Paris Match Belgique

Superaliments, détox, oxygène… Vers une beauté plus clean

La spiruline est un concentré de bienfaits pour les peaux fatiguées. | © DR

Beauté et bien-être

Quand le manger beau, bon et sain s’invite dans la cosmétique, nos pots de crème adoptent des super-ingrédients, s’épurent et redécouvrent les bienfaits de l’eau thermale. 

D’après un article Paris Match France d’Aurélia Hermange.

Lassés des scandales sanitaires à répétition et du « greenwashing », nous sommes de plus en plus nombreux à exiger la transparence sur les formules et à plébisciter une cosmétique nettoyée de toute substance nocive, aussi propre dans sa composition que dans sa communication. D’après la plateforme de veille des réseaux sociaux Visibrain, qui vient de publier un livre blanc intitulé 2018 : l’avènement de la clean cosmetics, plus de 60 500 messages y seraient postés chaque mois sur ce sujet. Preuve que nos attentes en matière de santé et de beauté ont commencé à s’entrecroiser pour aller dans une seule direction, celle d’une cosmétique épurée, respectueuse et plus éthique.

Des superaliments… pour la peau !

Chou kale, baies de goji ou d’açai, acérola…, ces alliés santé de premier plan ont commencé à s’inviter dans nos soins. Réputés pour leur richesse en vitamines, en minéraux, acides aminés et antioxydants, ils donnent un véritable coup de fouet à la peau. Riche de 220 molécules bénéfiques pour l’épiderme, la spiruline, une micro-algue, fait par exemple figure de véritable garde-manger énergétique pour les peaux fatiguées et carencées, qui y puisent ce dont elles ont besoin. Le goji, petite baie rouge surnommée « fruit de longévité », concentre 400 fois plus de vitamine C que l’orange ! Une aubaine pour la peau et les cheveux qu’elle protège du vieillissement tout en leur apportant clarté et vitalité. Citons également l’açai, fruit d’un petit palmier originaire d’Amérique du Sud, très populaire au Brésil, où on met à profit sa richesse en antioxydants et en vitamines A, C et E qui contribuent à rendre le teint radieux, ses propriétés anti-inflammatoires et sa capacité à favoriser le déstockage des graisses.

Baies de goji

La vague thermale glam

Tonifiante, apaisante et hydratante, l’eau thermale prend soin des peaux sensibilisées avec une sensorialité renouvelée : multi-usage et naturelle, on n’en finit plus de redécouvrir ses bienfaits, largement vantés par les dermatologues. D’une pureté bactériologique absolue, l’eau thermale a en effet longtemps transité de montagnes en glaciers pour se charger de minéraux avant d’arriver à la source qui la mettra en pot ou en bouteille. Résultat, fortement dosée en zinc, en sélénium ou en manganèse capables de limiter le vieillissement prématuré de la peau, elle est aussi apaisante grâce à une forte concentration en oligoéléments (calcium, sodium, silicium). L’idéal pour désaltérer en douceur (et sans chimie…) les tissus fragilisés !

Lire aussi > La beauté connectée : Votre coach perso est arrivé

Respirez : le soin à l’oxygène, une alternative naturelle aux injections

Ce soin anti-âge 100 % clean beauty combine l’utilisation de sérums riches en acide hyaluronique, vitamines et acides aminés et l’oxygène hyperbare propulsé directement sur la peau pour permettre aux actifs de pénétrer en profondeur dans l’épiderme. Ultra-efficace, la technique agit sur le renouvellement cellulaire et revitalise instantanément les tissus. Après une séance, les traits sont détendus, le teint lumineux et la peau repulpée. La cure de six séances recommandée permet d’inscrire les résultats dans le temps pour un coup de frais visible, durable et vraiment clean !

DR

Une détox en beauté

Après l’alimentation, la vague healthy réinvente le soin et l’hygiène : « Nous sommes entrés dans l’ère du “sain par le sans” », approuve Pascale Brousse, fondatrice de l’agence prospective Trend Sourcing. Avec les produits revendiqués « sans sulfates », « sans silicones » ou « sans parabens », on se débarrasse du superflu pour mieux revenir à l’essentiel. D’où l’engouement accru pour des marques aux gammes courtes, proposant des listes d’ingrédients réduites, des emballages épurés et des messages simplifiés. « Mais sobre ne signifie pas “moins efficace”, tient à préciser Michèle Evrard, fondatrice de la marque Cosmetics 27. Cela revient surtout à mettre en place le principe de l’homéostasie, selon lequel on doit aider la peau à s’auto-équilibrer. » Autre façon d’atteindre cette forme d’épure : éliminer totalement les conservateurs des formules en proposant des soins frais, protégés par des cocktails d’ingrédients utiles (vitamine E, glycérine hydratante…) plutôt que par la chimie. C’est le pari de jeunes marques comme Romy, Laboté ou Ringana qui proposent des produits fabriqués minute et à consommer dans la la foulée !

Décryptez les ingrédients en un clin d’oeil !

Un doute sur la composition d’un produit ? Dégainez l’application Clean Beauty (disponible gratuitement sur AppStore et Google Play, et développée par une équipe de scientifiques dirigée par un docteur en pharmacie cosmétologue) qui propose aux consommateurs de photographier la liste des ingrédients et d’identifier en quelques secondes les substances allergènes, irritantes ou controversées. Autres applis : Yuka, QuelCosmetic, Inci Beauty ou Think Dirty (en anglais).

CIM Internet