Paris Match Belgique

Doctolib et Petit BamBou au chevet de notre santé mentale

meditation

Image d'illustration. | © Unsplash.

Beauté et bien-être

Doctolib et l’application de méditation Petit BamBou ont créé un outil qui accompagne la prise en charge de la santé mentale et sensibiliser ainsi sur l’importance d’une bonne santé mentale.

D’après un article Paris Match France de Karyn Bauer

A 19 ans, Chloë ne comprend pas ce qui ne va pas.  En dépit de ses études universitaires, elle ressent un drôle de mal-être.  « Je me suis dit qu’on ne pouvait pas avoir de problèmes à mon âge. »  Mais le mal a fait son chemin.  Malgré les 300 kilomètres qui la sépare de chez elle, Chloë va se tourner vers l’internet pour trouver une solution.  Sa décision est prise, elle va rencontrer un psychologue.  « C’est une recherche qui en vaut la peine » dit-elle, mais le premier pas était « difficile à franchir. »

Lire aussi > Pour échapper au confinement, si on testait la méditation ?

C’est ce constat qui était à l’origine de la nouvelle collaboration entre Doctolib, le numéro un français de la prise de rendez-vous médical en ligne, et Petit BamBou, l’application leader de méditation en Europe. Les deux entreprises de bien-être se sont mobilisées depuis le 6 mai 2021 pour créer un outil qui accompagne la prise en charge de la santé mentale et sensibiliser ainsi sur l’importance d’une bonne santé mentale. Ensemble ils proposent des solutions pour certaines, inédites, pour prendre soin de votre psychisme.

« On a envie de passer le message, explique Arthur Thirion, directeur général France de Doctolib. Nous avons constaté une forte augmentation de demandes de rendez-vous psychologiques depuis dix mois.  Avec la présence de Petit BamBou, nous essayons de rendre ce processus plus accessible, moins effrayant. »

Les consultations psychologiques ont monté en flèche depuis mars 2020

C’est bien connu, faire un peu de sport, ou de n’importe quelle activité physique, ça entretient les muscles du corps. Mais est-ce qu’on ferait pareil pour notre cerveau ? Pourtant, c’est un muscle qui lui aussi a besoin d’activité.  Pour notre santé en générale, et surtout, pour notre santé mentale. Après une année de pandémie et de confinements successifs, c’est un muscle qui appelle au secours. Les consultations psychologiques ont monté en flèche depuis mars 2020, et ne cessent d’accroître.  Les psycho-traumatismes liés à cette pandémie et les sensations de perte d’autonomie sont plus que réels. Et ce stress a un impact direct sur le système immunitaire.

Lire aussi > Aujourd’hui, même la méditation passe par nos smartphones

Et pour cela, pourquoi pas se tourner vers une application de méditation ou de relaxation. Petit BamBou, pour sa part, a été lauréat du prix Top Santé 2021 et labellisé Medappcare/DEKRA pour sa méthode simple et efficace de méditation pour tous les niveaux de la pratique. Son partenariat avec Doctolib apporte un gros travail d’orientation et permettra aux trois quarts de la population française qui a ressenti un état de mal-être depuis le début de la crise à franchir le pas pour trouver un spécialiste.

D’après Caroline Delannoy, psychologue et membre du Comité médical et professionnel de Doctolib, « On ne peut plus se passer de la « mental fitness », c’est intégrée dans un maillage de services et de soins coordonné, formé et accessible est considéré par tous comme essentiel. » Mais selon elle, prendre soin de sa tête ne veut pas dire rentrer dans un parcours long de traitement.  Au contraire, selon les forfaits, quatre à six sessions pourraient suffire pour sortir d’une impasse et améliorer son quotidien. « Une simple session d’écoute et de reformulation des émotions peut faire tant de bien. » 

Benjamin Blasco, co-fondateur de Petit BamBou le sait, et est convaincu qu’il suffit parfois de peu pour aller bien loin. « Parfois il suffit de seulement cinq à dix minutes d’entrainement par jour pour trouver un soulagement durable. » En un an, plus de trois millions de nouveaux clients ont testé son application de méditation, ça a presque doublé en taille. C’est une façon de transformer le mal en une prise de posture constructive.

« On sait que ça ne va pas » nous avoue Clémence, 30 ans, « mais on ne sait pas comment aller mieux. » La première fois qu’elle consulte, son praticien lui parle de la méditation. C’est le déclic. « Ca s’apprend, ce n’est pas grave de ne pas y arriver de suite.  C’est vrai qu’on doit apprendre, tout comme on doit apprendre un sport ». Et à Blasco de rajouter, « On se passe des clés très puissantes pour faire face à la vie.  Plus c’est clair, plus on voit vers où aller. »

CIM Internet