Paris Match Belgique

Fleur Papier Ciseaux : l’âme précieuse du Bouquet

Caroline Clotuche : « Chaque fleur est délicatement élaborée à la main, du pistil aux pétales, collés un par un pour former une fleur qui se prête gracieusement à tous les décors et toutes les scénographies. » | © DR

I like Belgium

Seule en Belgique à pratiquer cet art subtil du pliage et du collage, Caroline Clotuche a le don de façonner le papier crépon pour créer des fleurs sublimes, pétale par pétale.


Souvenez-vous : dans son émouvante chanson « Mon amie la rose », Françoise Hardy évoquait naguère la trop brève existence de la reine des fleurs. Mais aujourd’hui, une Namuroise a trouvé la parade : avec du papier et des ciseaux, elle donne aux roses, aux pivoines, aux coquelicots et à tout ce que le règne végétal compte de couleurs vibrantes mais éphémères une vie qui échappe au dépérissement. Certes, au moyen de papier crépon, mais la ressemblance n’en est pas moins bluffante et ferait presque croire qu’il s’agit d’une fleur cueillie dans la fraîcheur de l’instant.

Une telle démarche fait immanquablement penser aux fleurs en papier du bord de mer, que les enfants offrent à la vente pour quelques coquillages. Mais la comparaison s’arrête là. Ici, on ne parle pas d’un joli bricolage, mais bien d’une fleur qui a gardé toute son âme, bien au-delà de l’espace d’un matin. Caroline prétend d’ailleurs ne jamais avoir fait le rapprochement. Elle dit avoir suivi sa voie, simplement. Après avoir organisé des ateliers créatifs et suivi une formation en création de fleurs de papier à Paris, elle s’est lancée dans l’aventure comme on se lance dans une relation amoureuse, avec pour seule boussole la passion.

 

©DR

« Ce fut un coup de cœur, d’autant plus fort que j’ai toujours aimé la nature. Mon mari François m’a encouragée dans cette voie dont il assure aujourd’hui la logistique et le côté technique. C’est d’ailleurs lui qui a trouvé le nom de la société, Fleur Papier Ciseaux, qui sonne à l’oreille comme une comptine. Quant à l’atelier, il se trouve à Naninne, dans la banlieue namuroise. »

Dès 2018, Caroline commence à sculpter des fleurs intemporelles empruntées aux saisons, autant de créations exclusives qu’elle propose pour la décoration et l’événementiel. Du travail sur mesure dans des jeux de textures et des gammes de couleurs somptueuses, de la délicatesse, presque de la dentelle, confectionnée à partir de crépon issu d’une grande maison italienne. « Chaque fleur est délicatement élaborée à la main, du pistil aux pétales, collés un par un pour former une fleur qui se prête gracieusement à tous les décors et toutes les scénographies. »

Quatre ans après avoir commencé à se faire connaître sur les réseaux sociaux, Caroline récolte aujourd’hui les fruits de son travail. Elle reçoit des commandes d’ici et d’ailleurs, de Belgique, de Suisse et même de Pologne pour des bouquets de mariée, des décorations de table, des accessoires, bracelets, boutonnières, des décorations de chambre ou de tables festives, sans oublier la Noël ou la Saint-Valentin. « Tout s’est accéléré lorsque les fleuristes furent prier de fermer boutique pour cause de pandémie. Une nouvelle clientèle s’est alors ruée sur mon site, et elle m’est restée fidèle. »

 

Son talent rare a convaincu Dior de faire appel à ses services pour fleurir le lancement de son parfum « J’adore » La consécration avec Dior et la beauté de quelques bouquets de pivoines et de renoncules. ©DR

Il faut croire que le bouche-à-oreille fonctionne même pour les fleurs en papier, car la maison Dior n’a pas manqué de faire appel à son talent pour mettre en scène son parfum iconique « J’adore » avec une quinzaine de fleurs blanches géantes sculpturales. Un effet nuptial d’une rare sensualité. « Depuis, je continue d’avoir des retombées venues de clients prestigieux. Le dernier en date est le chocolatier Mary : j’ai fleuri son magasin de la Grand-Place pour son centième anniversaire, avant de me voir confier la décoration de ses boutiques au Qatar et au Japon. »

Caroline fait son entrée dans la cour des grands, elle qui se prépare aussi à travailler avec des restaurants étoilés, des hôtels et des casinos. Et de rappeler, à l’approche des fêtes de fin d’année, que ses fleurs peuvent participer à la décoration d’une table originale. Dans cet esprit, la créatrice joue la carte du partage et anime des ateliers pour celles qui voudraient s’initier à cet art délicat, chatoyant, avec le sentiment de participer à une décoration florale durable.

« Ce sont des ateliers en ligne où je propose un thème qu’on apprend à réaliser ensemble. Les participantes sont émerveillées de voir la fleur éclore entre leurs doigts à partir d’une simple paire de ciseaux, de papier et de colle. Beaucoup d’entre elles reviennent sur le site tant elles ont été conquises par cette première expérience. » Pour celles et ceux qui n’ont pas le temps de s’appliquer, la créatrice propose à l’occasion des fêtes une Flower Box contenant une rose, une pivoine ou une rose de Noël. « Nul besoin d’un énorme bouquet : quelques fleurs suffisent pour transfigurer une table avec un effet optimal. À moins de n’en choisir qu’une à glisser dans un soliflore ou, -pourquoi pas, à mettre sur le sapin ! »

www.fleurpapierciseaux.be

 

CIM Internet