Un étudiant dépose ses lunettes au sol, les visiteurs d’une galerie s’extasient

Un étudiant dépose ses lunettes au sol, les visiteurs d’une galerie s’extasient

Pour TJ Khayatan, "l'art moderne peut-être une blague parfois" | © Belga

Modes et styles de vie

Des lunettes déguisées en œuvre d’art moderne, des gourmets accomplis qui chantent les louanges de burgers McDonald’s déguisés… Quand les quidams se jouent des critiques, le résultat est drolatique. 

TJ Khayatan a 18 ans, et s’il faut en croire les réseaux sociaux, rien ne distingue ce jeune Californien de ses condisciples à la Evergreen Valley High School. Pourtant, TJ n’est pas n’importe qui : à l’image d’artistes aussi illustres que Marcel Duchamp ou Jackson Pollock, il a eu l’honneur d’exposer au Musée d’Art Moderne de San Francisco. La différence : TJ, lui, a exposé son oeuvre à l’insu du curateur du musée. Une « oeuvre » sous forme de pied de nez : interpellé par certaines des pièces exposées, TJ a décidé de poser ses lunettes au sol et de capturer la réaction des visiteurs du musée. Qui ont vraisemblablement été bluffés.

Lire aussi : Accusé de plagiat, Jeff Koons condamné pour contrefaçon

Pari réussi pour TJ Khayatan – Facebook @TJ Khayatan

Du bon oeil

Ainsi que TJ l’a expliqué à Buzzfeed, « on a décidé d’aller au Musée avec quelques amis, et au début, on a été impressionnés par les oeuvres exposées. Mais certains « artistes » nous ont laissés un peu perplexes. Honnêtement, je trouve ça un peu gonflé de poser une peluche sur une couverture et d’appeler ça une œuvre ». Une « œuvre » qui a néanmoins inspiré TJ. « J’ai eu envie de voir si les gens réagissaient vraiment à ce genre d’installation. J’ai posé mes lunettes par terre et j’ai observé les visiteurs du Musée. C’était dingue : certains se sont même abaissés pour les prendre en photo ! » .

I’m lovin’ it

Un « piège » réussi, qui n’est pas sans rappeler celui tendu à des gourmets par le chef américain Neal Fraser. Ayant réuni pour l’occasion la crème de la crème des food bloggers de Los Angeles, il leur a servi un repas gastronomique entièrement réalisé à base de McDonald’s. Soupe à l’avocat, poulet enrobé de bacon : les gourmands rassemblés se sont extasiés. L’occasion pour McDonald’s de prouver que ses ingrédients peuvent être dignes de ceux servis d’ordinaire dans un restaurant acclamé.

Lire aussi : Dix food artists à suivre sur Instagram

Critique des critiques

Si la démarche peut prêter à sourire, elle ne date pas d’hier : à l’aube du 20e siècle déjà, le peintre russe Vassily Kandinsky s’était fait « critique des critiques » à travers une série d’articles ayant pour but  de protéger la création moderne en abolissant le pouvoir des institutions culturelles. Ses écrits, rassemblés dans un livre par Olga Medvedkova, dénoncent l’exposition, l’école mais aussi la presse, tous opposés à la créativité selon Kandinsky en exerçant leur droit de jugement, de jury, d’expertise, de critique, voire de diagnostic. Le beau, pour Kandinsky ? « Ce qui procède d’une nécessité intérieure de l’âme, ce qui est beau intérieurement ». De quoi remettre certaines oeuvres en perspective.

CIM Internet