Pour plus de productivité, faites des pauses

Pour plus de productivité, faites des pauses

pause

Les moments de pauses sont généralement trop restreints et souvent liés à une perte de productivité. | © Pixabay

Beauté et bien-être

Faire des siestes, faire des pauses, prendre un café, tous les conseils pour être en forme au travail semblent éloigner ostensiblement les travailleurs de leur productivité. Et pourtant. Le bienfait des siestes a déjà fait l’objet de plusieurs analyses. Et si multiplier les pauses était bon pour le bonheur au travail et donc la rentabilité ?

On le sentait déjà lorsque nous étions aux études, se concentrer durant toute une journée n’est pas facile, même si notre cours nous passionne. On attendait alors désespérément la pause salvatrice entre deux cours. Et si, à l’époque, on pouvait partir pour ne jamais revenir, il est fort à parier que pareille technique ne fonctionnerait pas du tout auprès de votre employeur. Pourtant, au travail aussi on nous demande de nous concentrer pendant de longues heures d’affilées. C’est alors le gong de la pause de midi (plus ou moins longue) qui nous sauve. Pour un temps du moins. À part cela, les moments de pause sont assez restreints et souvent vus comme une perte notable de productivité. Si votre vessie ne vous emmène pas aux toilettes toutes les heures et si vous n’êtes pas fumeurs, vous risquez généralement de devoir rester cantonné à votre ordinateur toute la journée. Heureusement pour ceux qui osent à peine décoller de leur écran, des études ont démontré que faire des pauses pouvait, au contraire, booster la productivité des employés.

Lire aussi > La sieste quotidienne, aussi efficace qu’un médicament pour lutter contre l’hypertension

pause
© Annie Spratt/Unsplash

Pas n’importe quelle pause

En France, une étude menée par Cyril Couffe, Docteur en Psychologie cognitive et neuropsychologue, a par exemple démontré qu’une pause pouvait augmenter de 10% la productivité des travailleurs. Mais pas n’importe quelle pause. Il préconise de faire des breaks qui vident vraiment la tête et où la concentration n’est pas stimulée. Une « errance mentale » il appelle cela selon Les Échos. C’est-à-dire qu’il faudrait vraiment laisser son esprit vagabonder. Oubliez les SMS, les réseaux sociaux et même le café avec des collègues pour parler travail. Le chercheur préconise de laisser aller son esprit à la rêverie en regardant par la fenêtre ou en écoutant de la musique mais sans stimuler son cerveau. Il a mené l’expérience sur trois groupes-test dont deux faisaient un break toutes les 15 minutes tandis que le troisième n’en faisait pas. Dans les deux groupes qui avaient droit à des pauses, il a remarqué que seule la productivité du groupe auquel on avait imposé des pauses passives, des errances mentales, voyait sa productivité augmenter, au contraire des deux autres groupes-test.

Les résultats d’une autre étude menée au sein de centres d’appels ont montré que « la relaxation, la socialisation et les micro-pauses cognitives étaient liées à une augmentation des effets positifs au travail, ce qui prédit à son tour une meilleure performance », explique YoungAh Park, coauteure de l’étude et professeure adjointe à la School of Labour and Employment Relations de l’Université de l’Illinois. Au contraire, les pauses pour se nourrir ou boire n’ont pas montré d’effets significatifs. L’important, dans cette étude, c’est l’effet indirect des bienfaits des pauses. « Il est important de noter que les micro-pauses ont des effets indirects significatifs sur les performances au travail, via un impact positif uniquement pour les travailleurs dont l’engagement au travail général est faible », note encore l’auteure.

Lire aussi > Pourquoi la plupart des Belges préfèrent sauter leur pause déjeuner

Une autre étude corrobore ces bienfaits liés à des pauses courtes qui vident la tête. Des chercheurs de l’université de Baylor expliquent que prendre des pauses durant sa journée de travail aurait des impacts sur la santé. Ainsi, l’étude montre que les pauses amélioreraient aussi l’énergie, la concentration et auraient des conséquences sur l’épuisement émotionnel, la satisfaction au travail et les comportements, explique Emily Hunter, l’auteure de l’étude. Elle précise aussi que les employés qui prenaient des pauses régulières avaient moins de maux de tête et de dos et les yeux moins fatigués. Quant au nombre idéal de pauses ou à leur longueur, l’auteure YoungAh Park ne s’avance pas trop. Mais elle précise que les employés devraient les prendre lorsqu’ils se sentent « fatigués, épuisés ou dépassés. » Une courte pause pour discuter avec des collègues ou écouter de la musique limiterait le stress et améliorerait l’humeur et la performance des travailleurs.

Mots-clés:
bien-être travail pause
CIM Internet