Paris Match Belgique

Excellence belge : Moulin de Vencimont, le réveil du meunier

Jocelyne Demande (pull rose), Juliette Bartholomé (en jeans bleu), Simon Van den Abbeele (tout à droite), Ambroise De Greift (veste sans manches) et le livreur : « Nous avons développé des céréales dotées d’une qualité intrinsèque hors norme, qui bénéficient d’un suivi agronomique minutieux. » | © DR

I like Belgium

Minutieusement restauré, le moulin à eau de Vencimont, à Gedinne, moud à nouveau comme il y a 300 ans, à l’initiative d’Ambroise De Greift qui y a adjoint une boulangerie spécialisée.


Si le moulin de Vencimont dormait depuis longtemps (il s’est assoupi un beau soir de 1974), la détermination d’un homme lui a donné l’élan nécessaire pour faire à nouveau tourner ses trois roues à aubes. Ambroise De Greift avait travaillé plus de dix ans comme fiscaliste au Grand-Duché de Luxembourg, mais avait senti la nécessité de tourner la page… sans savoir encore qu’il allait relancer une authentique meunerie des siècles passés.

« L’entrepreneur Louis-Marie Piron m’a contacté alors qu’il était en train de retaper le lieu dans un but patrimonial, avec l’idée de créer un grand site touristique. Un projet fou qui lui a pris deux ans et demi de travaux. Le moulin était destiné à devenir un musée agrémenté de gîtes ruraux dans les bâtiments annexes, mais, très vite, l’idée s’imposa à moi d’aménager une boulangerie dans les écuries… puis, en bonne logique, de relancer la machine et sa double paire de meules pour broyer l’épeautre. C’est ainsi que je suis devenu meunier ! »

Un meunier qui, en mai 2016, sort son premier sac de farine pour un premier pain maison, tandis que le deuxième sac est aussitôt vendu à un boulanger. Le moulin de Vencimont tourne dès lors de plus en plus fort pour produire des farines blanches. Mais ce n’est pas assez pour Ambroise, qui veut le jeu complet du parfait meunier. Il se met alors en quête d’un moulin à cylindres mû par courroie, une machine inventée en Hongrie dans les années 1880, qui permet de produire des volumes conséquents de farines plus ciblées et de son plus affiné. Il explore la France, l’Allemagne et la Turquie, car la Belgique n’a jamais vraiment été une nation meunière ou boulangère, et finit par découvrir la perle rare au fond d’un grenier… ainsi que d’autres engins tout aussi utiles, silos, jeux de tamis, système de transit et de nettoyage.

Lire aussi >Excellence belge : Ruffus fait sauter le bouchon

 

Le pain d’épeautre y est cuit sur pierre, à partir de farines naturelles locales triées sur le volet. ©DR

« En quelques mois, j’ai déniché tout l’attirail dont j’avais besoin, mais aussi et surtout les personnes capables de m’aider à assembler les pièces de ce puzzle. Cela m’a permis, avec ma petite équipe, de recréer un grand moulin artisanal, avec un moulin à eau pour les farines complètes et une minoterie pour les farines blanches d’épeautre et de froment. »

La boulangerie proprement dite propose du blanc d’épeautre et du demi-gris d’épeautre, idéalement sur commande, car les clients les prennent volontiers par dizaine pour les congeler. Quant à la meunerie, elle a pris soin – toujours dans un souci de qualité – de relancer une filière de proximité avec des agriculteurs du Condroz et de Hesbaye, en collaboration avec le centre de recherches agronomiques de Wallonie. « Tout en veillant à la conservation des sols, nous avons développé des céréales dotées d’une qualité intrinsèque hors norme, qui bénéficient d’un suivi agronomique minutieux. »

Si, la première année, la meunerie a produit une tonne de ces farines, elle atteint aujourd’hui un chiffre de 200 à 300 tonnes. Chacun sait à quel point le pain de qualité se fait rare à force de le truffer d’additifs en tout genre. À Vencimont, les particuliers connaissant la bonne adresse pour leur pain, et un réseau de dépôts réparti dans toute la Wallonie permet d’en faire profiter un maximum de consommateurs.

Inutile de préciser que les pains de Vencimont aux farines naturelles, garantis sans enzymes de synthèse et cuits sur pierre, offrent un goût hors du commun, à l’équilibre subtil, et une qualité de conservation exceptionnelle. Ainsi que le répète Ambroise, la main sur le cœur, « le pain, c’est sacré » !

Et comme le meunier-boulanger a également une conscience écologique aiguë, il rappelle qu’il bénéficie toute l’année d’une énergie gratuite qui ferait rêver plus d’une entreprise : la force de l’eau qui active les aubes ; en renfort, des turbines hydrauliques accrochées aux roues, pour alimenter tout son secteur ; et quand la saison ne permet plus de bénéficier de cette énergie providentielle, des panneaux photovoltaïques, qui prennent la relève les jours d’été.

Pour jouir de tous ces bienfaits, on ne saurait trop conseiller de profiter des logements attenants au moulin, qui permettent de découvrir une région pittoresque et apaisante. À cet effet, quatre gîtes ruraux ont été aménagés et peuvent accueillir des groupes de deux à vingt personnes, en attendant la construction de quatre habitations lacustres.

Lire aussi >Excellence belge : Ardent, le meilleur pastis au monde est belge

 

Les pains de Vencimont aux farines naturelles, garantis sans enzymes de synthèse et cuits sur pierre, offrent un goût hors du commun, à l’équilibre subtil, et une qualité de conservation exceptionnelle. ©DR

 

 

Mots-clés:
pain excellence belge
CIM Internet