Profession concierge 2.0 : « S’inviter discrètement dans l’intimité des clients »

Passionnée d'art contemporain, Ahlem Mossadak organise, pour ses clients, des rencontres avec des créateurs, des designers ou des artistes. | © DR

Modes et styles de vie

Pour personnaliser encore davantage son service, la conciergerie de l’hôtel Amigo s’est quelque-peu réinventée. Ahlem Mossadak, l’une des 5 concierges en place, nous a expliqué en quoi ce nouveau concept constitue, selon elle, l’avenir de l’hôtellerie de luxe. Par Marie Honnay.

Architecte d’intérieur, passionnée d’art et de théâtre, Ahlem Mossadak est, depuis l’ouverture de l’Amigo, la seule femme à y occuper le poste de concierge. Elle offre des conseils sur-mesure aux clients fans d’art, de mode ou encore de création. Le mot d’ordre: « expérience », un terme qui s’inscrit totalement dans la nouvelle définition du luxe et cadre avec la vocation d’un hôtel comptant le plus grand service de conciergerie de Belgique.

Paris Match. Le métier de concierge n’est pas neuf. En quoi votre approche est-elle différente ?
Ahlem Mossadak.
Ces dernières années, les demandes de nos clients ont changé. Jusqu’il y a peu, l’univers des antiquaires avait la cote. Nos clients ne juraient que par le Sablon. Aujourd’hui, ils se passionnent pour l’art contemporain, mais aussi, renommée de nos créateurs oblige, pour la mode. Mon rôle consiste donc, par exemple, à organiser un rendez-vous privé chez un designer ou une séance de personal shopping dans une enseigne qui incarne le luxe à la belge.

Lire aussi > Ces hôtels proposent des baby-sitters… pour compte Instagram

Concrètement, comment orchestrez-vous ces rencontres?
La spécificité de notre approche, c’est l’absence de cadre. Le luxe, aujourd’hui, doit coïncider avec les affinités de chaque client. Qu’ils aient envie de faire un tour des galeries d’art en limousine ou à vélo, à Bruxelles ou ailleurs en Belgique, nous faisons en sorte de rendre ce moment inoubliable. Dernièrement, pour un client fan de Tintin originaire du Moyen-Orient, j’ai organisé une rencontre avec Xavier Marabout, un artiste belge à mi-chemin entre l’univers de Tintin et celui d’Edward Hopper. C’était magique! Notre travail implique de nous inviter discrètement dans l’intimité des clients. Le plus souvent, le lien tissé avec eux se poursuit au delà de leur séjour à l’hôtel. Si, pour une soirée d’exception, une cliente achète, sur mes conseils, une robe Natan ou un chapeau Fabienne Delvigne, il est fréquent qu’elle m’envoie, par la suite, une photo prise lors de l’évènement.

Une visite dans le QG bruxellois de Delvaux? La conciergerie de l’hôtel Amigo répond à l’engouement croissant des touristes pour la mode belge.

Acquérir une œuvre d’un artiste émergent, visiter une foire d’art contemporain avec un guide, rencontrer un designer… Avec vous, tout semble possible. Quel est votre secret ?
Notre immense carnet d’adresses! A l’instar d’Haluk Sahin, le concierge spécialisé en gastronomie qui a tissé des liens étroits avec les chefs de la capitale en se rendant, par exemple, dans les cuisines du Comme chez Soi pour éplucher des crevettes avec Lionel Rigolet, je cours les vernissages et les foires d’art contemporain. Le meilleur moyen de connaître les artistes qui comptent en ce moment à Bruxelles et de décrocher des invitations pour des vernissage, par exemple.

Lire aussi > Immersion dans le quotiden fantastique des concierges de palaces bruxellois

Comment décririez-vous le luxe bruxellois à un client étranger ?
Bruxelles est une ville qui n’est pas frénétique. On peut y prendre le temps de la découverte. Et, pour moi, le temps de trouver l’artiste ou le créateur qui va contribuer à ce que nos clients tombent amoureux de la ville, tout simplement.

En pratique : Les services de conciergerie sont compris dans le prix de la chambre ou de la suite. L’intervention d’un éventuel prestataire externe est en supplément.

Hôtel Amigo, rue de l’Amigo 1-3 1000 Bruxelles. roccofortehotels.com

CIM Internet