Paris Match Belgique

Fabuleux diamants de couleur

Un diamant jaune ou la merveille d’un éclat de soleil surgi de l’obscurité des mines. | © Natural Diamond Council

bijoux

Ils donnent le frisson aux joailliers, enflamment l’imagination et transcendent les bijoux de leur brillance inégalable. Voyage au cœur de ces pierres d’exception dont il est permis de rêver…

 

L’expression « trésors de la nature » ne s’applique jamais aussi bien qu’aux diamants de couleur. Les plus singuliers d’entre eux affolent littéralement les ventes aux enchères. 26 millions de dollars et plus pour le diamant rose « Le Spectre de la Rose » en novembre 2020 !

Pourquoi tant de dévotion alors que ces gemmes ont été quasi ignorées jusque dans les années 1970-1980 ? Elle s’explique par leur extrême rareté : la Terre ne peut produire qu’un diamant de couleur pour 10.000 diamants blancs. Ce rapport statistique reflète une exclusivité qui donne un peu la chair de poule, confie le joaillier liégeois David Marchal, spécialiste belge des ‘fancy’ depuis qu’il les a découverts bien avant l’engouement actuel.

Fancy étant le qualificatif réservé aux pierres saturées de couleur. Confirmation du Natural Diamond Council : les diamants naturels de couleur particulière ne représentent que 0,4% de tous les diamants classifiés au cours de ces vingt dernières années. L’organisme dont les sept membres concentrent 75% de la production mondiale diamantaire résume la situation de façon imagée… pour 100 tableaux de Picasso mis aux enchères, on ne trouve sur le marché qu’un seul diamant bleu naturel.

Toutes les nuances de l’arc-en-ciel

On les sait bleus, roses, jaunes, cognac, bruns mais le très réputé GIA (Gemological Institute of America) répertorie jusqu’à 1500 nuances. La nomenclature établie par le GIA débute toujours par ‘fancy’ et se poursuit en light, intense ou vivid qui équivaut au paroxysme chromatique. « L’intensité participe à la rareté, la nature fournit très peu de fancy intense et de fancy yellow », informe David Marchal. Comme pour la formation des diamants blancs, des phénomènes chimiques naturels – survenus il a plus de trois milliards d’années – sont à l’origine de l’ampleur de la palette.

Dans les profondeurs de la Terre, les pierres se sont cristallisées sous la pression phénoménale. Une trace infime de bore parmi leurs atomes de carbone a engendré les diamants bleus et une trace tout aussi homéopathique d’azote, les diamants jaunes. Les recherches menées par les scientifiques du GIA ont révélé que les diamants bleus proviennent d’une plus grande profondeur, jusqu’à quatre fois plus que la plupart des autres diamants. Voilà pourquoi, ils sont définitivement les plus chers et les plus intrigants. Souvent appelés jonquille ou canari, les diamants jaunes sont plus fréquents et plus abordables – relativement parlant, bien sûr – mais toujours étonnants.

Favoris de la Haute Joaillerie : les diamants roses

Savez-ce qu’est la ‘subduction’ ? C’est le processus qui a permis à ces pures merveilles de se rapprocher de la surface terrestre. Durant des centaines de millions d’années, les plaques tectoniques de la Terre se sont comportées comme des tapis roulants, emportant avec elles les diamants. Notamment, les roses arrivés en si petit nombre que leur présence tient du miracle. Leur composition chimique aussi : du carbone pur.

La quantité récoltée par an remplit à peine une flûte à champagne ! Mais, ça c’était avant… l’épuisement de la mine australienne d’Argyle qui fournit la quasi-totalité des diamants roses de la meilleure qualité. Conséquence, les prix vont pétiller et repétiller follement. Il y a 5 ans, l’annonce de la future fermeture avait déjà fait doubler le budget nécessaire pour acquérir l’un de ses ‘fancy vivid pink’. En 2002, Ben Affleck avait certainement déjà dû investir un pactole pour offrir à Jennifer Lopez une bague de fiançailles sertie d’un diamant rose vif de 6 carats. Depuis, la demande n’a cessé de croître.
——-
(visu B : trois cubes)

——

La rareté fait des étincelles

Diamants bruts de la mine d’Argyle. ©DR

Cette information va agiter la planète joaillière : Rio Tinto, le propriétaire de la mine d’Argyle, proposera en septembre une ultime collection de 70 diamants roses. Tête d’affiche de la vente réservée aux collectionneurs et maisons de joaillerie de luxe : l’Argyle Eclipse, d’un rose intense et d’un poids de 3,47 carats. Au cours de sa trentaine d’années d’activité, la mine isolée du nord-ouest de l’Australie a produit 95 % des diamants roses et presque 80% des diamants bruns. Ceux-ci vont également voir leur valeur grimper.

« A moyen et long termes, sans aucun doute. A coup terme, on ne peut encore rien prédire. 80% des diamants bruts étant taillés en Inde, l’espoir réside dans le fait que l’on ignore l’importance du stock de diamants roses et bruns bloqué dans les tailleries indiennes mises à l’arrêt par la pandémie », estime David Marchal. C’est donc plus que jamais le moment de se laisser tenter, d’investir et d’en apprendre bien davantage sur www.naturaldiamond.com/fr

Les précieux « fancy » inspirent nos joailliers belges

Architecturée

 

©DR

La période de l’Art déco fut lumineuse. Née à cette époque, la prestigieuse Maison Holemans lui dédie une bague sertie d’un diamant fancy brownish yellow taille poire de 2 carats. Or blanc, 1,29 carat de diamants blancs.
Place du Grand Sablon 4, 1000 Bruxelles. 02 538 83 11 – holemans.com

Acidulées

 

©Marchal

Deux bagues Tutti Frutti de David Marchal. Point fort de cette collection de pièces uniques : faciliter l’accès aux diamants fancy intense en utilisant des gemmes plus petites. Les neuf pétales de la bague-fleur totalisent 0,81 carat autour d’un diamant blanc (0,80 carat). La bague ‘Riviera’ attire sur ses trois anneaux d’or blanc presque toutes les nuances (1,83 carat). Chaque pierre est différente : « on ne calibre jamais un fancy afin de ne rien perdre de sa précieuse matière », explique le joaillier.
Place Cathédrale 4, 4000 Liège. 04 223 31 91 – joaillier-marchal.be

Soleil orange

 

©De Greef

Maison De Greef : Arnaud Wittmann a créé la collection Solis en admirant les coucher de soleil à Knokke. Bague en or rose sertie de tourmalines orange sur un pavage de diamants jaunes.
24-26 rue au Beurre, 1000 Bruxelles. 02 511 96 98. Knokke : Kustlaan 179, 050 33 19 02 – degreef1848.com

Incendiaire

 

©Leysen

Une fleur de feu, rien de moins pour décrire la bague ‘Poppy’ des Joailliers Leysen en or blanc et diamants. Le centre s’enflamme de plusieurs diamants fancy orange.
Place du Grand Sablon 32, 1000 Bruxelles. 02 513 62 60 – leysen.eu

Féérique

 

©Manalys

Bracelet ‘Ice’ de la Joaillerie Manalys : 30 carats de diamants dont la lumière accueille 8,67 carats de diamants de couleur fancy vivid pink, green, yellow.
Boulevard de Waterloo 11, 1050 Bruxelles. 02 512 61 18 – manalys.com

Sucrée

©Chopard

Gourmandise de la collection Haute Joaillerie Red Carpet Chopard : une bague où un diamant fancy intense purple parade entre deux diamants fancy intense blue taillés en cœur.
www.chopard.com

Pavées

 

©Bigli

Deux feuilles d’or rose et de diamants bruns : les Mini Leaves de la marque belge Bigli s’associent pour former des bagues modulables. bigli.net

CIM Internet