« Happy Hours Market » : On a testé la première appli belge qui lutte contre le gaspillage alimentaire

« Happy Hours Market » : On a testé la première appli belge qui lutte contre le gaspillage alimentaire

Aurélien Marino et Ludovic Libert, les deux fondateurs de l'application. | © Happy Hours Market

Modes et styles de vie

Un tiers de la production alimentaire mondiale est jeté. Face à ce constat, Aurélien et Ludovic ont créé « Happy Hours Market », une application qui permet aux consommateurs d’acheter des produits invendus. On l’a testée pour vous !

Une nouvelle application a fait son apparition ce mardi : Happy Hours Market. Contrairement à ce que son nom laisse penser, cette application ne permet pas de trouver les cocktails les moins chers autour de chez nous, mais elle permet de lutter contre le gaspillage alimentaire à moindre coût. On connaissait déjà Too Good To Go, mais ici, ce sont des Belges à l’initiative de ce projet. Intrigués par ce nouveau venu dans le monde de la consommation responsable, on a voulu tester pour vous Happy Hours Market, la première appli belge antigaspillage.

Lire aussi > Les délicieux secrets des chefs pour éviter le gaspillage alimentaire

Il est 19h50, et j’attends patiemment que le « market » ouvre, me demandant ce qu’on pourrait bien manger au souper. Il est enfin 20h, et on découvre les produits disponibles pour ce soir. Une vingtaine de produits différents sont disponibles, et les prix sont très attractifs ! On décide notamment d’acheter des oranges pour 1€35 (au lieu de 2€69) et du raisin également à moitié prix. On achète aussi de la viande venant de chez le boucher, toujours à moitié prix. Au moment de valider notre panier, je constate que mes courses nous reviennent moitié moins cher. Plusieurs options s’offrent à moi au moment du paiement : soit par Bancontact, soit par Visa, soit en liquide au moment de la récupération.

Gaspillage
L’application propose différents produits à moitié prix. © Happy Hours Market

Après avoir validé notre panier, on nous informe que notre commande sera prête dans un quart d’heure, juste le temps pour nous de nous rendre au point de collecte Avenue Paul Héger, 42 à Ixelles.
À notre arrivée, je vois au loin des jeunes filles regarder des produits dans des paniers disposés sur les bancs. On s’approche. Aurélien et Ludovic, les deux créateurs du projet, nous accueillent et nous donnent notre sac en papier avec toutes nos provisions. Ils nous proposent également de regarder les produits qui sont présents dans les paniers, car ce sont des invendus de dernière minute, pas disponibles sur l’appli. J’en profite donc pour acheter également 250g de champignons bio pour 1€50. Je repars chez moi, contente de mes achats, et ravis de me dire que ces produits de très bonne qualité auraient pu être jetés.

On a dépensé un peu plus de 10€ pour notre panier de course. © E.M

Une appli 100 % belge

Aurélien Marino et Ludovic Libert ont eu l’idée de créer cette application il y a moins d’un an. Après avoir travaillé quelques années en tant que consultants, ils ont quitté cet univers professionnel qui était trop éloigné de leurs convictions écologiques. Suite à des conversations avec des producteurs locaux, ils se sont rendu compte de l’importance du gaspillage alimentaire. « Chaque jour, un kilo de nourriture est jeté à la poubelle par un Belge. La Belgique est le deuxième pays européen qui gaspille le plus, juste après les Pays-Bas. On s’est rendu compte que le gaspillage alimentaire avait un gros impact écologique, et on a voulu agir » raconte Aurélien. « À grande échelle, c’est pareil. Un tiers de la production alimentaire mondiale est jeté. » Pour ces deux jeunes de 27 ans, créer un food-truck qui récupère les invendus était la solution à deux problèmes. Il permet de réduire le gaspillage alimentaire, mais aussi de proposer une nourriture de qualité moins chère, disponible à tous.

En Belgique, 10 000 tonnes de nourriture sont jetées par jour.

En plus de l’impact alimentaire, ce gaspillage a des conséquences aussi écologiques. « Prenons l’exemple de ces bananes » explique Aurélien, « elles viennent de Namibie, elles ont été exposées dans un magasin, et maintenant, sans récupération alimentaire, elles auraient été jetées. Toute cette pollution émise pour le transport, et le stockage dans le magasin, n’aurait donc servi à rien ».

Depuis 2016, la Région de Bruxelles-Capitale mène une politique publique volontariste avec un objectif : réduire le gaspillage alimentaire de 30 % d’ici à 2020. Dans d’autres pays, comme en France, une loi contre le gaspillage alimentaire oblige les supermarchés à donner ses invendus alimentaires. « En Belgique, 10 400 tonnes de nourriture sont données aux associations chaque année. Par jour, c’est 10 000 tonnes qui sont jetées » développe Aurélien. « Notre objectif, à nous, c’est d’arriver vraiment à zéro déchets alimentaires en donnant le reste aux associations locales après 22 heures. On travaille notamment avec enfants d’Alep à Ixelles, ou le Frigo partagé de l’ULB. »

Lire aussi > L’Europe veut dire stop au gaspillage alimentaire

gaspillage alimentaire
Un test avait été lancé cet été. En une semaine, ils ont sauvé 500 kg de nourriture. © Happy Hours Market

Pour l’instant, ils sont encore dans une phase pilote. Ils avaient déjà effectué un test cet été qui avait bien marché. En une semaine, ils avaient récupéré 500 kg de nourriture. Une moitié avait été revendue et l’autre avait été donné à des associations. « On préfère commencer petit pour ne pas avoir trop de produits, et finalement être submergé. Au fur et à mesure, on compte rajouter d’autres commerçants qui ont déjà accepté de faire un partenariat avec nous. On voudrait aussi collaborer avec d’autres associations comme la Croix-Rouge, ou la banque alimentaire. »

Cette phase-test permet aussi de régler les problèmes et de se perfectionner avant de se développer. Bien qu’ils travaillent pour l’instant avec deux magasins, plus de 20 commerçants ont déjà répondu favorablement à l’appel d’Happy Hours. « On aimerait avoir un deuxième camion dans 3 mois qui serait plus dans le quartier de Flagey » confie Aurélien. « On veut réinvestir ce que l’on gagne dans un second food-truck, mais on lancera sûrement un crowdfunding également ». Pour l’instant, leur premier food-truck reste à l’entrée de l’ULB. Si vous aussi vous voulez en profitez, l’Happy Hours Market est ouvert du lundi au vendredi de 20h à 22h.

CIM Internet