Paris Match Belgique

Histoire belge : La première ligne de chemin de fer continentale avait pour terminus Malines

La Belgique fut l'un des ^premiers pays du continent européen à miser sur ce nouveau mode de transport des matières et des personnes. | © DR

I like Belgium

Tout l’été, nous revenons sur un morceau d’histoire de la Belgique. Cette semaine (6/7), c’est à grands coups de « Tchou-Tchouuuu » et de fumée blanche que nous vous racontons la fabuleuse épopée du chemin de fer chez nous. Une épopée qui fêtait ses 185 ans en 2020 !

 

Par Laurent Depré

Bon… Voyons si vous avez été attentifs sur les bancs de l’école. Où le tout premier train à vapeur a-t-il vu le jour ? En Belgique ? Non… De l’autre côté de la Manche, en Angleterre, dès 1804. Richard Trevithick, ingénieur anglais, inventa un engin extraordinaire : la première locomotive à vapeur digne de ce nom ! La force motrice jusque-là reposait sur les muscles des chevaux, des boeufs, des ânes ou des hommes… Et dès 1829, avant la naissance de la Belgique donc, un train pouvait déjà atteindre la vitesse de 47 km/h !

C’est bien joli tout cela, mais quel est le rapport avec la Belgique ? La Grande-Bretagne, qui est à l’époque une puissance économique mondiale grâce à la révolution industrielle, a joué un rôle déterminant dans l’indépendance de notre pays acquise en 1830. Comme vous le savez, l’occupant batave est chassé de notre pays qui déclare son indépendance dans la foulée. Mais Guillaume 1er des Pays-Bas ne compte pas abandonner la Belgique aussi facilement et se renseigne auprès de ses alliés pour voir qui peut l’aider militairement à mettre fin à cette rébellion.

La locomotive « L’éléphant » ©SNCBÀ ce titre, la Prusse, l’Autriche et la Russie lui ont signifié vouloir stopper l’insurrection. Saint-Pétersbourg entendait même envoyer ses soldats… Cependant, la France et surtout l’Angleterre imposèrent leur vue à la conférence de Londres : la Belgique garderait son indépendance ! L’Angleterre soutenait en effet fortement cette jeune nation et fut très attentive à son essor économique rapide. Notre territoire étant une zone de passage vers le reste de l’Europe pour les produits anglais notamment.

La Belgique à ses débuts connut des soucis de transports. Seuls les canaux permettaient en grande partie les échanges transfrontaliers. C’était sans compter sur le ressentiment de nos voisins du Nord… Les conséquences ne tardèrent pas : le transport maritime depuis Anvers vers l’Allemagne via les voies fluviales néerlandaises fut bloqué. Un argument en faveur d’hommes d’affaires britanniques, au rang desquels le plus connu chez nous John Cockerill, pour pousser le chemin de fer. Léopold 1er était lui aussi assez favorable au ferroviaire.

Importance historique de cette première ligne

Une pièce spécialement éditée pour les 185 ans ! ©DR

Le 1er mai 1834, le roi Léopold 1er signait la loi établissant les chemins de fer belges. À peine un an plus tard, le 5 mai 1835 exactement, la première ligne de chemin de fer belge prenait place. Bruxelles était la toute première capitale au monde à posséder un accès à ce moyen de déplacement. Pour la première fois, un train circulait sur le continent européen entre Bruxelles et Malines avec des passagers. Trois locomotives à vapeur, toutes fabriquées en Grande-Bretagne, ont roulé l’une après l’autre et ont transporté un total de 900 personnes ce jour-là.

Elles portaient toutes un nom : La Flèche, Stephenson (en référence au nom de l’un des pères du chemin de fer, ndlr) et L’Éléphant ! Les observateurs de l’époque dans leur chronique ne manquèrent pas de remarquer que pour le voyage retour, ce fut L’Éléphant qui tira l’ensemble des trois locomotives.

Le parcours relia les villes de Bruxelles et de Malines sur une distance de 22 kilomètres, le tout effectué en un peu plus d’une heure dans la liesse populaire et sous les couleurs nationales. Un relativement court trajet qui marqua les débuts de la riche histoire des chemins de fer belges et qui fut le moteur du succès industriel de la Belgique au 19e siècle.

La Belgique était sur la bonne voie…

CIM Internet