Paris Match Belgique

Comment la literie de luxe est devenue accessible

Emma Matelas

Pour Max Laarmann, tout a commencé par la quête frustrante d'un matelas | © Emma Matelas

Design et maison

Le rituel est longtemps resté immuable : à peine les clefs de la chambre d’hôtel récupérées, c’était à qui se jetterait sur le lit en premier pour tâter du moelleux incomparable du matelas et de la douceur des oreillers. Un luxe qui n’est désormais plus réservé aux vacances grâce à des marques ayant démocratisé la literie haut-de-gamme. Et en Belgique, c’est Emma qui domine le marché. 

Fondée en 2015 par Max Laarmann, la start-up allemande montre qu’il n’y a pas que dans l’automobile qu’il s’agit d’exiger la « deutsche Qualität ». Le pari du fondateur de la marque : épargner aux autres le casse-tête qu’il a dû subir quand il lui a fallu trouver un lit. L’idée de ce concept est en effet née il y a quelques années, lorsque Max Laarmann a emménagé avec sa compagne. Tous deux ont commencé leur recherche d’un bon matelas et se sont rapidement confrontés à de mauvais conseils, des délais de livraison interminables et des conditions de retour peu claires. Leur choix s’est finalement porté sur un matelas onéreux en mousse à mémoire de forme qui n’a malheureusement pas répondu à leurs attentes. Une expérience frustrante que Max Laarmann voulait épargner à d’autres. Emma était née. 

Lire aussi > La seule chose à faire pour mieux dormir, selon les scientifiques

Emma Matelas
Emma Matelas

En s’inspirant du modèle aux États-Unis, qui propose plus de transparence et de simplicité aux consommateurs, Max Laarman a décidé de développer un produit qui conviendrait à tous et qui facilite la vie des gens quant à l’achat… et au payement. « Un bon matelas n’a pas besoin de coûter cher ; tout le monde a le droit de bien dormir, et c’est ce que nous aimerions offrir au grand public : un matelas qui a été testé ‘Meilleur du test’ Test-Achats et qui est abordable » explique-t’il. Car réduire les coûts n’implique pas forcément une baisse de la qualité, les matelas étant fabriqués en Allemagne avec des matériaux de haut-niveau. Le secret pour les proposer dès 429 euros au client ? « Le matelas Emma part directement de l’usine et est directement expédié au domicile du client. Cela évite donc les intermédiaires et diminue les coûts de stock ». Et pour assurer un service aussi luxueux que possible, aucun détail n’est épargné.

Emma Matelas

« Ce qui irritait Max, c’était le fait de dépenser plusieurs centaines d’euros sans être certain de bien dormir et de se sentir reposé en se levant, explique-t’on chez Emma. Avec la possibilité des 100 nuits d’essai, il veut démontrer que tester un matelas ne se fait pas en quelques minutes, car le corps humain a besoin de 2 à 3 semaines pour s’habituer au matelas. C’est pour cela qu’Emma offre une garantie de remboursement, si les clients ne sont pas satisfaits au cours des 100 nuits d’essai ». De quoi prendre la pleine mesure de l’ingénierie mise en place pour développer les trois couches de mousse du matelas, entre mousse froide pour la fermeté, mousse adaptative pour distribuer la pression, et mousse Airgocell pour la ventilation. Max Laarmann peut dormir sur ses deux oreilles : son pari est réussi.

CIM Internet