Paris Match Belgique

Oubliez le « hygge » : Voici le « niksen », l’art hollandais de ne rien faire

Image d'illustration. | © Pexels

Beauté et bien-être

On vous en dit plus sur votre nouvelle activité favorite de l’été, venue des Pays-Bas.

Il y a quelques années, la popularité soudaine du « hygge » a surpris plus d’un.e Danois.e. Dans ce petit pays de Scandinavie, il paraît étrange que ce mot – que l’on pourrait traduire par « cosy » – ce soit transformé en gimmick commercial pour vendre plaids, bougies et recettes bien-être. Aujourd’hui, c’est le « niksen », une philosophie venue des Pays-Bas, qui fait son entrée dans le club des concepts à la mode.

Éloge de la paresse

L’idée ? Savourer pleinement le fait de ne rien faire : le mot est en effet dérivé de « niks » qui signifie littéralement « rien ». Et si le « niksen » fait désormais parler de lui, c’est (aussi) parce qu’il vient d’avoir le droit à un décryptage dans les colonnes du prestigieux TIME. Ecouter de la musique, avoir les yeux dans le vague, méditer, tricoter.. une certaine paresse devient le secret de notre bien-être tant que toutes ces activités sont faites « sans but précis ». « Ses effets sur la santé devraient être suffisants pour encourager même les plus agités et surmenés d’entre nous à envisager de prendre le temps de pratiquer le niksen » explique Eve Ekman, une chercheuse de Berkeley, la célèbre université américaine, dans des propos traduits par Flair.

Unsplash

Lire aussi > Cosagach, le nouveau « hygge » venu d’Écosse

Au même titre que le « cosagach », qui vient d’Écosse, et que l’« ikigaï », qui vient du Japon, cette posture devient un véritable remède au stress et aux burn-outs qui gangrènent les open-spaces. Durant cette période de canicule, le « niksen » devrait faire plus d’un.e adepte. Nous, on est déjà convertis.

CIM Internet