Paris Match Belgique

De Greef : Une nouvelle collection incendiaire

La collection The Fire Spark prouve que De Greef a encore le feu sacré. | © De Greef

bijoux

La maison de joaillerie bruxelloise et sa collection The Fire Spark allument la mèche d’une nouvelle ère créative. 

Compter les bougies des 170 ans de la maison De Greef ? Arnaud Wittmann, son designer attitré depuis plus de vingt ans, estime avoir mieux à faire : se lancer dans un plaidoyer pour la créativité joaillière « made in Brussels ».  D’emblée, il souffle sur les braises lorsqu’on l’interviewe : « Bruxelles doit se démarquer par la création, l’audace, la qualité ! S’imposer avec des idées fortes, un design singulier, un côté sculptural et davantage de fantaisie. A Bruxelles – face à Paris, Amsterdam et Milan –, il y a encore moyen d’évoluer, à condition d’oser s’affirmer. »

L’éclat incendiaire

En attendant, ce sont deux bijoux hors normes que présente Arnaud Wittmann : une bague et un pendentif construits autour du grenat mandarin, pierre fine à l’éclat incendiaire. Deux pièces uniques à plus d’un titre. En enflammant les premiers pas et carats de la nouvelle collection The Fire Spark, elles cristallisent tout ce que le créateur a appris depuis ses premiers dessins, à l’âge de 17 ans. Selon lui, un bijou doit d’abord être un objet que l’on peut admirer sur 360°. « C’est, sans doute, pourquoi la sculpture et l’architecture ont toujours été mes principales sources d’inspiration. Je suis fasciné, par exemple, par les réalisations de l’architecte irakienne Zaha Hadid. Ses constructions défient les lois de la pesanteur en mariant volumes impressionnants et courbes légères. On en retrouve l’esprit, je pense, dans les lignes que j’ai dessinées pour The Fire Spark. Il y a quinze ans, je n’étais pas encore conscient de la dynamique architecturale de mes créations : je l’ai constatée en découvrant des similitudes entre l’une de mes bagues – la Saturne – et une villa du célèbre architecte espagnol Calatrava ! Cela m’a rassuré : j’allais dans la bonne direction. »

De g. à dr. : Bague The Fire Spark, or rose et blanc, grenat mandarin de 8,46 ct et diamants taille brillant. Secrets de sa spirale parfaite : alliage plus souple, technique de mise en formes sans rupture et proportions du nombre d’or. Pendentif The Fire Spark : jeu de courbes et contre-courbes. Or rose et blanc, grenat mandarin de 13,42 ct, diamants taille brillant. Prix sur demande. Plus d’informations sur degreef1848.com

Si, cette fois encore, Arnaud Wittmann déploie un jeu d’équilibre très complexe, c’est par amour des pierres de couleur. Le 170e anniversaire de la maison lui a donné l’occasion de rechercher les plus belles, les plus exceptionnelles : deux grenats mandarins très rares, d’une couleur orange franche et profonde à la fois. Leur perfection a été le déclic d’un long travail préparatoire. Les carnets d’esquisses, croquis et études montrés par le créateur en témoignent.

Lire aussi > Holemans : Des bijoux belges grandioses inspirés d’Audrey Hepburn

« Artisans de l’extrême »

Pour concrétiser le projet The Fire Spark, il a fait appel à l’atelier liégeois Sansen & Gangi, spécialisé dans les techniques joaillières oubliées ou peu usitées. Bague et pendentif y ont été réalisés à la main, à partir d’un lingot d’or mis en forme en une seule fois. Résultat, on ressent, d’un regard, le mouvement qui les traverse. Cette prouesse technique dite « anticlastic » imprime au métal des mouvements spectaculaires, d’élégants « planés » de plusieurs niveaux, sans aucune rupture ni soudure. « La collaboration avec ces artisans de l’extrême m’a permis d’aller plus loin et se prolongera avec la sélection d’autres pierres fines d’exception. »

CIM Internet