Mons et Tournai, qui fait aujourd’hui partie de la commune de Péruwelz.

De nos jours, cette bière ambrée s’appelle la Bon Secours Héritage pour la différencier du reste de la gamme, qui ne comprend pas moins de sept produits. Parmi ceux-ci, une bière fruitée à la myrtille, une bière houblonnée et une bière de Noël blonde comme les blés. « Nos parents se contentaient de distribuer leurs bières en Wallonie, principalement dans les cafés, les restaurants et les grandes surfaces du coin. »

Mais quinze ans plus tard, voilà que déboulent les trois frères, bien décidés à prendre la relève et à bousculer le train-train quotidien. « Nous voulions perpétuer la tradition familiale tout en nous ouvrant sur le monde et en mettant l’accent sur le fait que toutes nos bières sont 100 % artisanales, brassées avec des ingrédients locaux, non pasteurisées et refermentées en bouteilles à bouchon mécanique, ce système de levier qui équipait les bouteilles de lait du temps jadis. »

 

La Bon Secours Héritage se différencie du reste de la gamme qui ne comprend pas moins de sept produits, parmi lesquels une bière fruitée à la myrtille, une bière houblonnée et une bière de Noël blonde comme les blés. À consommer avec modération. ©Caulier

Quelques années plus tard, en 2012, le trio lance deux nouvelles marques à côté de l’emblématique Bon Secours : la Paix Dieu et la Stuut, deux bières au caractère bien trempé et conçues avec la même philosophie. « On a pas mal grandi depuis », reconnaît Vincent Caulier, 35 ans et des projets plein ses cuves. « Nous nous sommes développés en Flandre, dans le marché hollandais et d’un bout à l’autre de la France, car il y a là-bas un véritable engouement pour la bière en général et la belge en particulier. »

Dès 2025, la consommation d’eau (il en faut sept litres pour obtenir un litre de bière) passera à quatre litres et les émissions de CO2 seront réduites

Désormais, la famille Caulier brasse à tour de bras et, en dix ans, la production est passée de 3 000 litres à 50 000 litres. Et c’est loin d’être fini ! « Avec le soutien de la Région wallonne et de l’Union européenne, nous venons de lancer un programme d’investissements de 15 millions d’euros, destiné à l’installation d’une nouvelle salle de brassage de 120 hectolitres et d’une nouvelle unité d’emballage de 20 000 bouteilles par heure, tout en gardant le package qui fait notre identité depuis vingt-cinq ans. Cela nous permettra non seulement d’augmenter notre capacité tout en conservant les spécificités naturelles de nos produits, mais aussi de diminuer notre consommation d’eau et notre empreinte carbone. »

C’est ainsi que, dès 2025, la consommation d’eau (NDLR : il en faut sept litres pour obtenir un litre de bière) passera à quatre litres. Les émissions de CO2 seront également réduites, notamment en récupérant la chaleur issue du processus de brassage pour chauffer la chambre utilisée pour la refermentation en bouteille.

La brasserie, qui emploie aujourd’hui quinze personnes, compte en engager vingt-cinq supplémentaires dans les trois prochaines années, car la France a grand soif et la Bon Secours est disposée à lui venir en aide ! Mais en attendant, les projecteurs sont surtout braqués sur la Paix Dieu. Cette année, l’European Beer Challenge 2022 (la plus grande compétition européenne liée à la bière), qui se tenait à Londres, a décerné pas moins de quatre médailles à la brasserie belge.

La Paix Dieu a remporté l’or, tandis que les Bon Secours Myrtille, Bon Secours Prestige et Bon Secours 4 Houblons ont gagné une médaille d’argent. Rebelote au Women’s International Trophy, organisé en Allemagne, où trois médailles d’or ont été accordées aux bières Caulier : la Paix Dieu, une nouvelle fois primée, remporte l’or dans la catégorie Triple, la Bon Secours Tradition dans la catégorie Strong Blond Golden Ale, et la Bon Secours Prestige dans la catégorie Ale Triple.

Cerise sur le gâteau, le Concours international de Lyon 2022 y est allé aussi de sa petite médaille d’or pour la Bon Secours Myrtille. Inutile de préciser que les trois frères sont aux anges ! D’ailleurs, ils comptent bientôt investir sur le site historique de la brasserie en inaugurant un centre de visite autour de leur activité.

CIM Internet