Paris Match Belgique

Excellence belge : Bodart & Gonay : le feu sacré

Une cheminée ouverte assure seulement 5 % de rendement, avec une perte de 95 % des calories, alors que « nos inserts de la nouvelle génération affichent un rendement record de 85 %. L’énergie produite sert donc bien à chauffer la pièce ! » | © DR

I like Belgium

Avec un chiffre d’affaires dépassant les dix millions d’euros, l’entreprise d’inserts et d’appareils de chauffage à bois, relancée en 2019 avec succès par Jean-Philippe Couasnard, voit son carnet de commandes déborder.

 

C’est de l’ouest de la France qu’est venu le salut quand la légendaire entreprise hervienne, à bout de souffle, a déposé son bilan au terme de 75 années d’histoire. Car Jean-Philippe Couasnard est vendéen et s’est établi chez nous il y a dix ans, avant de faire renaître de ses cendres la célèbre marque premium de foyers encastrables. « Je travaillais auparavant dans de grands groupes internationaux dans le secteur de l’automobile et, après avoir bourlingué en Chine, au Mexique et en Pologne, la Belgique est devenue ma terre d’accueil. J’y ai d’abord travaillé pour un fonds d’investissement, avant de reprendre l’entreprise. »

Voici en effet trois ans qu’il préside à la destinée de Bodart & Gonay et de Jidé, deux entreprises complémentaires leaders du marché et spécialisées dans la conception et la fabrication d’inserts pour le marché belge, français et hollandais. « Tout est conçu et fabriqué en Belgique », insiste-t-il. « Depuis la reprise, deux ingénieurs supplémentaires ont été engagés pour renforcer l’équipe de recherche et développement. »

Pour faire face à une concurrence venue essentiellement d’Europe centrale, Bodart & Gonay mise sur la qualité de ses produits et sa volonté d’être toujours à la pointe de la technologie, d’où le dépôt de pas moins de trois brevets par an. « C’est énorme pour une petite PME comme la nôtre. Cela marque notre volonté de protéger notre savoir-faire. »

 

Bodart & Gonay dépose pas moins de trois brevets par an. « C’est énorme pour une petite PME comme la nôtre », explique Jean-Philippe Couasnard. « Cela marque notre volonté de protéger notre savoir-faire. » ©DR

Il faut reconnaître que l’épidémie de Covid puis la guerre en Ukraine ont considérablement boosté l’entreprise, dont le chiffre d’affaires avoisinait les dix millions d’euros l’an dernier. « Le fait que le prix des énergies fossiles ait à ce point augmenté a évidemment été profitable pour la filière bois dont les prix ont certes augmenté, mais pas dans la même proportion. »

Et de citer des chiffres éloquents : Bodart & Gonay a produit 1 500 appareils premium l’an dernier, Jidé 3 000, et 40 % de la production totale est allée à l’exportation. Dernier élément en date ayant contribué à renforcer le positionnement de l’entreprise : les nouvelles normes européennes écologiques, de plus en plus restrictives, qui visent à un rendement plus élevé en même temps qu’une réduction des émissions nocives et ont eu pour effet de réduire considérablement la concurrence.

Un exemple en dit plus qu’un long discours : une cheminée ouverte assure seulement 5 % de rendement avec une perte de 95 % des calories, alors que « nos inserts de la nouvelle génération, plus étanches et plus compatibles avec l’environnement, qui sortiront début de l’année prochaine, affichent un rendement record de 85 %. Ce qui signifie que toute cette énergie produite est conservée et sert à chauffer la pièce. C’est un bond d’autant plus énorme qu’on consomme 30 % de bois en moins. »

Du fait du contexte énergétique actuel, de nouveaux bâtiments seront inaugurés début de l’année prochaine sur le site historique de Herve

Depuis que l’entreprise a retrouvé un second souffle, sa marque premium a étendu sa gamme avec des inserts, des foyers à bois pour les nouvelles constructions qui permettent une plus grande flexibilité de placement, et des habillages en acier autorisant tous les cas de figure, contre un mur ou au milieu de la pièce. « Depuis un an et demi, nous avons également développé l’outdoor avec des produits qui se démarquent de la concurrence : des appareils peints, de forme circulaire, qui fonctionnent exclusivement au bois et marient efficacement l’acier et la pierre réfractaire, que ce soit pour les planchas, les grands barbecues intégrés ou les quatre-en-un, four, four à pizza, plancha et barbecue. »

Le succès n’empêche pas Jean-Philippe Couasnard de penser aux lendemains, qu’il envisage avec une sérénité contrastant avec la morosité économique du moment. « Vu notre croissance élevée, nous adaptons d’ores et déjà l’entreprise à nos besoins. Au bâtiment actuel de 4 600 m², nous allons en adjoindre un autre de 2 300 m², dont l’inauguration est prévue début 2023. » Et d’ajouter que le développement de nouvelles gammes d’appareils va bientôt permettre le tour de force d’accumuler les calories pour les restituer plus tard, quand la nécessité s’en fait sentir. Autant dire qu’à Herve, le feu à bois, ce n’est pas le passé, mais l’avenir !

 

 

CIM Internet