Paris Match Belgique

Les cosmétiques passent au régime vegan

pink

Voir la vie en rose avec des produits garantis cruelty free | © Unsplash @ Ian Dooley

Beauté et bien-être

Après les produits de beauté et d’hygiène féminine estampillés halal, l’industrie cosmétique ajoute une autre restriction alimentaire à son assiette en faisant le pari du véganisme. Une tendance qui s’étend jusqu’aux tatouages et ne séduit pas que ceux qui refusent de manger des protéines animales. 

Décoration scandinave, ambiance hygge réussie et parquet ciré sur lequel se reflète la lumière : si Because semble sortir tout droit d’une planche d’inspiration Pinterest, c’est probablement parce que l’endroit n’est rien de moins qu’un rêve de millenial biberonné au slashing. Car cet espace hybride situé à l’ombre de la Place de la Petite Suisse est à la fois concept-store / salon de tatouage et jolie vitrine militante en prime puisqu’ici, les tatouages sont vegan. Un simple gimmick marketing ? Que du contraire, car s’il semble évident d’éliminer les produits d’origines animale dans l’assiette quand on fait le pari du véganisme, ceux-ci ont tendance à se cacher là où on les attend le moins. Par exemple, dans les pigments d’encre.

Lire aussi > Comment la cosmétique naturelle est sortie de sa niche

Facebook @ Because / RPA

Ainsi, chez Because, les encre ne contiennent ni glycérines ni gélatines animales, et encore moins de « noir animal », pigment macabre composé du charbon des os calcinés d’animaux. De quoi donner la chair de poule à ceux qui évitent soigneusement de manger des êtres vivants pour mieux se les injecter à même l’épiderme sans le savoir. Une ignorance qui appartiendra bientôt au passé grâce au virage vegan adopté par l’industrie de la beauté.

Beauté garantie sans cruauté

La promesse : des produits strictement dépourvus de composants d’origine animale, et forcément, surtout pas testés sur les animaux. Une beauté sans cruauté qui séduit à l’heure où les vidéos chocs de lapins maquillés et de singes aux poils brûlés par les tests se multiplient sur internet. Au-delà du fait qu’ils sont naturels et respectueux de l’environnement, les produits vegan se passent également de composants tels que la cire d’abeille, le collagène animal, la kératine ou encore le rouge carmin, issu de la cochenille. Autant de sacrifices sans pour autant rien concéder niveau efficacité.

Réflexion globale

Depuis sa boutique boudoir du quartier Dansaert, Océane Taquoi l’affirme : la cosmétique naturelle est le futur de la beauté. Et sur ses étagères remplies de pépites dénichées avec passion, la cosmétique vegan prend de plus en plus de place. Un joli hasard : « ce n’est pas ma recherche première, moi ce qui m’intéresse ce sont les produits organiques, mais force est de constater que de plus en plus de marques naturelles choisissent aussi de proposer des produits vegan. Ce qui est très intéressant dans cette démarche, c’est qu’elle s’inscrit dans un état d’esprit global de réflexion autour de la manière dont on consomme ».

Soapwalla
Soapwalla

Une consommation plus responsable pour prendre soin de la planète en beauté, et en profiter pour se sublimer au passage. Plutôt qu’un déo spray bourré d’aluminium, on choisit la pâte naturelle et vegan de Soapwalla dont les effets bluffants convaincront les plus sceptiques, tandis que pour le visage on craque pour la gamme rajeunissante de Earth tu face ou encore les soins miracle signés Odacité.

Labelchic

Et parce qu’il ne s’agit pas de discriminer entre la peau et le cuir chevelu, la tendance gagne aussi la douche avec des shampooings garantissant une crinière 100% sans produits d’origine animale. Après avoir séduit les Suédoises, les shampooings et soins Maria Nila ont en effet fait leur arrivée en Belgique, avec la promesse d’ingrédients naturels et de résultats surnaturels sur la brillance et la santé des cheveux.

Maria Nila
Maria Nila

Trop belle pour être vraie la cosmétique vegan ? L’industrie vit en tout cas une véritable révolution, passant en beauté des rayonnages aux vagues relents d’encens des magasins spécialisés aux intérieurs soignés des boutiques de niche. Car si les certifications de PETA, Leaping Bunny et autres restent bien visibles, le packaging suit désormais les codes de l’industrie du luxe, facilitant l’arrivée des produits vegan dans la consommation mainstream.

Odacité

Une tendance qui devrait se généraliser dans les prochaines années. « Quand on voit l’importance que le véganisme a pris dans l’alimentation, cela ne peut que faire de même dans la cosmétique, explique Océane Taquoi. Les clientes sont de plus en plus en recherche de produits de ce type, et elles sont dithyrambiques quant aux résultats ». Beauté intérieure et extérieure seraient-elles donc vraiment liées et sublimées par les produits cruelty free ? Quoi qu’il en soit, l’enthousiasme autour de la beauté vegan ne faiblit pas.

CIM Internet