Paris Match Belgique

La noblesse a-t-elle des codes spéciaux ?

Il faut être prudent malgré tout quant aux vernis et apparences... Ils ne sont pas garants de la "grandeur d'âme". | © Thomas Kelley / Unsplash

Modes et styles de vie

Qu’est-ce que la noblesse ? Les nobles sont-ils différents et garants de la « bonne éducation » ? Ils sont un mystère ou une curiosité pour certains, un fantasme ou encore un relent de l’histoire pour d’autres… La chronique de Philippe Lichtfus, notre expert en savoir-vivre contemporain.

 

Les critères pour être reconnu noble varient selon les pays, la période historique d’anoblissement, le souverain de l’époque et ses bonnes ou moins bonnes dispositions vis-à-vis des élus, ainsi que de nombreux autres paramètres encore… On peut presque dire que chaque cas est particulier.

Cet article ne me permet pas d’aborder toutes les nuances liées au sujet, mais je résumerai en disant qu’il faut avant tout avoir reçu, à un moment ou l’autre, un document signé par un souverain, dans l’exercice de son règne, vous élevant, ou un de vos ancêtres mâles dont vous descendez officiellement en ligne directe, au rang de noble. C’est le b.a -ba.

Si, autrefois, la noblesse était liée à des fonctions souvent héréditaires, des responsabilités, une manière de vivre et d’instruire, etc., on pouvait, en effet, la considérer en quelque sorte comme garante de la bonne éducation raffinée.

Lire aussi > Peut-on tout dire et tout laisser dire à table ?

Mais cela suit aussi le principe repris par Lavoisier « Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme… ». Les bonnes manières du Moyen Âge sont loin de ressembler à celles du XVIIIe siècle, encore plus loin de celles du XIXe siècle et peut-être plus proches dans l’esprit de certain(e)s à notre époque.

Alors quelle différence avec les autres ?

Peut-être pourrait-on considérer que dans une partie de la noblesse, j’exclus celle issue de la course aux vanités, des femmes et des hommes transmettent une manière élégante de se comporter, ce qui nous ramène aux « bonnes manières » et à la « bonne éducation ». Si différence il y a, je la situe plus dans le maintien d’une tradition élégante et raffinée.

Soyez prudents, malgré tout, quant aux vernis et apparences ; ils ne sont pas non plus garants de la « grandeur de l’âme »…

Sur le plan social, il y a beaucoup de noblesses différentes, des faux nobles, de vrais nobles avec de faux titres, des nobles avec et sans particule(s), des noblesses d’épée, de robe et de plus en plus administratives…

L’important n’est pas de fantasmer sur ce qu’est en réalité ou pas une personne appartenant à une noblesse, mais de voir l’être humain au-delà de ses apparences!

Lire aussi >> La proxémie ou les distances à garder vis-à-vis des autres

La « bonne éducation » fluctue selon les époques et les cultures qui se mélangent de plus en plus. La « bonne éducation » renvoie essentiellement à la forme et devrait, selon moi, évoluer vers plus de savoir-vivre universel, à la portée de toutes et tous.

Si certains « aristos », en Belgique, ne se rendent pas compte que le monde est des plus vastes autour de leur petit « confort » social et mental, beaucoup d’autres heureusement s’ouvrent aux innombrables réalités de notre XXIe siècle.

Ceci exprimé, je pense que la seule vraie noblesse qui élève les hommes est spirituelle. Elle seule ne souffre pas du temps et n’a pas besoin d’écrits pour exister, car elle est…

CIM Internet