La proxémie ou les distances à garder vis-à-vis des autres

La proxémie ou les distances à garder vis-à-vis des autres

Une distance de plus ou moins un mètre entre deux personnes cadre avec une communication sociale. | © Aleksandra Mazur

Modes et styles de vie

Il est important dans notre société de respecter un certain espace avec son interlocuteur. Celui-ci est variable en fonction de son âge, de son sexe, de son rang, de son origine géographique, etc. La chronique de Philippe Lichtfus, notre expert en savoir-vivre contemporain.

 

Il semble que c’est l’anthropologue américain Edward T. Hall qui aborde pour la première fois ce sujet dès 1963. Il remarque que la notion de cet espace entre deux personnes qui communiquent est essentiellement culturelle.

En effet, on considère qu’il est bien, dans nos pays, de respecter une distance de plus ou moins un mètre entre deux personnes dans le cadre d’une communication sociale normale. Celle-ci est plus courte dans les pays latins et encore réduite en Afrique où il est courant de se toucher. A contrario, il constate l’inverse dans les pays du Nord et d’autres asiatiques, comme au Japon, par exemple.

L’origine culturelle ou ethnique n’est évidemment pas le seul facteur qui modifie cette distance entre deux êtres. Il y a aussi le rapport hiérarchique qui impose quelques centimètres supplémentaires, contrairement à l’intimité qui a une tendance bien naturelle à les réduire, voire à les ignorer complètement…

Respecter le champ énergétique de l’autre

Il est de bon ton également de ne pas imposer de trop près les charmants détails de votre petite tête aux personnes plus âgées ou même à vos collègues de bureau. Il ne s’agirait pas ici uniquement d’empiéter dans le « champ énergétique » des autres, mais également d’aller au contact des parfums, pas toujours heureux, notamment après une bonne soupe d’asperges vertes relevée à l’ail !

Lire aussi >> Le célèbre « Bon appétit » est-il une impolitesse ?

Un peu de retenue permet aussi de se préserver de quelques postillons indélicats qui viendraient trouver refuge sur votre visage…

A nouveau, savoir qu’il faut respecter une distance raisonnable entre deux personnes qui communiquent est essentiel pour ne pas créer de malaise et respecter l’autre, mais il n’existe pas une règle universelle qui définit au centimètre près l’attitude idéale.

Cela devrait être une question de bon sens.

Il en va de même lorsqu’on salue quelqu’un en lui serrant la main. La bonne mesure serait de conserver de part et d’autre un demi bras. La poignée de mains doit être franche et ferme, mais seul le regard sera garant de vos sentiments ou de vos intentions.

Pas touche…

Il ne me semble pas inutile non plus de rappeler que dans notre culture, on n’est pas censé toucher les autres en dehors d’un rapport amical, familial ou de séduction.

Ceci dit, les mœurs évoluent avec les jeunes générations et ce qui est plus ou moins vrai aujourd’hui ne le sera peut-être plus demain.

Lire aussi >> Peut-on tout dire et tout laisser dire à table ?

Je vous déconseille tout de même vivement de déposer votre main sur l’épaule de la reine d’Angleterre lorsque vous la rencontrerez, ou encore de la prendre par la taille. Si certaines nous ont fait croire qu’elles pouvaient se le permettre, il y a fort à parier que ce geste vous enverra directement au royaume des pignoufs sans passer par la case départ…

CIM Internet