Quand Beyoncé inspire un livre sur le féminisme

Quand Beyoncé inspire un livre sur le féminisme

La chanson de Beyoncé "Run The World (Girls)" est considérée comme un hymne féministe. | © DR

Modes et styles de vie

L’association française Osez le féminisme ! publie Beyoncé est-elle féministe ?, un guide décalé pour répondre à toutes nos questions sur le sujet.

Le féminisme est-il devenu un concept marketing ? Comme Obama ou Simone de Beauvoir, Beyoncé se revendique en effet féministe – son titre « Run the World (Girls) », sorti en 2011, en est un parfait exemple. L’est-elle vraiment ? Pour Margaux Collet et Raphaëlle Rémy-Leleu, cette réflexion a servi du point de départ à leur livre, Beyoncé est-elle féministe ?, qui sort le 20 septembre prochain.

Stars, féminisme et contradictions

« Les stars, comme toutes les femmes, peuvent avoir des contradictions en chantant un jour des chansons hyper sexistes et le lendemain tenir un message fort qui va parler à toutes les jeunes générations qui ont Beyoncé comme héroïne, faisant du féminisme à la fois quelque chose de positif mais aussi un peu à la mode », explique Margaux Collet, co-auteure, à l’AFP. « Notre idée forte, c’est de rappeler que le féminisme n’est pas un mot marketing ou un concept consensuel vidé de son sens politique » » ajoute-t-elle. Car si Beyoncé sert de « prétexte », le livre offre une réflexion bien plus large au terme du terme que certains estiment galvaudé.

Lire aussi > Femmes et empowerment, le nouveau gimmick controversé des marques

Un livre pour « se libérer des clichés »

« Mais ça veut dire quoi être féministe ? Est-il encore aujourd’hui utile de l’être ? », se demandent-elles en substance. Autour de dix questions portant sur l’égalité femmes-hommes (Où sont les femmes dans les livres d’histoire? Que faire si j’ai été harcelée en ligne ?), les deux militantes de l’association Osez le féminisme ! décryptent les inégalités dans la société, entremêlant historique des conquêtes passées, biographies de femmes illustres souvent oubliées, dessins humoristiques de l’illustratrice Diglee et conseils pratiques pour s’impliquer aujourd’hui, précise l’AFP.  « Le point de départ, c’est qu’on nous posait tout le temps la question de comment faire de la pédagogie sur le féminisme et les relations filles-garçons auprès des jeunes », confie Margaux Collet. L’ouvrage se veut avant tout « pédagogique », explique-t-elle. Leur espoir ? « Se libérer des clichés ».

CIM Internet