Paris Match Belgique

Le virtuose du cheveu pose ses ciseaux à Bruxelles et livre ses secrets

Sublimer sa crinière sans se faire de cheveux blancs, telle est la promesse de Rodolphe Marais | © Facebook @ L'atelier de Coloration Bruxelles

Beauté et bien-être

En co-fondant l’Atelier de Coloration à Bordeaux, Rodolphe Marais n’a pas simplement contribué à rendre aux teintures capillaires leurs lettres de noblesse, il a aussi été parmi les pionniers d’un nouveau genre de salons de coiffure qui conjuguent luxe, ciseaux et volupté. 

Ambiance boudoir, musique feutrée et personnel aux petits soins, l’enseigne bruxelloise de l’Atelier de Coloration dégage un parfum délicat dont on ne saurait dire s’il vient d’une bougie Dyptique ou des fragrances précieuses des clientes. Un mercredi après-midi, l’endroit bruisse des conversations des belles de la capitale, venues ici se faire recoiffer le moral et prendre soin de leur couleur, qu’elle soit capillaire ou posée avec soin sur leurs ongles par la manucure de la maison.

Lire aussi > Comment Sophie Fontanel a réussi à rendre tendance les cheveux blancs

En guise de bienvenue, un kimono monochrome, accessoire indispensable pour ne pas qu’un cheveu égaré se perde sur les vêtements. Les lames des ciseaux sont affûtées, Rodolphe est prêt, l’entretien peut commencer. Chaleureux, souriant et aussi ravi de se raconter que d’écouter, Rodolphe Marais a le don de mettre directement ses clientes à l’aise et de les faire se sentir en de bonnes mains. Et pourtant, ce n’est pas du tout à la coiffure qu’il se destinait.

Quand j’étais plus jeune, je rêvais d’être psychanalyste ou styliste, et finalement, j’ai l’impression d’être un peu les deux aujourd’hui en étant devenu coiffeur.
-Rodolphe Marais

Si c’est au hasard d’un stage judicieusement proposé au lycée que Rodolphe s’est lancé dans la coiffure, depuis, il n’a plus regardé en arrière, trop occupé à regarder ses clientes dans le miroir et à révéler au mieux leur beauté. Car ce virtuose de la couleur en est convaincu : « n’importe quelle femme peut être belle ». La condition sine qua non pour y arriver : bien se connaître.

L’Atelier de Coloration Bruxelles

Pas question en effet pour Rodolphe de suivre aveuglément les tendances. D’ailleurs, il aurait plutôt tendance à les fuir, préférant s’inspirer de l’air du temps et du style de ses clientes. Car pour lui, personne mieux que la cliente elle-même ne peut savoir ce qui lui plait. « J’ai un peu de mal avec les visagistes qui disent aux clientes ce qui leur ira… Pour moi, c’est très important d’écouter les femmes, de m’inspirer de leur personnalité et de leurs envies. En règle générale, elles se connaissent bien mieux qu’elles le croient ». Et elles ne se trompent pas : Rodolphe l’affirme, « il n’y a pas de clientes qui se trompent, s’il y a une erreur et que le résultat ne plaît pas, c’est de la faute du coiffeur ».

L’Atelier de Coloration Bruxelles

Sans compromis mais avec beaucoup de délicatesse, furieusement dans l’air du temps sans suivre les tendances, Rodolphe Marais est un coiffeur en demande. Et si l’enseigne bruxelloise de son Atelier de Coloration est déjà régulièrement classée parmi les meilleurs salons de la capitale, Rodolphe a toutefois décidé de rendre l’endroit plus désirable encore en s’y rendant une semaine par mois. Une périodicité qui ne doit pas prendre des allures de rendez-vous contraint pour les clientes.

L’Atelier de Coloration

« On entend beaucoup de coiffeurs dire qu’il faut recouper les cheveux toutes les X semaines, pareil pour la coloration… Moi je trouve qu’il ne faut pas s’emprisonner de la sorte. La cliente se lève un matin et voit d’elle-même qu’elle a besoin et envie d’aller se faire coiffer, et ce, peu importe quand était son dernier rendez-vous ». Ou comment prendre soin de sa crinière sans se faire de cheveux blancs.

CIM Internet