Paris Match Belgique

Excellence belge : Maison Nathan, 40 ans de féminité et d’élégance

Rendre les femmes belles et désirables, tel est le leitmotiv du créateur qui, en observateur attentif, considère que la mode d’aujourd’hui est transgénérationnelle. | © Nathan

I like Belgium

Fournisseur breveté de la Cour depuis 2000, la maison Natan commémore en 2023 un anniversaire prestigieux. Une succession d’événements seront mis en scène par Christophe Coppens, invité comme directeur créatif.


C’est d’une voix grave qu’Édouard Vermeulen, le bienfaiteur de ces dames, retrace son parcours à l’occasion d’un anniversaire dont on n’a pas fini de parler. Il concède tout d’abord être issu d’un milieu familial où l’esthétique occupait une place prépondérante, raison sans doute qui contribua à le diriger vers des études d’architecture d’intérieur à Saint-Luc.

Mais l’homme, même s’il n’a alors que 24 ans, voit déjà loin et comprend l’importance de se poser dans un espace offrant une belle visibilité, « un espace promenade » comme il le qualifie lui-même, mais aussi « une adresse cohérente, idéalement dans une avenue de prestige ». L’endroit est tout trouvé, dans une belle maison de maître de l’avenue Louise à Bruxelles, toujours occupée aujourd’hui par le couturier. « À cette époque, l’avenue était bordée de boutiques qui s’égrenaient sans discontinuer jusqu’à la rue du Bailli », explique-t-il. « La maison en question, dont je suis rapidement devenu le bailleur principal, possédait alors un hall d’entrée inexploité d’une trentaine de mètres carrés. Je l’ai aménagé à la manière d’un salon pour y exposer mes objets choisis en fonction des saisons et des acquisitions, sur les lieux même de l’ancienne maison du couturier Paul Natan. »

Inspiré par l’esprit du lieu, de fil en aiguille, l’architecte d’intérieur a l’idée de s’adjoindre les services d’une patronnière couture, qu’il met au défi de reproduire un chemisier de sa mère à partir d’un tissu provenant de la Maison dorée. « Huit jours plus tard, le chemin d’une collection était tout tracé. » En commençant par des réalisations à la commande, puis des habits pour le mariage de son frère et, enfin, en laissant le bouche à oreille accomplir la suite du miracle.

 

Édouard Vermeulen avec Christophe Coppens : le metteur en scène d’opéra, créateur et designer belge va travailler avec l’ADN de la maison pour y ajouter son empreinte unique. ©Nathan

Alors qu’il reprend le nom même de Natan, dépouillé de son prénom originel, pour créer une sorte de filiation qui garde tout son sens, Édouard Vermeulen décide d’organiser son premier défilé, en septembre 1983, pour une œuvre caritative dont la princesse Paola est alors la présidente.

La présence remarquée de celle-ci, le fait qu’il se déroule sous chapiteau dans les jardins du baron Coppens et les échos que la presse réserve à l’événement font que l’initiative porte largement ses fruits. Natan rejoint très rapidement les étoiles en tant que maison de couture belge et les espaces de prêt-à-porter se multiplient, à Knokke d’abord, puis à Anvers, Gand, Courtrai, Roulers et, plus tard, Paris ou Amsterdam. Aujourd’hui, la griffe est disponible dans huit boutiques mais aussi 110 points de vente multimarques. « J’ai voulu privilégier la féminité, l’élégance dans la simplicité, les belles matières et les couleurs », ajoute Édouard Vermeulen. Entre-temps, il a été anobli, et sa maison se voit attribuer le titre de Fournisseur de la Cour le 15 novembre 2000.

 

Un haut lieu de la beauté et de l’art de séduire. ©Nathan

Il est vrai que depuis ce fameux défilé initial, Natan est devenu la coqueluche des têtes couronnées, en particulier depuis l’Exposition universelle de Séville, où la robe de la reine Paola a fait sensation. Les familles royales de Luxembourg, de Suède et des Pays-Bas ont suivi le mouvement et, rappelle le couturier, « ce fut pour nous un insigne honneur de réaliser la robe de mariée de Mathilde ». Rendre les femmes belles et désirables, tel est le leitmotiv du créateur qui, en observateur attentif, considère que la mode d’aujourd’hui est transgénérationnelle : « La société actuelle est composée de générations de femmes qui veulent moins vieillir et refusent désormais de se soumettre aux quatre saisons de la vie. Toutes veulent maintenant s’arrêter à la fin de l’été ! »

Aujourd’hui, 60 personnes travaillent chez Natan et, pour le quarantième printemps de sa maison de couture, Édouard Vermeulen veut faire découvrir sa marque au plus grand nombre. « Nous sortirons en octobre 2023 un livre destiné à révéler l’univers Natan sous toutes ses coutures. Dans la foulée, nous allons organiser plusieurs grands événements en collaboration avec Christophe Coppens, metteur en scène d’opéra, créateur et designer belge, qui va travailler avec l’ADN de la maison pour y ajouter son empreinte unique. »

Et d’ajouter que cette collaboration spéciale se répercutera aussi sur les collections, les accessoires, l’imagerie, les boutiques, les défilés de mode et tous les événements de l’anniversaire. Une façon de rappeler que quand le client vient chez lui, « c’est déjà le début de la fête » !

 

CIM Internet