Paris Match Belgique

Les Meilleurs de l’année 2018 : Kaspar Hamacher, mobilier ou sculpture ?

Vidéo Design et maison

Passionné de nature, ce menuisier-charpentier également diplômé de l’Académie des Beaux-Arts de Maastricht offre sa vision unique de pièces aux confins de l’art, du design et de l’artisanat. Elles s’exportent aujourd’hui un peu partout dans le monde.

Paris Match. Pourquoi avoir choisi le design pour vous exprimer ?
Kaspar Hamacher. Le design et le bois, ce sont des passions. Je suis libre, indépendant. Je peux travailler avec les mains et à l’extérieur, deux choses qui me plaisent.

Quels sont vos matériaux phares ?
Les matériaux naturels. Le cuir, mais surtout le chêne que je trouve ici près de chez moi. Je ne m’occupe pas de bois exotiques. Mon père était garde forestier et je suis revenu vivre dans cette région de mon enfance que je connais très bien. Je sais où rechercher des morceaux de bois intéressants et sur lesquels je peux directement travailler. Je les découpe à la tronçonneuse et j’essaie de mettre en évidence ce que personne ne voit.

Que cherchez-vous à exprimer dans vos créations ?
Le bois est une matière brute et je cherche à le rendre aérien, léger. J’utilise aussi la technique du bois brûlé qui donne une finition spéciale que je trouve extrêmement belle. Mon idée n’est pas de créer des icônes, mais bien des pièces uniques, utilisables de génération en génération. Ce que je conçois est souvent sculptural, entre art et design, mais je me sens plus artisan que designer.

Quelles sont vos influences ?
Peut-être l’œuvre de Brancusi que j’adore vraiment.

Avez-vous rencontré des difficultés pour vous faire connaître ?
Je dois beaucoup à la commissaire d’expositions de design belge et international Giovanna Massoni. C’est grâce à elle que tout a commencé. Elle m’a donné la force de participer aux expositions ou de m’inscrire pour l’Award Henry van de Velde que j’ai remporté en 2010, dans la catégorie ‘Prix du Public’ pour l’une de mes étagères. J’ai fait un stage chez Casimir où je travaillais comme chef d’atelier. Au début, j’étais fort dans le doute. Aujourd’hui, je crée ce qui me plait sans trop me soucier des gens qui font des choses similaires et j’expose un peu partout dans le monde.

Sur quels projets travaillez-vous en ce moment ?
Je construis des tables, des tables basses et des bancs, inspirés par le Japon.

Une envie ?
J’aimerais créer des objets plus grands et plus sculpturaux. Je suis encore un peu trop dans le design et je voudrais me diriger vers l’art en y intégrant un travail de menuiserie traditionnel.

Une devise ?
Just do it !

Plus d’informations sur www.kasparhamacher.be

Le Parrain : Pol Quadens

Paris Match. Qu’attendez-vous d’un bon designer ?
Pol Quadens. Qu’il ait vraiment quelque chose de très particulier et de personnel à montrer, que son travail soit différent, original, artistique.

Un conseil pour réussir dans ce métier ?
C’est d’abord du travail, beaucoup de travail. Réussir, c’est un résultat, mais ce n’est sûrement pas communiquer. Cà, c’est tout à la fin.

Qu’est-ce qui vous a guidé dans le choix des candidats ?
Ce ne sont pas des designers qui sont là pour briller. Ils ont tous les quatre un travail personnel généreux avec une nouvelle vision des choses. Ce sont des travailleurs éclairés, intelligents et certainement cultivés.

Plus d’informations sur polquadens.com

CIM Internet