Paris Match Belgique

Les bouquets de fleurs se mettent au bio

A Jamioulx, le jardin où l'ASBL "Dansons la Capucine" cultive fleurs locales et anciennes dans le respect de la nature et des saisons. | © DR

Design et maison

Nouveau geste éco-responsable : préférer les fleurs bio  ou de culture raisonnée. Charme champêtre assuré !

Puristes mis à part, la plupart des gens ne voient pas l'intérêt du bio au-delà de l'alimentation. Les fleurs coupées - bourrées de pesticides, fongicides et conservateurs - comportent surtout des risques sanitaires  pour les fleuristes qui en  manipulent des brassées chaque jour. En revanche, nous sommes tous concernés par le fait que les cultures florales intensives impactent la biodiversité et donc, indirectement notre santé. Selon une étude réalisée par Greenpeace en 2014, 79 % des fleurs coupées seraient contaminées aux insecticides néonicotinoïdes qui chassent et tuent abeilles et bourdons ayant besoin de butiner. L'empreinte carbone, c'est aussi du lourd : certaines études estiment qu'une fleur coupée 'coûte' 1,5 litre de pétrole !  L'industrie florale qui alimente le marché et les grossistes exige, en effet, des avions gros porteurs. La majorité des exploitations se situe au Kenya, Costa-Rica et Israël. Pas forcément fairtrade. Au Kenya, des lacs entiers ont été asséchés pour irriguer les immenses champs de fleurs...

Où s'offrir un bouquet bio ?

« Peu de chance chez un fleuriste traditionnel », avertit Amandine Maziers. Il y a un an, cette ex-journaliste a lancé 'Haut les Coeurs', un site de vente en ligne de bouquets de fleurs bio et locales, livrés à vélo chaque vendredi dans les 19 communes bruxelloises (35 €). Elle ne jette pas la pierre : « c'est compliqué pour une boutique classique de se fournir en bio. Le secteur est en pleine expansion, mais côté logistique, tout est encore à faire : des partenariats, une bourse aux fleurs, un système de distribution. Un commerçant ne pourrait pas se permettre le temps que j'investis : deux fois par semaine, je pars faire la tournée de mes producteurs à Sint-Pieters Leeuw, Ternat, Linkebeek, Watermael-Boisfort. Les uns sont labellisés bio, les autres pratiquent une 'agriculture raisonnée' qui applique les méthodes bio sans demander de certification ». Au départ, Amandine Maziers recherchait des fleurs locales, des variétés anciennes... et sa quête l'a amenée aux champs bio ! En région namuroise, le trio de l'ASBL 'Dansons la Capucine' a la main verte : Fabienne, Graça et Carine consacrent leurs heures de liberté à cultiver elles-mêmes leur jardin de Jamioulx et une parcelle de champ prêtée par la Pépinière de l'Ortie-Culture à Mettet. Zéro pulvérisation chimique et semences bio de préférence. Le vendredi, elles invitent à un 'arrêt bouquet' (5 à 20 €, sur réservation) dans l'ancienne forge qui leur sert de local. Leur but ? « Promouvoir la culture durable de fleurs de chez nous dans le respect de l'homme et de la terre. Discuter nature, partager, échanger des bons procédés avec nos visiteurs ».

Comme un champ sous le soleil : un bouquet 'Haut les Coeurs' de fleurs locales, issue de l'agriculture bio ou raisonnée. Digitales, marguerites, campanules, matricaires, achillées... ©DR

Dessine-moi une fleur 'nature'...

Totalement imparfaite, tige pas toujours bien droite, tête qui penche un peu : « Comme celles que je cueillais, petite fille, dans la campagne ou le jardin de ma grand-mère ! ». C'est ce qui fait le charme et le succès des bouquets d'Amandine Maziers au point de fleurir de plus en plus mariages et événements. Avec leurs bouquets étoffés d'herbes fraîches aromatiques, les amies de 'Dansons la Capucine' font aussi aimer les fleurs d'autrefois, non calibrées et bucoliques à souhait, car toutes différentes. Non traitées, donc plus fragiles ? Pas forcément, les espèces locales qui poussent en pleine terre apprennent à résister aux intempéries. Avantage : un parfum généreux. La production, limitée, dépend du cycle des saisons et des caprices de la météo. Pleine saison : avril à octobre. L'hiver, 'Haut les Coeurs' se fournit chez les grossistes traditionnels : « J'arrive à y trouver certaines variétés bio et à obtenir la provenance (pas de traçabilité exigée pour les fleurs !) afin de sélectionner uniquement les sources européennes ».

Petit Carnet Vert

Haut les Coeurs : boutique florale en ligne. www.hautlescoeurs.be

Dansons la Capucine : ASBL en région namuroise. www.dansonslacapucine.be

De Duizenblad : à Ternat, une pépinière bio d'herbes aromatiques et de fleurs à couper www.duizenblad.be

Ecoflora : à Hal, ce spécialiste des plantes indigènes et du potager bio propose bulbes et rosiers certifiés bio. www.ecoflora.be

Mots-clés:
fleurs
CIM Internet