Paris Match Belgique

Les clés pour avoir un sourire « remarquable »

Les clés pour avoir un sourire "remarquable"

Image d'illustration. | © Unsplash / Jamie Brown

Beauté et bien-être

Bien sûr, le port du masque change la donne… Il n’empêche. Pouvoir accueillir dans une conversation son interlocuteur à pleines dents change tout. Petit guide pratique pour rester éclatante, même en adorant le thé…

 

D’après un article Paris Match France de Marianne de Beer

On voudrait bien sourire mais on constate souvent qu’entre le cœur et la bouche il y a un verrou. On n’ose pas. On se retient. Des dents un peu de travers, tâchées, parfois bien jaunes, des lèvres qui se creusent au lieu de se bomber, et on perd en confiance. Et on perd en beauté. Alors on reste fermé… La confiance en soi, c’est pouvoir éclater de naturel, d’élan, de rire si nécessaire. Sourire sans y penser, sourire comme on respire et ne pas contrôler. À l’ère du « lâcher-prise », il serait idéal d’oser se donner en grand. On se cache dans ses vêtements, ou on se met en valeur. Mais la bouche ne peut pas se cacher sous quoi que ce soit. C’est un outil de séduction, de communication, un signe de santé. Aujourd’hui, bonne nouvelle, si on ne l’aime pas… on peut l’améliorer ! Avoir une belle bouche n’est plus une gageure. Dents, lèvres, peau : voilà les bons sorciers pour nous parler beauté ! Des conseils, des recettes et des must-have pour un sourire irréprochable…

Première étape : Aligner ses dents… avec Invisalign

Invisalign permet de corriger le sourire sans trop de contraintes. Comment ça se passe ? L’orthodontiste fixe des petits taquets sur certaines dents. Il s’agit de points de colle très fins qui servent de points d’appui. Le patient doit ensuite porter des aligneurs, sortes de gouttières transparentes parfaitement moulées sur les dents. On les change au fur et à mesure que les dents se déplacent, environ toutes les deux semaines. « Ces aligneurs sont amovibles, invisibles et pratiques », comme le souligne le Dr Florence Ohana-Chpindel, orthodontiste à Paris. « Le patient peut les retirer pour une soirée, un mariage… Cette méthode offre une grande liberté. »

La durée du traitement ? « Il y a autant de traitements que de patients car il est essentiel que celui-ci soit individualisé. » Les visites chez l’orthodontiste se font environ tous les deux mois. Quand le traitement est terminé, une contention, c’est-à-dire une attelle toute fine faite d’alliage d’or est collée derrière les dents afin de fixer leur position. « Les dents ont de la mémoire et reprennent vite leurs mauvaises habitudes. Voilà pourquoi, en plus de la contention, mes patients portent ensuite une gouttière la nuit, qu’ils peuvent abandonner au bout de quelques mois. Certains continuent à les porter : on s’en fait une petite montagne au début mais… c’est une sensation très agréable pour certains patients »

Et le prix ? Entre 3000 et 5500 euros selon les cas.

Deuxième étape : Blanchir ses dents… chez soi ou chez le dentiste.

Méthode ambulatoire : Un premier examen clinique fait un point général de la bouche : absence de caries, état des gencives, détartrage… Puis des empruntes sont prises au cabinet et thermoformées au laboratoire. Le patient revient pour prendre ses gouttières et recevoir les conseils suivants : comment les remplir de produit blanchissant et quels aliments éviter… Le patient porte ensuite ses gouttières 1h30 par jour pendant quinze jours.

Lire aussi > Pourquoi il ne faudrait finalement pas utiliser de dentifrice au charbon

« Attention toutefois !, remarque le Dr Gaëlle Serfaty-Grin, le blanchiment est parfaitement contre-indiqué en cas de grossesse ou en cas de pathologie du système immunitaire, pour les enfants ou les adolescents dont les dents sont immatures, les personnes ayant des caries, des lésions, ou une grande sensibilité au froid. Le péroxyde d’hydrogène n’est pas dangereux pour l’émail des dents saines cependant il faut attendre trois ans entre deux éclaircissements car un usage trop répété pourrait conduire à une usure prématurée de l’émail, à une irritation des muqueuses et à une fragilisation des dents. Le résultat est durable dans le temps. Je recommande toutefois deux jours de traitement par an pour maintenir la teinte obtenue. Dans la majorité des cas, c’est une amélioration de huit teintes qui est obtenue. Le résultat est meilleur sur les dents jaunes et moins impressionnant sur les dents grises. »

Prix : 550 euros

Méthode au fauteuil : L’avantage de cette technique est la rapidité. Le blanchiment se fait chez le dentiste, en 1h30. Le dentiste applique le principe actif sur les dents. Il est ensuite activé par la lampe. Mais l’effet est moins durable et il est recommandé de poursuivre à la maison pendant une semaine.

Prix : 850 euros

Quid des dentifrices blanchissants ?

Selon le Dr Gaëlle Serfaty-Grin, « les dentifrices blanchissants ne blanchissent pas mais redonnent de l’éclat au sourire, de manière mécanique, en améliorant l’élimination de la plaque et en atténuant les tâches. Les dents nettoyées sont jolies et reflètent mieux la lumière. Quant aux dentifrices à « effet optique », ils contiennent des pigments bleus pour colorer les dents ou rouges pour colorer la gencive. En augmentant les contrastes ils donnent l’impression que les dents sont plus claires… Le résultat est un trompe l’œil ! »

Les facettes

C’est quoi ? Un peu comme un faux ongle… Une coquille très fine de 0,6 à 0,7 mm d’épaisseur qui se colle sur la partie visible de la dent pour améliorer son apparence. Les facettes sont en céramique, avec des propriétés mécaniques et optiques proches des dents naturelles, ou en résine, moins durables avec un rendu esthétique moins joli.

Pour améliorer quoi ? Les dents qui ont un problème de forme, de teinte, de taille, de couleur.

Et le prix ? 1 000 euros la facette en céramique. 400 euros la facette en résine.

Troisième étape : Soigner le contour de ses lèvres…

Isabelle Voncken, esthéticienne à domicile, nous informe

– À essayer absolument ! : Son soin Top Lips, soin esthétique spécial sourire, ciblé et voluptueux. Durée : 1 heure. Prix : 60 euros.

– À éviter ! : « Souvent, l’eau oxygénée censée décolorer la moustache rend le poil épais et plus résistant. C’est encore pire qu’une ombre. Il faut épiler, par petites bandes très fines, et pas comme je l’entends parfois, Vlan un coup de chaque côté ! »

Pas de belle bouche avec moustache…

Le docteur Marc Azoulay, dermatologue à Suresnes, évoque l’épilation définitive au laser de la moustache :

« L’épilation LASER nécessite la présence de poils noirs, suffisamment épais sur une peau claire autant que possible. De plus, la présence de la racine du poil (le bulbe) est indispensable lors de la séance. La zone de la « moustache » reste la plus difficile à traiter encore aujourd’hui car les poils sont clairs et fins : l’épilation laser nécessite de nombreux passages sans être toujours efficace. Elle ne doit pas se pratiquer avant l’âge de 18 ans. Plus tôt, les poils ne sont pas tous arrivés « à maturité », certains encore à l’état de duvet ou trop fins ne sont pas « perçus » et ne peuvent pas disparaître. Le nombre de séances est de 3 à 5 espacées de 6 à 8 semaines entre chacune d’entre elles. Les progrès réalisés ces dernières années ont permis une grande réduction des effets notoires comme la douleur (tout au plus sensation d’un léger coup d’élastique) et les rougeurs, qui disparaissent dans les heures suivant la séance. »

Comment combler les rides de la lèvre supérieure…

« Le traitement des ridules de la lèvre supérieure (dit « code barre » par certains) demande de la prudence car cette zone cutanée est fragile », explique le docteur Marc Azoulay. On utilise actuellement un laser CO2 fractionné qui est moins abrasif que la dermabrasion autrefois utilisée.

Connaissez-vous le TIXEL ? Ce nouvel appareil doté de pointes minuscules portées à 400 degrés est appliqué sur la peau. Les pointes provoquent des trous invisibles qui cicatrisent en une semaine sans séquelles. La chaleur entraine une stimulation du derme et donc une augmentation de synthèse de collagène.

Résultat : une peau lissée et retendue en 1 à 3 séances à un mois d’intervalle sans exposition solaire le mois qui suit l’intervention.

Quatrième étape : Au quotidien, toujours choisir les bons produits…

Et se faire plaisir en suivant le voluptueux protocole : on gomme ses lèvres, de temps en temps, avec Lip Sugar Scrub de Dior, un stick au grain de sucre qui fond et gomme toute en délicatesse, teintant la bouche d’une nuance imperceptible de rose.

On en redessine le contour parce qu’il s’affine avec le temps… grâce à « L’Or de vie » de Dior. Crème fine, fondante, elle tend, hydrate et remodèle.

On hydrate encore et encore, à tout moment de la journée, avec « 101 Ointment » de Lanolips, une petite merveille en tube qui ne contient que des ingrédients naturels. Parfait pour les adeptes de rouges à lèvres mat qui ont besoin de réparer leurs lèvres.

On dope : un coup de mou ? Quelques gouttes du Serum Sugar Lip Wonder drops de Flesh. Ce sérum répare instantanément les lèvres sèches et gercées.

On donne un coup de flash : avec Dior Addict Lip Maximiser, un gloss au collagène effet volume instantané, au parfum sublime menthe-vanille.

On embellit et on colore en continuant de traiter… avec le Phyto rouge de Sisley : mention spéciale pour son complexe « hydrobooster » et ses huiles naturelles qui maintiennent la teneur en eau des lèvres et renforce à chaque application le matelas hydrique de la peau.

CIM Internet