Paris Match Belgique

Le super-riches sont de plus en plus nombreux à investir dans des « panic rooms »

Image d'illustration. | © Unsplash

Design et maison

Dans le climat souvent anxiogène qui plombe le monde, les plus fortunés d’entre nous n’hésite pas à dépenser beaucoup d’argent pour assurer leur sécurité.

Oubliez les villas avec piscine à débordement et vue panoramique. Le nouveau summum du chic ? Les « panic rooms ». Popularisées par le film sorti en 2000 avec Jodie Foster, ces pièces ultra-sécusisées sont devenues un must pour les stars et les millionnaires qui n’hésitent à dépenser plus de 500 000 dollars pour en installer une chez eux, explique Business Insider.

D’une « panic room » à un « speakeasy » douillet

« Les panics rooms sont devenues plus populaires, notamment à Londres où les clients internationaux venus du Moyen Orient et de Russie sont légion », explique un représentant de Bolt Co. And Opulent Safes, une entreprise spécialisée dans ce secteur en vogue. « Ces gens veulent y reproduire leur foyer », ajoute-t-il. Si le mot d’ordre reste avant tout sécurité, elle doivent aujourd’hui comprendre écrans plats, bar, luxe et volupté. À New York et dans les Hamptons, certains super-riches optent par exemple pour un design qui fleure bon les années 1920 et la Prohibition, précise même Chris Cosban de chez Covert Interior à Mansion Global. Des exigences qui peuvent coûter de 50 000 à 550 000 dollars. On est bien loin de la pièce nue et impersonnelle cachée derrière la bibliothèque.

Covert Interiors
Covert Interiors
Covert Interiors
Lire aussi > Les caprices d’hiver des super-riches

L’une des raisons de ce boom dans le secteur ? Les attaques terroristes et les tueries de masse, notamment aux Etats-Unis. « Le volume de notre activité augmente en même temps que celui de la violence armée », révèle un employé de Panic Room USA, une société basée à… Parkland, en Floride, théâtre d’une terrible fusillade en février dernier.

CIM Internet