Paris Match Belgique

Excellence belge : Ruffus fait sauter le bouchon

Arnaud Leroy : « Notre Ruffus classique est un vin d’apéritif, la cuvée brut sauvage s’accorde avec les crustacés et le Ruffus rosé est idéal pour le poisson cru, les carpaccios et le saumon fumé. Quant à notre Ruffus millésimé, il fait merveille avec le poisson en sauce et la volaille. » | © Ruffus

I like Belgium

À Haulchin, sur cette terre wallonne propice au chardonnay, cépage roi du champagne, le plus grand domaine viticole de Belgique et son emblématique breuvage célèbrent leur 20e anniversaire.


Ne l’appelez pas champagne ! Ce nom est réservé à une appellation géographique jalousement protégée et ici, sur le vignoble des Agaises, situé sur la commune d’Estinnes entre Binche et Mons, on se contente de parler pudiquement de méthode champenoise, même si l’illustre mousseux (oh, le vilain mot !) parvient régulièrement à l’emporter sur les champagnes les plus renommés.

Jugez-en plutôt : 15 médailles d’or au Concours du Meilleur Vin belge, 9 médailles d’or au Concours mondial de Bruxelles, 2 médailles d’or au Concours des Chardonnays du Monde, 2 médailles d’or au Concours des Effervescents du Monde, et ainsi de suite dans la plupart des compétitions à l’aveugle organisées sur la planète.

Il se consommerait une bouteille de Ruffus toutes les deux minutes et il paraît même que les ambassades belges le servent à leurs soirées, de Paris à Kinshasa en passant par Le Caire et Johannesburg ! Et dans les grands événements internationaux comme les Jeux olympiques de Tokyo ou l’Expo universelle de Dubaï, les bulles wallonnes sont incontournables.

 

Un endroit magique qui vient de connaître des vendanges exceptionnelles : à découvrir ! ©Ruffus

« Nous possédons à ce jour 350 kilomètres de vignes, soit le trajet entre Knokke et Paris », rappelle avec satisfaction Arnaud Leroy. C’est son père Raymond, négociant en vins, qui a planté le domaine il y a vingt ans, en compagnie de l’agriculteur Étienne Delbeke et avec la collaboration précieuse de Thierry Gobillard, lui-même producteur de champagne (celui dont on peut clairement prononcer le nom) à Hauvillers.

« Le succès du Ruffus a été très rapide. Cette réussite qualitative et commerciale a poussé les nombreux vignerons qui hésitaient encore à se jeter à l’eau. Le vignoble wallon se serait très certainement développé sans nous, mais comme nous avons été les pionniers des bulles en Wallonie, nous avons clairement accéléré les choses en bénéficiant d’un terroir exceptionnel, très riche en calcaire, avec les mêmes terres blanches qu’en Champagne. Partis de seulement deux hectares, nous avons réussi à croître jusqu’à devenir le plus grand producteur belge. »

Ruffus totalise à ce jour 32 médailles d’or, 350 000 pieds de vigne et autant de bouteilles devenues incontournables lors des grands événements internationaux

Et d’aligner quelques éléments qui laissent songeur : un chiffre d’affaires de plus de 6 millions d’euros en 2021, une production annuelle de 375 000 bouteilles et un vignoble de trente hectares qui ne demande qu’à s’étendre sur cinquante, voire au-delà si la bonne étoile de Ruffus continue à briller avec autant d’éclat.

Justement, pour ce 20e anniversaire, jusqu’en novembre, neuf chefs étoilés belges se succèdent au piano dans le vignoble des Agaises. « D’ordinaire, ils ne sortent pas de leur cuisine, mais ils ont accepté pour l’occasion. » Il est vrai qu’ils sont les premiers servis en bulles pour pouvoir les partager dans leur restaurant, alors que la liste d’attente pour les clients ordinaires est actuellement de cinq ans. Le mieux serait de passer par les cavistes, hélas régulièrement en rupture de stock, ou au domaine lui-même, mais là aussi, il faudra faire la file.

À moins de se rendre à la deuxième édition de son marché de Noël, dès le dernier week-end de novembre : y seront réunis des artisans locaux dans un chapiteau chauffé situé le long des vignes avec, bien sûr, du Ruffus, mais aussi du vin chaud, du caviar, des bières spéciales, des salaisons et des spiritueux belges comme le gin de Binche.

Toujours dans le sillage de son anniversaire, le domaine organise, du 1er au 30 octobre, une croisière en Méditerranée d’une semaine avec Ruffus à discrétion et un repas accompagné des quatre cuvées de la maison. Les papilles en alerte, Arnaud fait les présentations : « Notre Ruffus classique est un vin d’apéritif pour la mise en appétit. La cuvée brut sauvage est un extra brut, pratiquement sans sucre, qui s’accorde bien avec les crustacés. Le Ruffus rosé, composé de chardonnay, pinot noir et pinot meunier, contrairement aux deux précédents composés uniquement de chardonnay, est idéal pour le poisson cru, les carpaccios et le saumon fumé. Quant à notre Ruffus millésimé, il fait merveille avec le poisson en sauce et la volaille. »

Aujourd’hui, le millésime 2018 est fin prêt pour se joindre aux réjouissances, puisqu’il vient d’être commercialisé en juin dernier. Autre bonne nouvelle, l’équipe d’Arnaud Leroy termine pour le moment des vendanges exceptionnelles grâce à l’été sec et chaud qu’on a connu. Cette prochaine cuvée de prestige, qu’on nous annonce légendaire, sera prête dans deux ans. Mais, c’est sûr, il n’y en aura pas pour tout le monde !

 

 

CIM Internet