Paris Match Belgique

Le yoga rendrait égocentrique

Au lieu d'invoquer l'altruisme ou le désintéressement de soi, comme le veut la tradition bouddhiste, la méditation et le yoga se concentrent sur la quête de soi et l'auto-amélioration. | © Unsplash / William FARLOW

Beauté et bien-être

Une équipe de chercheurs de l'université de Southampton, en Angleterre, a découvert que le yoga ou la méditation peuvent gonfler l’ego.

Selon les principes bouddhistes, le soi n'est qu'illusion. Ceux et celles qui pratiquent le yoga ou la méditation sont censés prendre de la distance par rapport à leur ego afin d’oeuvrer pour les autres. Quête de soi ou recherche d'une meilleure hygiène de vie, chacun pratique ces disciplines pour différentes raisons. Une récente étude, menée par une équipe de psychologues de l'université de Southampton en Angleterre et relayée par Quartz, tend à démontrer qu'au contraire notre ego gonflerait en les pratiquant.

Lire aussi > Le yoga facial, la drôle de gymnastique qui défroisse les rides

Ces psychologues se sont basés sur la théorie de Williams James, fondateur de la psychologie américaine, qui postule que le fait de s’engager dans une pratique de façon répétée développe une grande estime de soi.

Afin d’évaluer le niveau d’estime de soi des 93 participants à l’étude, les chercheurs leur ont posé une série de questions : « Pensez-vous avoir un meilleur niveau que le reste du groupe ? » ou encore « Pensez-vous que la phrase “Je serai reconnu pour mes bonnes actions” s’applique à vous ? ». Les yoguistes étaient censés répondre en choisissant les mentions «Tout à fait d’accord », « Plutôt d’accord », « Plutôt pas d’accord » ou « Pas du tout ». Les résultats ont révélé que tous les participants à l'étude montraient des signes de narcissisme accrus dans l'heure qui suit chaque séance de yoga. Et il en va de même pour les adeptes de la méditation.

« On s'est rendu compte que les exercices qui font travailler le corps aussi bien que l'esprit avaient une grande influence sur l'estime de soi. Et à son tour, l'estime de soi a un impact positif sur le bien-être des personnes », expliquent les chercheurs.

Lire aussi > En Birmanie, le climbing yoga marie l’escalade et la zenitude

Comment expliquer ce basculement ? Quartz nous dit que l'occidentalisation du yoga pourrait en être la cause : au lieu d'invoquer l'altruisme ou le désintéressement de soi, comme le veut la tradition bouddhiste, ces activités se concentrent sur la quête de soi et l'auto-amélioration. De fait, la pratique se veut centrée sur soi-même et non sur autrui.

CIM Internet