Paris Match Belgique

Ole Lyngaard : histoire naturelle venue du Danemark

Chaque pièce est usinée par les artisans de la Maison, réunis dans les ateliers de Copenhague. | © ©DR

bijoux

La Maison scandinave écrit son histoire depuis 1963, date à laquelle Ole Lynggaard a décidé de lancer sa marque éponyme. Une success story familiale en or !

Par Magali Eylenbosh

La famille, voilà le socle solide sur lequel s’est construite la prestigieuse Maison de joaillerie danoise Ole Lynggaard Copenhague. Aujourd’hui, on retrouve Charlotte, la fille, designer et directrice créative, Soren, le fils, CEO et Hanna, la belle-fille, directrice de la vente au détail du flagship store. La prochaine génération est déjà dans la place. La famille, c’est aussi des valeurs communes, telles que la transmission, l’expérience, la tradition, le partage et un certain sens de l’excellence dans le travail.

C’est bien sûr Ole, le père, qui a donné l’impulsion. Cet orfèvre passionné a d’abord parcouru le monde afin d’enrichir ses connaissances. Passant par l’Allemagne, Paris, New York, le Japon et bien d’autres destinations inspirantes, il affine son style, fait ses armes, puis revient au pays pour se lancer dans l’aventure joaillière.

Six ans plus tard, il invente le fermoir-bijou. On retiendra également l’or satiné qui est, encore aujourd’hui, une véritable marque de fabrique. Ses principales inspirations, il les trouve dans la nature et devient rapidement une référence en matière de bijoux danois exclusifs. La famille royale du pays le choisit d’ailleurs comme fournisseur officiel de la cour. Parmi ses nombreuses créations, Snakes et Elephant ont fait le tour du monde.

 

Icône de style reconnue en Scandinavie, Charlotte Lynggaard s’inspire de la nature pour créer des bijoux qu’elle porte elle-même au quotidien, afin de s’assurer de leur confort total. ©DR

Le secret de cette réussite, c’est aussi un style, un esprit qui n’existent qu’au Danemark. Ce fameux hygge qui fait référence à un sentiment de bien-être, une humeur joyeuse. Elle transparaît dans chacune des créations de la marque. Lorsque Charlotte Lynggaard a pris la relève, profondément fidèle à ses racines nordiques, elle a réussi à imposer sa patte sans trahir l’ADN de la Maison.

Mais lorsqu’une femme crée des bijoux essentiellement destinés aux femmes, elle les pense sans-doute un peu différemment. Les bijoux modulables, asymétriques et polyvalents sont arrivés avec elle. Privilégiant des pièces plus végétales, elle permet à chacune de jouer en fonction de l’humeur ou de l’heure de la journée. Une simple boucle d’oreille évolue grâce à une petite pampille, les bagues se marient et se superposent. Les colliers se multiplient.

 

Entre les mains d’Ole Lynggaard, l’éléphant devient un animal gracieux. Ici, il est orné d’un pavé scintillant de 536 diamants et d’une tourmaline représentant une goutte d’eau. ©DR

Avec le temps, son travail mais aussi son style inspirent des milliers de femmes. Charlotte Lynggaard ne parle pas seulement de formes mais aussi de couleurs. Lorsqu’on se rend dans son bureau, au dernier étage de la Maison mère à Copenhague, les croquis de ses futures créations sont joliment étalés devant elle. Un pinceau, de la peinture, quelques pierres fines donnent le ton.

« Je me nourris de tout ce qui m’entoure. La nature, mais aussi les gens. » Et quand on lui demande quel est le plus beau compliment qu’on puisse lui faire, elle répond : « Les mots n’ont pas d’importance. Ce qui m’émeut, c’est de croiser une femme qui porte mes bijoux et a réussi à se les approprier. »

 

La bague BoHo large est réalisée en or jaune 18 carats et est agrémentée d’une tourmaline vert clair de 38 carats et de 8 diamants de 0,06 carat. Les surfaces d’or martelées et polies sont finies à la main par des maîtres orfèvres. ©DR

INFOS
www.olelynggaard.com

Légendes :

Une signature

Un savoir-faire

Végétale

Animale
Entre les mains d’Ole Lynggaard, l’éléphant devient un animal gracieux. Ici, il est orné d’un pavé scintillant de 536 diamants et d’une tourmaline représentant une goutte d’eau.

Organique
Volumineuses mais légères, les The Twited Love Bands Earrings tracent un élégant sentier d’or jaune 18 carats pavé de 124 diamants taille brillant. Charlotte Linggaard a voulu créer une boucle d’oreilles à la fois multidimensionnelle, féminine et ludique.

Mots-clés:
Danemark bijoux
CIM Internet